Category: relations humaines – psychologie etc


Un 21 juin, à Paris. Comme tous les ans, un groupe d’amis se retrouve lors d’un dîner, le jour de la Fête de la musique. Piotr, le mari de Marie-Laurence Claverne, une avocate débordée spécialisée dans le divorce, étant en congé sabbatique, est donc chargé d’organiser ce dîner. Hélas le repas ne se passe pas aussi bien que d’habitude, puisque le code a changé ; fini celui de la dictature de l’apparence, avec son lot de cordialité, d’hypocrisie et de fausse bonne humeur, qui cachait les angoisses sous l’humour et étouffait les chagrins avec des éclats de rire. L’avocat réputé Lucas Mattei se dispute avec sa femme Sarah. La gynécologue Mélanie Carcassonne décide que c’est le moment idéal pour avouer à son cancérologue de mari Alain sa liaison extra-conjugale avec un jockey. Juliette, la sœur de Marie-Laurence, vient avec un invité surprise, son nouveau compagnon Erwann, de trente ans son aîné. L’arrivée d’Henri, le père de Juliette et Marie-Laurence, est un bouleversement de plus, car lui et Juliette ne se parlent plus depuis deux ans…

 

Résultat de recherche d'images

 

excellents dialogues …  faux amis.. et ce que dit le père ( pierre arditi) génération qui juge, écolo etc$

Résultat de recherche d'images pour "le code a changé distribution"

 

 

le choix de ces deux films dans la semaine tombe en plus avec l’astro et les liens.. on a vu  son et rend ou rang… avec saturne en sagittaire.. les gammes en musique par ex.. ou  en sténo graphie.. et puis en version  angle.. jeu   -   et on a eu somme..    les ranges, les lignes, les marques rançon  et prise d’otage ou être otage.. on a eut code ( avec civil et pénal code quantum)

 

 

et il y eut  Ransom Games

sauf qu’ils ne sont que des enfants de riches, pas si pourris que cela.. gâtés mais pas pourris qui sont dans un centre, disons de redressement, genre camp de formation à la survie, loin de tout et sur une île .. choix qui a été fait  au lieu d’”aller en prison.. Finalement choix judicieux car les cours de survie et la discipline stricte les a soudés  et aidés face à des preneurs d’otages très violents..

http://www.nrj-play.fr/nrj12/ransom-games

 

 

 

locky rançon | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/locky-rancon/

31 oct. 2013 – "Les commérages ne tuent pas, ils sont la rançon de la réussite." Paulo Coelho … Espace perso d’ ANTINEA | Un Monde Universel | Page 86.

viol et meurtre | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/viol-et-meurtre/

9 juin 2015 – Jacques Rançon a été placé en garde à vue lundi à Perpignan et a avoué spontanément le meurtre de Marie-Hélène Gonzales, 22 ans, …

octobre | 2013 | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2013/10/

31 oct. 2013 – "Les commérages ne tuent pas, ils sont la rançon de la réussite." Paulo Coelho … Espace perso d’ ANTINEA | Un Monde Universel | Page 86.

 

 

seringue | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/seringue/

MISE À JOUR Un homme armé d’un couteau a retenu mardi soir en otage plusieurs personnes dans un magasin Carrefour Market de la chaussée d’Alsemberg …

Hervé Gourdel | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/herve-gourdel/

Au lendemain de la mort de l’otage français, une réunion de crise a eu lieu à … 2013 – Thanks for dropping by Espace perso d’ ANTINEA! … et le roi Henri VIII …

attaque en déni | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2016/09/15/attaque-en-dni/

15 sept. 2016 – … est un otage mais qui reste dans le déni mais qui reste inaccessible) poly formes… giga bits ( saturne comme le géant ou la bite d’amarrage) …

Espace perso d’ ANTINEA | Un Monde Universel

https://melusinefee.wordpress.com/

Lock out ou Lac Temps mort oxi temps | Espace perso d’ ANTINEA ….. crises avec des détournements et de otages.. eux les négociateurs… avec des émotions …

Preston Durro, un jeune motard, trouve la mort au cours d’un accident provoqué par une mystérieuse voiture qui l’avait pris en chasse. Lorsque sa Sa mère, Sandra, se rend à l’appartement de Preston pour trier et récupérer ses affaires, elle est surprise d’y trouver Krystal, l’ex-petite amie de son fils, qui lui affirme que Preston et elle sortaient toujours ensemble et lui interdit de toucher à son ordinateur. Sandra confie ses doutes à son ex-mari, Charles, venu l’épauler pour l’enterrement. Etonnée par l’attitude de la jeune fille, Sandra enquête pour comprendre ce qui se passe…

 

 

Krystal, la garce dangereuse manipulatrice et destructrice qui va pour tuer la mère du motard et qui finira pas tuer son propre père après avoir tuer l’employé de ce dernier qui avait eu aussi à faire à cette fille à problèmes..

Résultat de recherche d'images pour "jamais tu ne me quitteras"

 

 

Le père du motard

Résultat de recherche d'images pour "jamais tu ne me quitteras"

et sa mère

Résultat de recherche d'images pour "jamais tu ne me quitteras"

 

 

https://secretsdemila.com/2016/10/11/comprendre-les-mecanismes-du-pervers-narcissique-avec-celine-valentin-coaching/

 

Aller au contenu principal

Les secrets de mila

Naturalista, Beauté, Bien-être, psychologie, spiritualité, coaching gratuit, réaliser ses rêves en pensant positif

11 octobre 2016

Comprendre les mécanismes du pervers narcissique avec Céline Valentin Coaching

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je souhaiterais partager avec vous l’une de mes trouvailles sur le net, afin de vous aider à comprendre et sortir de l’emprise perverse narcissique.

Il s’agit de la page de Céline Valentin coaching : ses articles ont pour vocation d’illustrer le fonctionnement pervers…mais aussi de faire connaitre son activité de coach spécialisée dans l’accompagnement de personnes en relation (sentimentale, familiale, ou professionnelle) avec ce type de profil. Elle travaille en séance sur des problématiques comme le manque de confiance/l’affirmation de soi, donc apprendre à s’aimer, à se respecter, à savoir poser des limites etc…(ce qui manque en général aux victimes de pervers, et ce qui explique qu’elles tombent dans le piège!).

Rien de mieux que de vous faire part de deux de ses articles qui ont largement participé à mon déclic personnel, en effet, on ne peut que s’y reconnaitre lorsque l’on a vécu ce genre de relation…

Voici l’un d’eux concernant, ce qui arrive souvent, la jalousie envers la nouvelle proie du pervers narcissique, et cette illusion qu’il semble plus gentil, normal avec… LOL


LE PERVERS NARCISSIQUE EST UN CAMELEON : IL SE COLLE AUX REVES DE SA PROIE ET ADAPTE SON FONCTIONNEMENT AUX ENJEUX DE LA RELATION ET AUX FAILLES DE SA VICTIME.

Un même PN agit donc différemment d’une proie à une autre.

Après une rupture avec un partenaire toxique, et en particulier avec un PN, la victime doute et culpabilise plus que de raison.
Elle tente de COMPRENDRE les raisons de l’échec de la relation.
La victime, toujours en proie à une grande culpabilité, se demande souvent pourquoi le Pervers Narcissique auquel elle a eu affaire, semble plus “apaisé” ou plus “gentil” avec la nouvelle Proie (ou la précédente).

Ce petit rappel, permettra, je l’espère à tous ceux qui continuent à douter et culpabiliser, de RELATIVISER.

Tout d’abord, est-il nécessaire de rappeler qu’un PERVERS NARCISSIQUE ACCOMPLI NE CHANGE PAS ??

Son dysfonctionnement est structurel.
Dans une relation avec un pervers narcissique, la finalité est toujours la même : la destruction.
Tôt ou tard, la Proie se retrouve vidée de son énergie, dépressive ou au bord de la folie.
Ce n’est qu’une question de temps.

Le PN adapte juste son fonctionnement aux caractéristiques de chacune de ses victimes, qui, différentes les unes des autres, ne réagissent pas de la même manière.
Elles ont chacune leur personnalité, leurs fragilités et leurs rêves.
Elles sont plus ou moins résistantes, clairvoyantes, et les enjeux pendant la relation, ne sont pas les mêmes (désir d’enfant, activité professionnelle ou pas, indépendance financière ou pas…).

Dans le cadre de mon activité de coach, je travaille sur certaines notions, en particulier celles de BESOINS et de VALEURS.
Nous n’avons pas tous les mêmes valeurs.
Le « MODELE DU MONDE» de chacun est unique, et correspond plus ou moins bien à celui de l’Autre.
En d’autres termes, nos différences nous rendent plus ou moins vulnérables aux rouages de la perversion..
Si le pervers narcissiques recherche toujours une victime qui possède des qualités qu’il n’a pas (sensibilité, sincérité, spontanéité, joie de vivre…), elle peut être plus ou moins authentique et clairvoyante.
Son degré de maturité varie, ainsi que son niveau de conscience.

Le pervers narcissique, dans un premier temps, flatte, appâte, élève sa victime sur un piedestal…afin de l’envouter et de la rendre prisonnière. Sous son masque de Prince Charmant, il utilise tous les artifices possibles pour éblouir sa Proie.
Il sait d’instinct, lesquels vont être les plus efficaces.

Moins la victime considère l’image sociale, les apparences ou les avantages matériels comme essentiels ; plus elle se respecte, a confiance en elle et en ses propres jugements … plus elle résiste au fonctionnement PN.

Nous avons vu au travers de mes différents articles, que la victime (qui a des failles) INTERAGIT avec son bourreau. La relation ne perdure que parce que ces INTERACTIONS sont possibles, et que la victime y trouve certains BENEFICES.
Du moins un temps.
Dans toute relation, ce n’est pas « blanc ou noir », et la victime d’un PN est responsable jusqu’à un certain point, ne serait-ce que parce qu’elle reste dès les premiers signes d’irrespect.
La relation entre un PN et sa victime est une rencontre entre deux blessures.
(voir mon article sur les similitudes entre la structuration du PN et celle de sa victime).
Dans une relation avec un pervers narcissique, l’un fait croire à de l’Amour, et l’autre veut y croire, malgré les preuves qu’il ne s’agit pas d’amour mais de possession, de maltraitance, de cruauté..
La communcation basée sur le mensonge, permet de « maquiller » les intentions réelles.
Cette communication perverse s’appuie sur :
-« L’ESTHETISME » pour séduire, et parer de beaux atours, une relation déséquilibrée (« je te domine, mais je te protège, et je t‘offre une situation matérielle enviable »…),
-« LE CONSENSUS SOCIAL » qui permet de faire passer les abus et les mensonges, pour un comportement « socialement correct » ou « branché » (« chochotte, tu es coincée », « toutes les femmes acceptent ça », « tu devrais te lâcher un peu »…),
-« LES CODES » qui dépendent du milieu social, et permettent de resserrer l’étau de l’emprise. Les fondements du respect et de la politesse sont retournés et utilisés en instruments de pouvoir sur l’autre (« historiquement, nous avons toujours agi de cette manière », « chez nous, les conjoints ne participent pas aux décisions dans ce domaine »…).

(source DF Tayebaly « pour en finir avec les pervers narcissiques. BREAL)

D’une victime à une autre, le PN ne manoeuvre pas de la même manière.
Face à un PN accompli, aucun conjoint ne peut s’épanouir et être heureux.
Cependant, la rencontre peut être plus ou moins violente (disputes/tensions/ruptures), et la relation, perdurer plus ou moins longtemps (de quelques mois à des dizaines d’années).
Si aucune proie ne sort indemne de la relation, la profondeur des séquelles varie.
C’est la raison pour laquelle il est nécessaire au sortir de l’emprise, d’identifier les failles qui ont permis aux interactions d’être maintenues, et de travailler sur ses valeurs, son estime, sa confiance et son affirmation de soi, afin de ne plus retomber dans le piège d’un autre illusionniste toxique.

Voici la description de deux types de victimes très opposées. Elles ont en commun des QUALITES destinées à nourrir le VIDE INTERIEUR du pervers narcissique, et des FAILLES… mais leurs réactions face au fonctionnement PN sont très différentes.
Face à un pervers narcissique, la victime a deux principales réactions : LA DEPRESSION ou L’AGRESSIVITE.
“Quant aux victimes, elles se retrouvent porteuses des symptômes du pervers. En fonction du degré des rapports entre le pervers et sa victime, cela ira de la dépression à la tentative de suicide, de la violence à la perversion, de la confusion à la dépersonnalisation, voire la folie”. (JC Bouchoux. “Les pervers narcissiques” EYROLLES).

UNE VICTIME DOUCE et docile, met plus de temps à prendre conscience du double visage du bourreau.
Elle culpabilise sans fin, pensant qu’elle est responsable du changement de comportement de “l’Etre délicieux” qu’elle a rencontré.
Parfois elle vit pendant plusieurs dizaines d’années dans un profond mal-être, sans réaliser qu’elle est manipulée, et victime de violences psychologiques.
Elle a, dans un premier temps, si bien contribué à remplir son rôle de faire-valoir, cru aux mensonges, et entretenu le mythe du Prince Charmant vis à vis de l’extérieur, qu’il lui est très difficile de s’admettre à elle-même (et donc de faire admettre aux autres), qu’elle s’est trompée, et qu’elle a été dupée.
Cette victime douce est celle qui PROTEGE le plus longtemps l’IMAGE SOCIALE du pervers narcissique.
Pendant la relation, elle est dévitalisée graduellement et insidieusement.
La victime douce, souvent une personne qui se sent coupable de “tout”, est conduite “à bas bruit” (pas de scènes importantes, de ruptures, ou de fortes disputes), vers la DEPRESSION.

UNE VICTIME REBELLE, en revanche, s’insurge rapidement lorsque le “VRAI VISAGE” du PN apparaît.
Consciente du décalage entre les paroles et les actes de son tourmenteur, elle se cabre et devient méfiante et soupçonneuse.
Elle peut adopter elle-même des comportements PN pour se défendre.
Elle vit dans un état de tension et d’hypervigilance épuisants.
Insoumise, elle est DANGEREUSE pour le PN.
En verbalisant l’irrespect et le fonctionnement dont elle est victime, elle le met face à lui-même, et donc face à son vrai visage.
Ce qui est insupportable pour le manipulateur pathologique.
Se sachant démasqué par sa proie, il sent inconsciemment que son image sociale est en péril.
Face à une personnalité clairvoyante et rétive, le PN contrôle moins bien la situation et se sent extrêmement angoissé.
Il “doit” parvenir à dresser et soumettre sa Chose, et pour cela, tente de la mater, en activant intensivement les peurs et les douleurs qu’il a parfaitement identifiées.
Cette victime rebelle, qui devient rapidement AGRESSIVE, se défend bruyamment. Poussée à bout, elle peut aussi devenir violente physiquement vis à vis de son bourreau ou d’elle-même..
Vis à vis de l’extérieur, le PN enfile un masque de martyr.

Voici un exemple concret, (très long , que j’ai déjà utilisé pour illustrer la différence de comportement d’un même PN avec ses compagnes successives.
Pour ceux qui auront le courage de le lire , il permet de constater que la manipulation est constante, mais les ficelles tirées, différentes.

De l’extérieur, les relations semblent n’avoir aucunes similitudes.
Pourtant, il s’agit du même homme : un pervers narcissique accompli…

“Roland a une première longue relation de 15 ans, avec sa première épouse, Cléa.
Il la rencontre alors qu’elle est très jeune, une vingtaine d’années. Lui en a quelques unes de plus.
Roland a été, (et est toujours), un enfant gâté, égocentrique et autoritaire.
Petit héritier, habitué à être au centre de l’attention, il entend que tout tourne autour de sa personne.
Il manque de confiance en lui, se sent vide et manque de profondeur, mais il compense cette incomplétude en jouant de son pouvoir materiel.
Il a réussi à se composer un personnage d’homme fort, sérieux et fiable.
S’il manque de charisme, ses nombreux voyages, les lieux courus qu’il fréquente, et ses relations, lui permettent de faire illusion vis à vis de l’extérieur.

Cléa est impressionnée, l’aime et l’admire.
Elle a des failles, et en particulier une très forte capacité à culpabiliser.
Ils se marient et ont deux enfants.

Le fonctionnement du couple de Cléa et Roland, ne va pas permettre à Cléa de s’épanouir, bien au contraire.

Les décisions sont prises par Roland de manière unilatérale, dans tous les domaines.
Il n’y a aucune réciprocité.

Roland n’aime pas les amis de Cléa, et dès le début de la relation, il lui impose de ne fréquenter que les siens.
Ce qu’ils feront pendant toute la durée de leur histoire.
Les amis de Roland, qui sont en réalité un “clan” de complices courtisans, apprécient Cléa, qui n’est pas un obstacle a au bon fonctionnement du “Roi et de sa Cour”.
Son mari peut se comporter comme un petit monarque, et les “amis” comme des courtisans.
Elle ne relève pas, et demeure agréable et docile.

Ils n’ont pas d’échanges profonds, ils vivent l’un à côté de l’autre, mais il manque une dimension. Cléa le ressent confusément, mais elle l’a connu si jeune, qu’elle n’a pas d’autre point de comparaison.
Ce qu’elle a vécu dans son enfance, ne lui a pas permis , d’avoir de bons repères.
Leur intimité, se résume à leur intimité physique.

Le train de vie de Cléa, doit justifier qu’elle soit heureuse.
Sous emprise, anesthésiée , Cléa culpabilise “au quart de tour”.
Elle est programmée pour penser « qu’elle n’a pas le droit de se plaindre, car elle a une vie de Princesse ».
Lorsqu’elle se sent triste, et déprimée, elle s’oblige à rationnaliser : son mari «est gentil», elle a une belle maison, elle part souvent en vacances…
Elle n’a aucune conscience des violences psychologiques insidieuses, dont elle est victime.
Elle minimise la souffrance psychique qu’elle ressent.

Sous son masque de « gentil mari », Roland considère que sa femme est sa “propriété”, et il l’a programmée afin qu’elle remplisse « ses fonctions » : s’occuper de lui, des enfants, l’approuver, être disponible sexuellement…et lui renvoyer une image de perfection.

Roland est habitué à la docilité de sa femme : elle ne le contredit ou le contrarie presque jamais.
Si cela arrive, il réagit très mal , et devient alors terriblement cassant.
Sa colère est sourde, il ne crie pas, mais peut « faire la gueule » pendant plusieurs jours.
Sa froideur, et sa dureté, glacent Cléa.
Elle ne parvient donc pas à exister auprès de lui, et à faire entendre sa voix : elle craint trop de le mécontenter.

Roland est un PN accompli, mais avec Cléa, il rencontre peu de résistance : ils ne se disputent donc jamais.
Il nourrit son narcissisme à moindre frais : sa femme est douce, et il fait à peu près tout ce qu’il veut.
Cléa ne se sent pas épanouie et en souffre de plus en plus.
Elle ne travaille plus depuis longtemps.
Elle n’a pas d’indépendance, ni d’autonomie.
Elle n’a réussi à faire aboutir aucun de ses projets professionnels depuis que les enfants vont à l’école.
Elle est restée dans l’ombre de Roland.

Cléa est infantilisée, et lui demande son autorisation pour tout.
Roland jouit de sa position de « chef », il a le POUVOIR et l’argent.
Il prétend ne pas s’en servir, mais il en joue outrageusement, sous un masque de modestie feinte.

Pourtant, pour l’entourage, cette famille reflète l’image de la famille idéale, moderne, harmonieuse, équilibrée.
Il n’y a aucune tension visible.
Cléa semble très gâtée, heureuse et libre.
Personne ne se doute que dans le huis clos de la relation, elle subit de la violence psychologique.

Cléa n’en a pas conscence non plus. Elle se sent juste, de plus en plus déprimée.

Les deux dernières années de la relation, Cléa est dévitalisée, et elle a totalement perdu sa joie de vivre.
Cela déplait à son mari : il veut une compagne « joyeuse », « rieuse », disponible sexuellement .
Or, elle n’a plus envie de rien.
Il ne s’inquiète pas pour sa femme, mais pour LUI : sa Chose ne fonctionne plus correctement, et ça l’énerve.

Cléa sent qu’elle ne peut plus supporter l’égocentrisme de son mari, ni cette relation déséquilbrée.
Elle ose tenter d’exprimer son mal-être à Roland.
Mais sa déception est à la hauteur de son espoir : il la démolit verbalement.(DENI)
« Comment ose-t-elle remettre en question sa vie de rêve avec lui ?» (CLIVAGE/communication perverse-ESTHETISME).
L’affront est insupportable pour Roland, qui est incapable de se remettre en question.

En représailles, il rompt la communication et quitte la maison.(PUNITION)
Cléa doit payer son “insolence”.
Cher.
Roland adore donner des leçons. Il a toujours raison.
Il se croit « parfait » et est convaincu d’offrir une vie « parfaite » à son épouse. (CLIVAGE)
Il la culpabilise, la traite « d’enfant gâtée ». (Il projette sur elle, son propre défaut/PROJECTION)
Roland a enfilé son masque « d’homme parfait outragé ».
Roland devient odieux au quotidien.
Il fait dormir Cléa sur la canapé pour la punir.
Il sort seul sans elle, et la trompe avec une étudiante de 20 ans.
Son rôle de pygmalion avec cette très jeune femme, lui permet de nourrir son narcissisme malade.
Il vit à côté de sa femme, en l’ignorant ostensiblement, pour la punir de son affront. (l’OBJET/MIROIR/Cléa doit être punie/détruite)

Leur histoire se termine.

Quelques années après sa séparation, Roland rencontre une nouvelle Proie, Julie.
Elle a presque son âge, des activités professionnelles qui la passionnent, et deux grands enfants.
Elle est atypique, pleine d’énergie, et a une très forte personnalité.

Mais elle a aussi des failles, en particulier une dépendance affective liée à un abandon dans son enfance.
Et elle ne connaît pas le fonctionnement pervers narcissique…
A travers son prisme humain et bienveillant, elle ne peut imaginer qu’un être, puisse être aussi sombre et destructeur.

Julie se laisse séduire.
Roland s’accroche très vite à elle (en réalité à ce qu’elle représente, et à ce qu’il peut en tirer).
Il lui dit, qu’elle est, «celle qu’il attendait » (créative, active, indépendante, atypique) ayant déjà des enfants, « car il n’en veut plus ».
Il l’appelle son « Petit Soleil », car elle « illumine sa vie ».

Il lui dit exactement ce qu’elle a besoin d’entendre : il se COLLE A SON REVE.
Julie est une femme « bouillonnante », elle a besoin d’un homme fort, et Roland semble très rassurant tant il est calme, et sait prendre « les choses en mains ».
En réalité, ce que Julie prend pour de la force, est de la froideur émotionnelle.

Cependant, Julie sent très vite qu’il y a un « truc qui cloche » (il semble absent à lui-même, il est souvent maussade, et reste très superficiel dans les discussions), mais elle choisit d’ignorer son « alarme interne ».

Elle a souvent l’impression d’être un “objet” ou une “employée”, et elle se rebelle contre les comportements irrespectueux de Roland.
Il n’a pas l’habitude que quelqu’un remette en cause sa manière d’agir, et il est souvent de mauvaise humeur.
A chaque fois qu’elle n’est pas d’accord avec lui, Roland considère que Julie lui “fait une scène”.
En réalité, il est incapable de supporter la contradiction, et la frustration, comme un petit enfant gâté et tyrannique de 3 ans.

La relation est houleuse, et Roland menace de quitter Julie, ou la quitte pour quelques jours, dès qu’elle s’oppose à lui, ou le contrarie.
Roland ne souhaite pas vraiment se séparer de Julie, juste affaiblir ses défenses, pour l’amener à se soumettre.
Comme un animal qu’on dresse.

Julie tolère déja, ce qui ne peut pas l’être.

Roland se plaint de sa compagne à sa Cour : il enfile son masque de victime aux yeux de son entourage.
Les “amis” de Roland n’apprécient pas Julie, car ils sentent qu’elle n’est pas dupe de la courtisanerie de beaucoup. Julie est un obstacle aux avantages que les amis/courtisans peuvent tirer du riche PN.

Julie s’étonne que Roland se complaise dans ce fonctionnement, et le lui dit.

Les tensions du couple formé par Roland et Julie sont donc visibles de l’extérieur.

S’il prétend que Julie le harcèle, c’est en réalité, lui qui la torture psychologiquement.
Roland a très bien identifié la crainte de l’abandon de Julie.
Il provoque sa peur et sa jalousie en la menaçant de rencontrer une autre femme et de l’abandonner, puis lui reproche “de ne pas avoir réglé ses problèmes affectifs”.
Roland fonctionne dans un registre pervers : il inverse, retourne la situation.
Il reste avec elle, mais refuse de s’engager, ce qui lui permet de la maintenir dans une situation de précarité psychique.
Le Manipulateur Pathologique induit chez Julie, la réaction qui lui permet de la tenir accrochée au bout d’un fil.
Il joue avec elle avec sadisme.
Julie, totalement confuse, réagit en étant de plus en plus jalouse et possessive.
Elle est en hypervigilance constante, et n’a pas le recul nécessaire pour prendre conscience qu’elle est cruellement manipulée.

Au fur et à mesure des mois, le malaise de Julie grandit.
Julie, sincère et franche, est donc très clairvoyante, elle verbalise ses observations, et les aberrations qu’elle subit au quotidien.
Elle a, sans le savoir, identifié le fonctionnement pervers narcissique…
Mais comme toutes les victimes, Julie s’accroche à ce qu’elle
« croit percevoir » de « bon » chez son bourreau.
Elle sent souvent poindre le « petit garçon blessé » à travers le Tyran, et c’est aussi ce qui l’attache à lui.

Elle pense qu’elle peut “sauver” Roland, mais il est de plus en plus odieux et irrascible : il se sent démasqué.
Il intensifie le harcèlement et les punitions.
Julie se cabre, et lutte de plus belle.
Roland commence à la brutaliser physiquement.

La deuxième année de leur relation, à la suite d’une séparation très douloureuse, c’est encore Julie qui prend à son compte tous les dysfonctionements, et qui se remet en question.
Elle démarre un travail avec une nouvelle psychiatre/psychanalyste. Julie tourne en boucle à chaque séance, car elle est profondément perturbée par la conduite et les propos de son compagnon.
Très vite, son thérapeute prononce le terme de “pervers narcissique” concernant Roland.
Malgré cette alerte, Julie ne fuit pas.

Roland n’a jamais fait aucun effort avec les amis de Julie.
Il ne les aime pas, car ils ne sont pas dupes de ses comportements irrespectueux avec elle.
Alors que Julie voit de moins en moins ses propres amis (et ne part en vacances qu’avec la sœur de Roland, sa famille, et ses amis à lui), Roland lui reproche pourtant de vouloir le “couper de son entourage”, et l’abreuve de reproches : il projette SES PROPRES DEFAUTS sur elle. (identification projective).

Elle se sent harcelée, salie et terriblement entamée.
Elle finit par adopter elle-même des comportements PN pour se mettre au diapason de celui qui la tue psychiquement.

Julie n’est plus elle-même, mais s’accroche à l’espoir d’une évolution positive.
Ses amis ne la reconnaissent plus.
Elle est souvent triste, et de plus en plus agressive.
Roland a compris, au bout de trois ans, que Julie ne se laisserait jamais dresser comme un caniche.
Il ne se cache presque plus jamais derrière des masques agréables : il la harcèle en continu.
Lors de leurs nombreuses séparations, il a déja commencé à séduire d’autres Proies.
Il veut remplacer Julie par une victime plus docile.
Son narcissisme a besoin d’être nourri.
(Le Vampire est affamé).

Julie dépense ses dernières ressources d’énergie pour sauver son couple, mais elle est exsangue.

Roland ne supporte plus le reflet que Julie lui renvoie : celui de son VRAI VISAGE.
Le “mauvais miroir” doit disparaître : Roland multiplie les ATTAQUES HAINEUSES, et fait preuve d’une cruauté inouïe.
Il n’a même pas conscience de ses agissements : il utilise massivement ses défenses pathologiques pour ne pas avoir à se remettre en question. Il lutte contre son propre effondrement en détruisant sa proie trop clairvoyante.

Julie se retouve à l’hôpital, et prend alors réellement la mesure de la destructivité de Roland.
Elle sauve sa peau en rompant absolument tout contact.”

Julie et Cléa ont eu affaire au même homme, mais il n’a pas agi de la même manière, ni tiré sur les mêmes ficelles.
Il s’est adapté aux caractéristiques et aux failles de ses Proies.
Avec Julie, la dernière année de leur relation, il a ajouté la violence physique, à la violence psychologique : le harcèlement moral ne suffisant plus, pour tenter de la soumettre.

Elle ont souffert toutes les deux, mais la première de manière insidieuse et graduelle, la deuxième, intensément et violemment à chaque, menace, punition ou « abandon ».
La violence psychologique a été sournoise dans le cas de Cléa, mais cruelle et ouverte, dans le cas de Julie.
Cléa n’était pas consciente des manœuvres de Roland, Julie l’était jusqu’à un certain point.

Les deux relations n’ont pas, non plus, été perçues de la même manière par l’entourage : personne n’avait anticipé la rupture avec Cléa, tant la relation paraissait « fluide », en revanche, avec Julie, la rupture était attendue.

Roland a très vite enfilé un masque de victime lors de sa relation avec Julie, masque qui lui a permis de se faire plaindre, de garder le beau rôle, et de retrouver rapidement une proie consolatrice.

Roland, un an et demi après sa rupture avec Julie, a épousé une nouvelle victime, plus jeune, qui n’a jamais été mariée, et souhaite avoir des enfants.
Il s’est, encore une fois, “collé au rêve » de l’Autre : le PN est un Caméléon.

En convolant aussi rapidement, Roland tente de redorer son image après sa relation désastreuse avec Julie. Il espère « prouver » qu’il est un homme sérieux, aux valeurs morales fortes, qui “s’engage”.
Encore de la manipulation pathologique, et le besoin maladif de cultiver une image idéale.

La troisième Proie est donc un nouvel instrument qui sert déja ses intérêts.
Ses caractéristiques et ses failles, vont permettre à Roland de la manipuler, en tirant sur des ficelles encore différentes, et de manière plus efficace.

En effet, le fonctionnement du PN se « peaufine » avec l’expérience et cette fois, le petit monarque « joue sur du velours » : la Favorite a été  » fournie » par sa Cour complice.
Le système pervers dans lequel elle interagit, contribue déjà à l’enfermer : après avoir servi de faire-valoir pendant quelques années, et entretenu l’image “idéale”de son mari, il lui sera d’autant plus difficile de s’admettre (et de faire admettre) qu’elle a épousé un illusionniste, un imposteur, qui la détruit et la persécute à huis clos…


Alors, vous avez plus de réponse à vos questions interminables je suppose?

Pour finir je vous partage un autre de ses articles très révélateur aussi je trouve:


DU MANQUE D’EMPATHIE DU NARCISSIQUE A LA DESTRUCTIVITÉ SADIQUE DU PERVERS…
“ Tu mesures ta monstuosité. Mais c’est ainsi. Tu ne veux pas parler. D’ailleurs, tu réalises que tu ne souffres pas. J’ai toujours su que tu étais de ceux qui ne savent pas souffrir, étant de ceux qui ne savent pas aimer.”
(Florian Zeller. “Les amants du n’importe quoi”)
Dans mon article “le tout petit champ émotionnel du pervers narcissique” (publié le 5 octobre 2015), je décris les limites du PN concernant la question des AFFECTS.
Otto Kernberg psychiatre, psychanalyste reconnu pour son travail sur les pathologies du narcissisme écrit en 1975 :
“Les principales caractéristiques de ces personnalités narcissiques sont un sentiment de grandeur, un égocentrisme extrême, une absence totale d’empathie pour les autres, bien qu’ils soient avides d’obtenir admiration et approbation pour eux-mêmes.

Les narcissiques ont un trouble du comportement (article du 26 novembre 2015, sur la différence entre un trait de caractère et un trouble du comportement).
Parmi eux se trouve une petite catégorie perverse, qui se nourrit et jouit de la souffrance de l’Autre : les pervers narcissiques.
Non seulement dénués d’empathie, ils sont, de plus, sadiques et cruels : ils jouissent de la détresse de leur proie.
Plus leurs victimes souffrent, plus ils se sentent exister.
“Incontestablement, les pervers ressentent une jouissance extrême vitale, à la souffrance de l’autre et à ses doutes, comme ils prennent plaisir à asservir l’autre et l’humiler.” (“Le Harcèlement moral”. MF Hirigoyen)
Lorsque le PN est contrarié ou qu’il n’obtient pas ce qu’il désire, il ressent la même rage qu’un petit enfant de 3 ou 4 ans. (IMMATURITÉ AFFECTIVE)
Sa première réaction est un désir de VENGEANCE, qui l’amène à vouloir “PUNIR” celui/celle qui lui a résisté. (article sur les punitions du PN, du 22 avril 2015)
Les pervers narcissiques ne recherchent une proie que pour tenter de s’en nourrir.
Vides et inconsistants, incapables de ressentir de véritables ÉMOTIONS, ils se “branchent” sur leur victime pour en aspirer la vie.
Ils ne peuvent donc se passer d’un/une Autre qui leur sert de nourriture/bouc émissaire/miroir. (Voir l’article sur le profil de la victime du 5 mars 2015)
“La victime n’est pas un individu “autre”, mais un reflet. Toute situation qui remettrait en question ce système de miroirs, masquant le vide, ne peut qu’entraîner une réaction en chaîne de fureur destructrice. Les pervers narcissiques ne sont que des machines à reflets qui cherchent en vain leur image dans le miroir des autres. Ils sont insensibles et sans affect. Comment une machine à reflets pourrait-elle être sensible? De cette façon, ils ne souffrent pas. Souffrir suppose une chair, une existence.”
(“Le Harcèlement moral” MF Hirigoyen).
Lors de la séparation, le pervers narcissique a en général deux réactions :
1/-si c’est la victime qui le quitte, il met tout en oeuvre pour récupérer sa “CHOSE”.
Il ne suporte pas de perdre son EMPRISE.
La fuite de sa proie ne l’incite pas à se remettre en question, il en est incapable. Il déploie toutes sortes de MANIPULATIONS (simuler la dépression, promettre de changer, pratiquer un chantage affectif, menacer de garder les enfants…) pour l’empêcher de lui échapper.
Si la victime cède, et accepte de renouer, le PN reprend très rapidement les violences psychologiques là où il les a laissées.
2/-s’il a lui-même décidé de se débarasser de sa”chose” (parce qu’elle ne satisfait pas suffisamment ses besoins et/ou qu’il a rencontré une nouvelle proie), il tente de “l’effacer” du paysage.
La victime est alors balayée de la vie du PN en quelques heures/jours, et ne comprend pas la froideur/cruauté de son bourreau.
Le narcissique, lors de cette phase de séparation, concentré sur d’autres objectifs (voire sur une nouvelle proie), n’a AUCUNE EMPATHIE pour la souffrance de celui/celle qu’il rejette.

NOTE :
Le PN se débarasse de son ancienne compagne/compagnon, comme on se débarasse d’un OBJET obsolète devenu inutilisable. Le pervers peut agir avec une grande indifférence/froideur, ou avec un besoin irréprésible de sadiser et de détruire.
Tout dépend du contexte dans lequel il rompt.
En tout état de cause, l’attachement d’un pervers narcissique n’est jamais profond, puisque ses affects sont tronqués.
Ses “sentiments” demeurent donc très superficiels, et liés à ce que la proie lui “offre” comme avantages.
En effet, la proie du PN a des “fonctions”, comme un instrument.
Tant qu’elle qu’elle remplit ses “fonctions” (miroir/faire-valoir/bonne à tout faire/gouvernante/objet sexuel/poubelle psychique/banque…), le pervers l’utilise, lorsqu’elle ne les remplit plus suffisamment bien, elle est jetée, sans plus de ménagment que si elle était un USTENSILE cassé.
Le PN agit comme un petit enfant qui repousse brutalament le jouet qu’il a entre les mains, parce qu’il en veut un autre, “plus beau”, où qui casse le sien de rage “parce qu’il ne marche plus”.
La maturité affective du PN est celle d’un petit enfant gâté et tyrannique.
Cependant, après la séparation, même lorsque c’est lui qui en a pris l’initiative, le PN ressent le besoin de “vérifier” que sa proie est encore sous EMPRISE.
Si par exemple, elle s’éloigne trop facilement, il peut tenter de la reconquérir/séduire, pour la “jeter” immédiatement après…
D’une manière ou d’une autre, après la séparation, il aura besoin de s’assurer de son POUVOIR sur elle.
L’enjeu étant la confirmation de sa “TOUTE-PUISSANCE”.
Le pervers utilise, si nécessaire (et sans aucun scupule), des “tiers” (la famille, les amis, les enfants…) pour atteindre l’Autre, et lui faire exprimer les émotions dont il se nourrit (VAMPIRE AFFECTIF).

Dans mon article du 13 avril 2015 “Qu’est ce qui provoque un jour la nécessité…”, je décris la séparation de Gustave/le pervers narcissique et de Valentine.
RESUMÉ :
Après trois années de relation houleuse, et à la suite d’une énième dispute lors de laquelle Valentine a (encore) refusé d’adhérer à des RÈGLES injustes et absurdes, Gustave l’a brutalisée.
Depuis un an, le PN a ajouté la violence physique à la violence psychologique : il brutalise sa compagne lorsqu’elle se rebelle.
Cette fois, leurs enfants ont vu Valentine sortir de la chambre, le corps recouvert de marques rouges.
Le masque de “monsieur parfait” de Gustave est tombé.
Pour le narcissique, l’image renvoyée par les enfants (et la cuisinière présente) est insupportable.
Dans leurs yeux, il se voit tel qu’il est (dominateur et brutal).
Aussitôt, il utilise massivement ses mécanismes de défense : il projète la faute et ses propres défauts sur Valentine (IDENTIFICATION PROJECTIVE), afin de rester dans le DÉNI (de la gravité) de ses actes, et de demeurer dans le CLIVAGE (“je suis le “bon”, le “parfait”, c’est l’Autre qui est “mauvais”) typique du PN.
Ainsi, au lieu de s’excuser, et de se remettre en question, Gustave ressent le besoin de PUNIR Valentine, et de la DÉTRUIRE (attaques haineuses destinées à casser le “mauvais miroir”).
La jeune femme constitue désormais un trop grand danger pour Gustave : elle s’oppose trop souvent à lui, et ne protège plus son image.
Dans le fonctionnement pathologique de Gustave, alors qu’elle est victime, Valentine devient coupable. (Perversion=Inversion)
”La haine qui était masquée apparaît au grand jour, très proche d’un délire de persécution. Les rôles sont ainsi inversés, l’agresseur devient l’agressé et la culpabilité reste toujours du même côté”.
(“Le harcèlement moral”. MF Hirigoyen)

Pendant quelques jours, Valentine se retrouve seule dans la villa des Baléares avec sa fille Lou.
Elle cohabite ensuite 48 heures à Paris avec Gustave.
Heureusement, le fils de Valentine, Paul, présent pendant ces deux jours, la protége du pire : Gustave est obligé de contenir sa violence physique.
Cependant, il exerce une violence psychologique inouïe, en dépit de la présence de ses beaux-enfants.
Mû par la haine, aveuglé par son désir de lui faire “payer” sa rébellion, et nourri par la souffrance qu’il inflige à sa compagne, ses TRANSGRESSIONS se succèdent à un rythme effrayant.
“Résister à l’emprise, c’est s’exposer à la haine. A ce stade, l’autre qui n’existait que comme objet utile, devient un objet dangereux dont il faut se débarrasser par n’importe quel moyen. La stratégie perverse se dévoile au grand jour”.
(“Le harcèlement moral”. MF Hirigoyen)
Alors que Valentine sombre dans un état inquiétant, Gustave retourne chaque situation à son avantage, et garde un sang-froid hors norme.
Or, le “malade” est bien celui dont la froideur émotionnelle lui permet de demeurer calme.
Sa folie existe bel et bien, mais elle est cachée (“psychose blanche”).
Et cette folie est projetée dans sa victime qui en devient la porteuse avec des symptômes visibles cette fois (article du 23 mars 2015 sur la fragilité psychologique “apparente” du PN)…
NOTE :
Lors d’une relation avec un PN, la proie, victime de transgressions diverses et répétées, perd progressivement sa capacité à réfléchir avec clairvoyance. Harcelée, et constammant accusée de tous les maux et dysfonctionnements du couple, elle finit par se croire coupable et sombre dans un état anxieux généralisé et/ou dépressif.
De plus, tous les PN, s’entourent d’un “clan” qui banalise leurs agissements pervers.
Gustave n’échappe pas à cette règle.
Rien, ni personne, ne s’oppsose donc à ses transgressions. Ses courtisans l’approuvent quoiqu’il fasse.
(voir l’article du 28 avril 2016 sur l’entourage du PN “ce manipulateur si manipulable”)
Sa cour, lui permet d’entretenir son CLIVAGE (“je suis le “bon”, le “gentil”, je ne fais rien de “mal”/ce que je fais est “justifié”)…
Le pervers semble donc “sain d’esprit” et bénéficie de soutien (sa cour), alors que la proie dont la santé mentale se dégrade, est pointée du doigt et nage en pleine confusion.
1/
Aux Baléares, malgré les tentatives de Gustave, Valentine refuse d’être jetée dehors avec sa fille.
La présence des enfants (miroirs) empêche le PN d’aller au bout de sa rage destructrice .
C’est donc lui qui part, en emmenant ses propres enfants éberlués (un PN en phase de punition/destruction, n’ayant aucune sensibilité ni empathie, n’hésite pas à les blesser ou à les détruire).
Gustave retourne la situation : il “quitte” Valentine (et la villa), coupe la communication, annule le billet d’avion de sa compagne, et la remplace.
Le pervers, ne prend même pas la peine de l’en informer lui-même.
Gustave se fend juste d’un SMS à Valentine, pour lui demander de quitter la villa qu’il souhaite récupérer…
Il ressent le besoin de lui faire sentir qu’elle n’est plus “rien” sans lui, qu’il a le pouvoir, et qu’elle peut être balayée de sa vie, de la même manière qu’il jetterait un appareil défectueux.
“L’objet du pervers narcissique ne sera donc pas dénié dans son exitence, mais dans son importance; il n’est supportable que s’il est dominé, maltraité, sadisé, certes, et par dessus tout, maîtrisé”.
(Racamier, “Les perversions narcissiques”)
Gustave n’a aucune conscience de la TRANSGRESSION que cela représente, ni la moindre EMPATHIE pour la souffrance de sa compagne. (RÉIFICATION / CRUAUTÉ)
Il ne sait pas ce que cela signifie : Gustave le pervers narcissique ne souffre ni pour lui-même, ni pour les autres.
“Ils manquent donc de profondeur affective et n’arrivent pas à comprendre les émotions complexes des autres, ils ignorent en particulier les sentiments véritables de tristesse et de deuil : cette incapacité à éprouver des réactions dépressives est un trait fondamental de leur personnalité.” (Otto Kernberg)
NOTE :
Gustave est un petit héritier dont la perversion est renforcée par cette aisance matérielle : les autres, y compris sa compagne, sont des “choses” qu’il croit “posséder” et dont il pense disposer à sa guise… parce qu’il “paie”.
“Réduit à l’état d’ustensile ou de spectateur, autrui est exploité, grugé, disqualifié. Aucun scrupule n’arrête le narcissique en son triomphe; rien ne lui résiste; tout lui appartient; tout doit se soumettre et plier; de tous côtés, il commande surveille et dirige. Autre et ferme illusion : celle de la toute propriété.” (Racamier, “Les perversions narcissiques”)
2/
Lors de la cohabitation à Paris, Gustave se pomponne sous le nez de Valentine pour sortir dîner.
(Valentine qui ne se nourrit plus et ne dort plus, est loin de pouvoir se “pomponner” et de “sortir” : elle est anéantie. PN=ABSENCE d’AFFECTS ).
Gustave ignore sa compagne, il lui fait sentir qu’elle n’est pas importante, qu’elle n’existe pas, qu’elle ne vaut pas mieux qu’un meuble.
3/
La veille de son départ, Gustave demande des somnifères à Valentine pour lui rendre son voyage plus “confortable” : “Tu as l’air d’en avoir besoin en ce moment, le médecin a dû t’en prescrire, donc tu peux bien me donner deux comprimés pour m’aider à dormir pendant le voyage qui est super long et comporte une escale”.
Valentine, déja choquée et anéantie par la situation, n’en revient pas.
Elle ressent confusément que ce manque d’empathie extraordinaire côtoie une forme de sadisme.
4/
Toujours la veille du départ, Gustave s’enferme dans la chambre parentale de leur maison, avec une très jeune femme, sans expliquer à Valentine qui est cette personne. Elle les entend rire et chuchoter derrière la porte pendant près d’une heure.
Gustave le pervers, provoque, sadise et humilie Valentine, et retourne la situation en projetant la faute et la culpabilité sur sa compagne.
En effet, lorsque Valentine proteste après le départ de la jeune fille, il lui répond : “… mais ma pauvre, c’était ma coiffeuse, tu ne peux pas t’empêcher DE FAIRE DES HISTOIRES…”.
Cette TRANSGRESSION illustre sa PERVERSION, SON ABSENCE TOTALE D’EMPATHIE, et son SADISME.
L’IDENTIFICATION PROJECIVE et L’INVERSION sont flagrantes.
Le monde de Gustave le pervers, est un monde “à l’envers”.
La victime d’un pervers narcissique se sent perdue dans une “dimension” dans laquelle elle n’a plus aucun repère.
“Le mouvement pervers narcissique : façon organisée de se défendre de toutes douleur et contradiction internes et de les expulser pour les faire couver ailleurs, tout en se survalorisant, tout cela aux dépens d’autrui et non seulement sans peine mais avec jouissance”. (“Les perversions narcissiques” Racamier).
5/
Lorsque Paul, le fils de Valentine (agé de 19 ans à l’époque, et débordé par la situation), essaie de parler à son beau-père, Gustave refuse, sous prétexte “que son taxi ne peut attendre”.
Il s’envole pour Bali en laissant Paul gérer la situation seul, sans aucune EMPATHIE pour le jeune homme (qu’il connait, et prétend aimer depuis trois ans).

“Dans les pires crises, l’autre devient une poubelle, un dépotoir, une décharge, dans lesquels “l’individu-fou-qui-ne-parait-pas-fou” déverse avec férocité l’abjection et l’ignominie de sa haine, parfois sans limites.”
(Saverio Tomasella- “La folie cachée”-)

De tels comportements, typiques des pervers, conduisent souvent les victimes à L’EFFONDREMENT et à la DÉCOMPENSATION.
Valentine se retrouve à l’hopital dans un état anxieux généralisé et très inquiétant.
Elle déménage rapidement, et ne répond plus jamais aux messages de Gustave.
Valentine réalise qu’elle a subi un MEURTRE PSYCHIQUE, et que Gustave est un malade dangereux et insoignable.
Elle reste longtemps traumatisée par cette histoire, mais décide de travailler sur le sujet, et de donner un sens à cette expérience.
Quelques années après, elle en ressort grandie, plus forte, et plus heureuse.
“Chaque existence humaine est une longue conquête de soi. Nous sommes comme des pèlerins, en chemin dans ce monde, avec un léger balluchon, en marche vers la connaissance. Nous ne sommes pas surpuissants, capables de sauver l’autre ou le monde; nous faisons de notre mieux. Ce mieux commence d’ailleurs par prendre soin de soi et se respecter, avant même de chercher à aider autrui”.
(Saverio Tomasella- “La folie cachée”-

rêvé de souris cette nuit.. une sur mon bureau là avec l’ordinateur.. qui est ensuite en dessous du bureau avec une autre qui semble être son enfant et il y a une personne que je ne connais pas avec moi, un homme semble t ‘il dont je ne vois pas le visage qui voit une souris dans l’évier de la cuisine et la prend par la queue.. Pas peur, non, NOus sommes en train d’observer avec tendresse… Donc, comme personne ne donne la même signification et que l’on utilise la langue des oiseaux pour l’inconscient… Il y a donc la notion de sourire.. souris.. levier et lève hier ou lève yé .. la souris d’ordinateur ( qui a pris en mémoire)  voir la chanson une souris verte que l’on prend par la queue.. soulevée ou sous l’évier, dans l’évier…. dent levier.. l’ Eve .. soul Eve.. sourd riz   – sirous .. sirop.. sir OUs    sirus   – si rousse..  et la petite souris du rêve de la petite fille, vouloir être une petite souris qui observe sans être vue.. se faire discrète  -   les deux étaient au dessus puis en dessous.. déçu des sous.. monter puis descendre – la cuisine lieu de laboratoire alchimique.. et comme il y a deux bacs.. celui de gauche dont du passé.. et elle a été soulevée.. par là…. que..    comme nous sommes dans une période de Pont avec l’ Ascension..  mettre en l’air, soulever..    Di anna   Diana de Galles.. Diane pour la Lune..  une souris est une fille .. en argot…   donc j’en ai vu deux dans le coin et lui en a découvert une autre dans la cuisine. Nous étions en observation et découverte..   en ce moment en astro bélier taureau gémeaux   sont concernés – pour mettre la 1  vénus et taureau pour la cuisine. vénus uranus ( inconnu) mercure soleil mars lune – Oui il est donc nécessaire de prendre en compte la LUNE  puisque c’est rêvé.  les deux sont liés.. diane chasseresse… le chasseur… et axe gémeaux sagittaire..   ben oui….. et comme on a Moine qui est lien avec Bure.. eau ..    ou boireau   boire eau ou voir haut..  Dans un rêve, il faut prendre en compte chaque détail.. pour avoir l’ensemble de la situation. pas seulement le mot souris…  co chise…    cheese ( fromage) ensuite on peut voir gris niotte  – ni hot.. griotte  pour la cerise..L’appellation cerisier aigre est justifiée, car le terme griotte vient de l’occitan agriota, griota (« griotte »), dérivé précisément de agre (« aigre »).

 

Les textes romains rapportent une culture de cerisiers très ancienne. Selon l’encyclopédiste romain du Ier siècle, Pline (H.N. livre XV, 37), le général romain Lucullus, lors de sa campagne militaire contre le roi du Pont (côte sud de la Mer Noire), aurait découvert et apprécié les cerises de la ville de Cerasus (actuellement, la ville turque de Giresun) et les aurait ramené à Rome en 68 avant notre ère. Mais comme le signalait De Candolle en 1882 « il faut dire encore une fois qu’il y avait des Cerisiers — au moins celui des oiseaux — en Italie avant Lucullus, et que l’illustre gourmet n’a pas dû rechercher l’espèce à fruits acides ou amers. Je ne doute pas qu’il n’ait gratifié les Romains d’une bonne variété cultivée dans le Pont et que les cultivateurs ne se soient empressés de la propager par la greffe, mais c’est à cela que s’est borné le rôle de Lucullus » (Origine des plantes cultivées

 

– de là, on peut faire le lien avec le 21 – la table de Lucculus et la Foire Gastronomique..

 

En ce moment, si on regarde les liens avec les plantes et les arbres.. on a pu lire le lien avec le sureau aussi..   et en ce moment.. je travaille sur la fermentation… kéfir et le lait.. et le sureau.. et même fait du fromage aigre et doux.. miam..   Lucullus lien avec LUC  et taureau.. donc lien avec la cuisine..

 

Table de Lucullus – Foire de Dijon

http://www.foirededijon.com/fr/decouvrir/table-lucullus.746__1473.php

Vitrine du savoir-faire des artisans des métiers de bouche et des arts de la table, la Table de Lucullus est l’un des éléments phares de la foire internationale et …

 

Lauviah : Signe astrologique celte – Centre Lauviahe

http://www.centrelauviah.com/celtastr8.htm

Le signe astrologique cetle : CHASSEUR CERISIER pour les natifs du 26/5 au 5/6, retrouvez toutes ses caractéristiques.

http://www.centrelauviah.com/celtastr8.htm

 

 

 

 

SOURIS : Définition de SOURIS – Cnrtl

http://www.cnrtl.fr/definition/souris/2

Il aperçut, en relevant la tête, une petite souris blanche qui sortait d’un trou (Flaub. …. Argot. a) Femme légère, prostituée. Souris ravageuse; souris de rempart.

Bob / souris | ABC de la langue française – Dictionnaire d’argot

http://www.languefrancaise.net/Bob/5525

souris — Femme, jeune femme désirable, jeune femme aimée, maîtresse, concubine ; prostituée | définition et synonymes avec Bob, Dictionnaire d’argot de la …

 

 

 

 

 

La souris est un petit rongeur qui fait presque partie des animaux domestiques tant il est présent dans les maisons. Cela lui confère un aspect à la fois familier et quelque peu mystérieux. La souris n’est pas le rat dans le sens où elle est moins assimilée à la saleté ou aux maladies graves comme la peste. Tout cela fait de la souris un petit animal ambigu qui est très présent dans les rêves féminins dans sa dimension menaçante et dans les rêves masculins dans sa dimension mystérieuse.

Sommaire

  1. Un animal familier et mystérieux
  2. Signification des rêves de souris

rêver de souris article

Un animal familier et mystérieux

Scénario-type

Tout comme le scorpion, la souris apparaît rarement seule dans un rêve. Elle fait partie du décor. Néanmoins, on peut parfois la retrouver en bande et son aspect apeurant n’en est que plus précis.

Les musophobes (personnes phobiques des souris) dans la vraie vie, le resteront presque toujours dans leurs rêves.

 

.

Variantes de ce rêve

Rêver de rats, rêver de trous.

Signification des rêves de souris

Interprétation freudienne

La souris, c’est le pénis indépendant ! Il fait ce qu’il veut, est incontrôlable, parfois invisible, il se glisse sous les jupes. Il est petit et véloce… De ce fait, la peur d’une souris dans un rêve est l’indication d’une peur de la puissance du sexe masculin que le rêve soit fait par un homme ou par une femme. La souris est comme l’expression d’une libido sans contrôle, qui a décidé de n’en faire qu’à sa tête !

L’approche freudienne (Georges Romey va également dans ce sens) met aussi l’accent sur la peur de la castration que représente la souris dans les rêves.

Interprétation jungienne

Pour l’approche jungienne, la souris (comme le rat) est associée à la nuit. C’est un rongeur qui agit dans l’ombre et qui est parfois considéré comme sournois. Elle donc associée aux forces obscures, à l’Ombre. Elle est aussi annonciatrice d’un fléau, d’une maladie. Sur le plan psychique, cela peut se traduire par un avertissement donné par l’inconscient qui viendrait secouer le rêveur pour qu’il soit plus attentif à ses parties cachées et profondes.

L’approche jungienne s’intéresse aussi à la chauve-souris, animal ambigu à la fois rongeur et volant. Elle représente un élément alchimique fort dans la mesure où elle est le symbole du mouvement de l’inconscient. Ce type de rêve révèle la manière dont l’inconscient peut mener le conscient vers des sphères où la liberté et la créativité peuvent trouver toutes leurs forces imaginatives et transformatrices.

Interprétation symbolique contemporaine (selon Georges Romey)

Pour Georges Romey, la souris est à mettre en lien symbolique avec trous éléments : la peur, le trou et la réduction de taille. Tout cela renvoie de manière évidente à l’angoisse de castration et certaines insuffisances sexuelles masculines. Il souligne que chez les rêveuses on retrouve souvent des situations oniriques où ce sont elles les souris !

Analyse du rêve d’Ines, 6 ans : Rêver d’être une souris

"Je suis une souris et je me cache pour observer mes parents. Ils sont en train de manger et j’observe le mouvement de leurs mâchoires. Je suis cachée dans un trou de souris et je peux tout voir !" Ines, 6 ans

"Voici une belle représentation du fantasme des origines décrit par la psychanalyse ! Ce que veut voir la rêveuse ce sont ses parents faisant l’amour. Mais, les modalités de censure sont bien en œuvre dans le rêve et ils détournent le projet initial en observation gastronomique !".

Illustration : Photo tirée de La souris, de Gore Verbinski (1997), © PRODUCTION/ DREAMWORKS SKG

Alain Héril, psychanalyste et sexothérapeute
Claire Delabare, analyste jungienne

 

***************

 

http://interpretation-reve.fr/dictionnaire-reve-S/souris.htm

 

Rever d'une souris

http://www.interpretationdesreves.com/signification-des-reves/rever-de-souris/

 

 

indexVoir une souris dans votre rêve indique la peur, la douceur, l’insignifiance et le manque de confiance en soi. Vous éprouvez des sentiments d’insuffisance et craint constamment de ne pas être à la hauteur face à une situation. Le rêve peut également vous dire que vous perdez trop de temps en restant dans l’ombre de quelqu’un d’autre.

D’un autre côté, une souris symbolise les irritations et les petits désagréments. Peut-être que vous laissez les petits problèmes du quotidien ou des questions insignifiantes vous ronger intérieurement. Si l’on se réfère à une souris d’ordinateur, le rêve peut également faire référence à votre connexion au travail ou au monde virtuel.

Voir une souris morte dans votre rêve signifie que vous ne laissez aucunement des problèmes mineurs vous déranger. Vous cherchez à tout prix à vaincre vos peurs pour atteindre vos objectifs personnels. D’un autre côté, une souris morte indique qu’il y a quelque chose que vous avez ignoré ou négligé depuis longtemps et que vous devez affronter.

Si vous rêvez de tuer ou de piéger une souris, cela suggère que certaines personnes de votre entourage font une grosse affaire de certains problèmes mineurs de votre vie.

Si vous rêvez que vous ou quelqu’un d’autre mange une souris, cela indique que vous êtes psychologiquement fatigué et que vous avez besoin de temps pour vous ressourcer.

Par contre si la souris est poursuivie dans votre rêve, cela indique que vous ne vivez pas pour vous-même mais pour votre entourage.

 

mes cieux me disent, mes yeux me disent..  bac à eau dans l’évier..  (   on ré entend escart et galle )

et comme les mots sont mémorisés  ….

monter et descendre… esca lier   d’ailleurs le levier pour  soulever.. et c’est l’homme qui a pris la queue..    dans l’eau dans l’ Haut   et cuisiner c’est poser des questions..

 

souris verte en alchimie

 

avril | 2015 | Espace perso d’ ANTINEA | Page 6

https://melusinefee.wordpress.com/2015/04/page/6/

13 avr. 2015 – la présence du 3 un peu partout | Espace perso d’ ANTINEA …… pour calmer l’irritation des obèses, éviter la formation d’escarre, elle …

Voilà, c’est fini… | Directeur-des-Soins.com

https://dsirmtcom.wordpress.com/2016/05/13/voila-cest-fini/

13 mai 2016 – Et cette malade dans une chambre au dernier étage, dont l’escarre ….. Pingback: Quand la vie n’a plus de sens | Espace perso d’ ANTINEA·.

 

Résultats de recherche

pin galle | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/pin-galle/

c’était le 7/12/2014 avec PIn de Galle et oui … pin et galle sont des liens communs, le Var et juste avant Noël ce ressenti de pan qui tombe ou coulée de boue..

Mélusine | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/les-pecheurs-sur-la-greve/

De même, la colline d’Elénos vient du nom de la colline d’Elenydd (prononcé Éléneuze) située dans le Cambrien au Pays de Galles et qui s’étend de la zone de …

UN DIT UN | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2010/04/01/un-dit-un/

1 avr. 2010 – … explorait le Canada pour le compte du roi d’Angleterre Henry VII, lui même né au Pays-de Galles (et ayant passé 14 ans en exil en Bretagne) …

 

 

– ce qui me ramène à  :  puisque nous avons eu le soleil a rendez vous avec la Lune en Gémeaux.

http://cura.free.fr/xx/17boutfr.html

 

Donc, selon la thèse de Graves, nos zodiaques de douze mois dérivaient d’un ancien calendrier de treize mois. Ainsi, il s’est imaginé que le signe double des Gémeaux résultait d’une combinaison de deux constellations antérieures en une dans le but d’arriver à harmoniser les cycles luni-solaires.

 

 

tout en faisant le lien avec le film Merci pour tout Charles   ( lien avec Diana)   9/6 ste Diane et miroir de 69  – st charles le   2/3 et  4/11   -      charlie ??  – on constate donc qu’il y a un double charles sur le calendrier ou  al manach

Emprunté au latin monachus.
À comparer avec les mots manac’h en breton, managh en cornique, mynach en gallois (sens identique).  Moine

Charles

 

on a donc ici à la fois le 9   (2+7) et le jour de saturne.. et le 21 ….   le 9 et saturne lien avec le Moine

image

 

on peut étendre à Monaco    et monacal    … Monachus      mon acqus     mon acquis    accus …

princesse Mononoké

 

 

Princess Mononoke [2] wallpaper

http://www.tv-replay.fr/merci-pour-tout-charles/

 

 

 

Merci pour tout Charles

De Ernesto Ona

Avec Charlotte De Turckheim, Catherine Jacob, Claudia Tagbo plus

Genre Comédie

Nationalité français

 

Synopsis et détails

Mais qu’est-ce Caroline, bourgeoise bien-pensante, a bien pu faire au Bon Dieu pour mériter tout cela ? Caroline Delacour, 54 ans, est une mère exemplaire et une épouse accomplie. Son monde s’effondre lorsque, un jour de Saint-Valentin, son mari lui annonce qu’il la quitte pour une autre femme après 30 ans de mariage harmonieux. Plus d’argent, peu d’amis. Caroline devra quitter l’appartement où elle a été si heureuse si elle ne trouve pas un travail rapidement. Mais quel genre de travail peut trouver une femme qui n’a jamais travaillé ? Sa sœur et son beau-frère n’ont de cesse de vouloir lui présenter le nouvel homme de sa vie. Et tant pis s’il n’est plus tout jeune, s’il est un peu chauve et très ennuyeux. Au point où elle en est… Un jour, par hasard, elle est prise comme démonstratrice dans un supermarché…

************************

 

 

"Quiconque se complaît à trop de certitude est en vérité plein d’incertitude. Notre vie est incertaine ; c’est pourquoi un sentiment d’insécurité accompagne toujours la vérité, plutôt que l’illusion et le bluff de la certitude. A la longue, c’est celui qui est le mieux adapté qui l’emporte et non pas celui qui, illégalement sûr de soi, est livré à la menace extérieure ou intérieure. Que l’on cesse de se rapporter aux seuls critères de l’argent et de la puissance ! "

Jung , L’ âme et la vie .

Le pavillon 53, une unité désaffectée de l’hôpital psychiatrique et ancien asile de Maison Blanche, à Neuilly sur Marne. Christian SABAS y est infirmier en 1983.

Il refuse l’usage systématique de la camisole chimique. Sa carrière est alors menacée. Soutenu par le Dr Jani NAMYAS, qui défend l’idée d’un atelier d’expression libre, et par le Dr PARIENTE qui désire garder son infirmier « hors norme », il est affecté à un pavillon inoccupé au sein du parc de l’hôpital. Il commence à peindre, à faire de la musique, entouré de quelques patients et autres anonymes, faisant naître les prémisses de ce qui s’appellera plus tard "L’atelier du Non Faire".

Là, au milieu des grandes allées, des bâtiments de briques du début du siècle, sous les grands arbres centenaires, l’atelier semble encore résonner aujourd’hui comme ce possible d’une autre psychiatrie ; une psychiatrie qui aurait été ouverte sur l’extérieur, libre et dans une redéfinition permanente de la notion de "folie".

Cécile, Xavier et Shiki ont chacun eu, un jour, l’occasion de découvrir cet espace, par l’internement forcé ou la curiosité.

Ils nous racontent, au présent, leur passé et leur relation à ce lieux qui abrite 8000 toiles empilées dans la poussière du temps.

https://www.franceculture.fr/emissions/creation-air/pavillon-53?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1495341776

 

***************

un nouveau cycle… | Espace perso d’ ANTINEA

melusinefee.wordpress.com/2013/10/04/un-nouveau-cycle/

4 oct. 2013 – La maison blanche Commentaire …. comme le monde décrit d’Antinéa au creux de la Terre. image mate image · Salammbô est un roman de …

 

janvier | 2017 | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2017/01/

31 janv. 2017 – Le principe adopté jadis était de gérer la « Sécurité nationale » sous l’autorité conjointe de la MaisonBlanche, de l’état-major interarmées et …

pro filage | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2017/01/15/pro-filage/

15 janv. 2017 – internement abusif et torture blanche | Espace perso d’ ANTINEAC’était à Maison Blanche, rue d’Hauteville à Paris dans le 9e. … mineur,je …

encore une image qui parle en lien avec les astres

intéressant alors que nous allons sur l’ Ascension !

Aucun texte alternatif disponible.

« Tout… dépend de la psyché humaine et de ses fonctions… Il suffit d’une perturbation presque imperceptible dans l’équilibre de quelques-unes de ces têtes, qui mènent le monde pour le plonger dans le sang, le feu et la radioactivité. »

Jung , Présent et avenir

 

***********

montgolfier et les touches | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/montgolfier-et-les-touches/

Articles traitant de montgolfier et les touches écrits par Néa. … Espace perso d’ ANTINEA | Un Monde Universel | Page 187.

http://www.dailymotion.com/video/xqt0eo_le-muppet-show-saison-1-episode-1_fun

Résultat de recherche d'images pour "muppet show"

https://www.youtube.com/watch?v=Y8jxvCC-0fI&feature=share

 

pervers narcissiques   – même acabit..   besoin du regard des autres sans état d’âme

 

et ceux qui se pensent pouvoir être bon acteur de théâtre parce que capable de faire gober leurs mensonges ( sic  -   )

cependant……. même si  ce qui est retenu dans la vidéo …. quand à des manières de parler… il est bon de prendre le temps de voir le tout sous tous les angles…  c’est un “ jeunot” qui débute en politique… jusqu’à présent nous n’avions que des habitués de la pratique en politique.. Là pour le coup, c’est déjà du changement..  parce que sur son thème, ce n’est pas une personne malfaisante.. c’est facile de critiquer, mais qui voudrait prendre sa place à la Direction de l’ Etat avec tout ce que cela implique ??

sur la scène LA MACHINE EST EN ROUTE | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2009/04/27/sur-la-scene-la-machine-est-en-route/

27 avr. 2009 – Sur la scène au théatre comme au cinéma tout comme en machine un tour … retrouver quelqu’un en rêve dans un hall avec plein de monde.

Résultat de recherche d'images pour "muppet show"

Sur la scène au théatre comme au cinéma

tout comme en machine

un tour dans un sens, un tout dans l’autre

on refait une pièce

on donne les actes

act 1 scène 2

on refait la scène

nouveau pari

nouveau Paris

bord de Seine

Nous avons des messages

par nos rêves

par des écrits

par des pensées

il sufffit de traduire en inversant des lettres

en inversant le sens de la langue

un coup français, un coup anglais

en 1 versant

tout comme on parle des deux sens de la Seine

à rassembler les morceaux

les indications, les messages

les poser comme des actes

Une petite fille naîtra

elle s’appellera Marie et sera sous le signe de la Vierge

Je reprend l’histoire du fils et du Père

Tout comme l’histoire d’Oedipe

Le fils tue le père pour avoir la mère comme épouse

Il a la mère et la fille

la mère devient fille

Le Père tue le fils

il a la fille et la mère

la fille devient mère

Qui tue Qui ? qui est tu ? Qui est qui ?

Le jour où le fils devient Père, il rejoint le Père

Il laisse la mère pour voir une autre mère

Il sent devenir Dieu dans cette création

il a participé à la création pour cet enfant

Mais la création est sur la base de 3

Un esprit pensant

Un coeur vaillant

Un  qui fait corps avec les deux

on retrouve ici comme je l’ai déjà décrit

l’équipe d’Harry Potter

Il est passé du stade de fils à celui de Père

mais qui est Dieu ?

qui a porté la création

qui en réalité a fait la réalisation

Un corps ou il y avait un esprit pensant et un coeur vaillant

Mon fils serait il papa cette année ?

peut être pour début Septembre

une petite fille du signe de la Vierge

le temps me le dira

tout comme retrouver quelqu’un en rêve dans un hall avec plein de monde

on peut aussi dire que all qui est tout en anglais

retrouver quelqu’un dans le tout

se retrouver dans tout

porter des lunettes c’est nouvelle adaptation

avoir une meilleure vue, donc une meilleure compréhension

en regardant les choses de plus près

on ne tend plus les bras, on s’embrasse

les genoux à voir comme les JE-Nous

12 ans de séparation avec la mère

séparation de la mère à 12 ans

il ne connaissait pas son père sa véritable identité

il ne le reconnaissait pas, il a cherché un autre père dans l’amour

il a voulu le comprendre, s’y retrouver

il ne le voyait pas près de lui il a cherché ailleurs

il se disait cocu, mais les cornes qu’il portait n’était pas celles que l’on croyait

trompé il était mais lui même était le trompeur, il s’est trompé lui même

il a trompé tout le monde, usurpation d’identité

vous voyez dans l’histoire de la scène

au théâtre comme au cinéma

on s’identifie au personnage

à un personnage ou à plusieurs

**************************

 

Soleil carré Jupiter : besoin de s’affirmer, mais avec tendance aux excés, et donc le risque de donner une image trop démonstrative. Tendance aussi à une générosité excessive tout en ayant une grande ambition matérielle. La difficulté avec cet aspect est de tenir compte des réalités, car la personne a souvent tendance à viser au dessus de ses possibilités. Enfin c’est aussi le risque de rapports de force et de conflits avec tout ce qui représente une autorité

Soleil opposé Jupiter :: signification identique au carré mais là aussi avec moins de force, et donc plus de maîtrise quand même de l’ambition et des désirs matériels.

rien de pervers , juste le plaisir de briller , le soleil face à la lumière sur l’eau..   un travail sur l’image..  face à soi même et les en rapport avec les autres.  ou alors son lien avec la secrétaire ou intitutrice de la 6 en lien avec le théâtre dans la jeunesse  et la différence en 9 du soi et enseignement et l’amant royal qui ne regarde que lui…    ses amis, ses amours…   ( non on ne voit pas d’emmerde)  Il veut juste  être fort et brillant..   avec le recul, rien de catastrophique – il aime le lux.. point barre.

Internationale  ……….   en choeur…

juste pour le fun 

Astrologie : coup de théâtre ! Uranus en maison – Astrotheme – certainement très enthousiaste ..   

imageA l’instar des prisonniers de la caverne, Narcisse ne considère que l’image et, plus grave, seulement la sienne. Lorsqu’il croise son reflet, le reste cesse d’exister pour lui. Observons également que la nymphe Echo ne fait que lui renvoyer ses propres paroles. Tout est autocentré pour Narcisse. Il n’y a que son ego, c’est-à-dire la partie la plus limitée de son être, sa caverne. L’ego constitue l’obstacle à la réalisation spirituelle, car celle-ci consiste justement dans l’abolition des limites.

taureau : en lien avec ses paroles, ses écrits,  la lune du peuple et des contraires et jupiter dans la maison des Jeux.. en caner..  le soleil face à la lumière, c’est qui qui …va se retrouver ébloui ??? 

est ce que l’on joue avec les émotions ??

 

Taureau : meilleurs débouchés : l’agriculture, la banque, la gestion de biens, le commerce, surtout dans l’alimentation ou les vêtements, les grosses entreprises, la sculpture, le chant ou le Théâtre

 

 

Lune carré Uranus : cet aspect amène surtout des réactions très impulsives, un mauvais contrôle émotionnel, des tensions et des discussions fréquentes, car le stress est toujours présent. Evidemment sur le plan santé, on retrouve les faiblesses de la conjonction, plus accentuées, et sur le plan affectif, le risque de ruptures brusques quand le plan émotionnel n’est plus maîtrisé.

Lune opposée Uranus : même signification que le carré mais avec moins de force, et donc moins de risques de ruptures.

Vénus carré Jupiter : Nous avons là l’aspect type de l’excès en matière de désirs et de sentiments. La personne en veut toujours plus, et peut donc adopter un comportement inadapté à la situation vécue. Cette exigeance vis à vis des partenaires peut dans certains cas provoquer des ruptures, ou une attirance pour tout ce qui sort de la légalité.

Vénus opposé Jupiter : même signification que le carré mais en moins excessif.

Mercure carré Jupiter : les aptitudes intellectuelles sont bonnes, mais la personne a tendance à mal juger certaines situations, et elle est donc sujette aux erreurs d’appréciation, parce que souvent elle veut juger trop vite, ou sur un détail au détriment de l’essentiel. La personne veut souvent tout , tout de suite, et peut avoir tendance à trop rêver de choses inaccessibles.

Mercure opposé Jupiter : même signification que le carré mais avec moins de risques d’erreurs de jugement.

Lune carré Mars : cet aspect montre un conflit entre l’imagination et l’action, d’où beaucoup d’impatience dans la façon d’agir, et parfois une mise en pratique difficile par rapport à ce qui est imaginé. Le sens de l’initiative existe mais n’est pas forcement toujours compris par l’entourage. Evidemment l’humeur peut être instable en fonction des émotions ressenties, puisque cela montre une difficulté à bien contrôler le plan émotionnel. Sur le plan affectif, il y a risque de discussions au plan familial, souvent pour des détails, un peu de mal à équilibrer le besoin physique et le besoin émotionnel. Sur le plan santé cela indique une propension aux maux de tête et à l’irrégularité au niveau du cycle féminin (dépendant beaucoup du stress)

Mars carré Uranus : ici l’action se trouve en conflit avec Uranus, donc d’abord une difficulté à maîtriser l’énergie intérieure, une grande tension émotionnelle, un refus inconscient des contraintes non librement acceptées, avec donc un besoin d’indépendance et de liberté pour agir. Il est évident qu’il est conseillé de la prudence sur les routes et dans les exercices physiques avec cet aspect.

http://reenchanterlemonde.com/etes-vous-un-narcisse/

 

Comme la caverne du mythe et l’axe Cancer-Capricorne, le miroir correspond à la notion d’illusion. A l’instar des ombres sur la paroi de la caverne, le reflet dans le miroir n’est qu’une apparence de la réalité. La surface renvoie une image inversée de la source, tout comme les ombres sont inversées par rapport à la source quand on regarde vers la lumière qui les produit. C’est ainsi que si, face à un miroir, on lève le bras droit, l’image en face de nous lève son bras gauche. De même, l’origine et le reflet regardent en des directions opposées : si l’on regarde devant nous, notre reflet semble regarder derrière nous ; si nous nous mirons dans un lac, nous fixons le bas alors que notre image regarde vers le haut. Ces rapports de la source (l’origine) de l’image et de l’image elle-même sont analogues de ceux des principes et de leurs manifestations (un principe est étymologiquement une origine) :

http://astrologie-traditionnelle.blogspot.fr/2015/10/le-miroir-narcisse.html

 

 

http://www.sylvie-tribut-astrologue.com/tag/un-mythe-du-lion-narcisse-lambigu/

 

http://astrologiesiderale.eklablog.fr/hitler-narcisse-et-son-miroir-a125923618

 

 

j’aurais voulu être un artiste…..

http://www.astrologie-conseil.eu/2017/04/astrologie-mai-2017-macron-ou-le-pen.html

 

voilà voilà… dans le signe du taureau et le 7 mais Macron a été mis en lumière ..

 

plus marqué par son Uranus … il est dans son désir de liberté et de marginalité même s’il est agité.. ou s’il agite..  avec le recul des vieux sur le balcon…  y a pas de quoi paniquer..

jupiter opposé soleil donnerait de la générosité en excès.. et c’est tout.. 

pas de bombe, pas de guerre..   il est parti pour voyager…

autant prendre la distance avec tout cela… !  et garder le sourire

http://www.astrologie-conseil.eu/2017/04/astrologie-mai-2017-macron-ou-le-pen.html

L’origine du mot psychiatrie, jugements sans justice, dogme et religion sans spiritualité.

L’organe de l’âme.
Le mot psychiatrie a été inventé en 1808 par le médecin allemand Johann Christian Reil. Le Dr Reil espérait comprendre et traiter la folie en postulant l’existence d’un organe de l’âme. Il proposa donc de concevoir une discipline médicale en propre qui regrouperait la "médecine psychique" avec la prise en charge asilaire des criminels dont la responsabilité pénale serait diminuée par des maladies de cet organe. 

Une fusion du médical, du judiciaire et du religieux.

C’est donc à une fusion du médical, du judiciaire et du religieux que pensait cet homme. C’est à dire une médecine qui serait aussi une sorte de religion et un monopole d’état définissant le vrai et le faux, la morale et la normalité (la théologie), et qui serait chargée de médicaliser et de réprimer les troubles du comportement (la pratique pénale). C’est à dire en pratique remplacer les pouvoirs de l’Inquisition pratiquant l’exorcisme basé sur une démonologie.

Une moderne Inquisition, des professionnels agréés aux pouvoirs étendus.

Hier nous disions Asmodée, Lucifer et Belzebuth. Aujourd’hui, nous disons hyperactive, schizo-quelque-chose ou borderline. On a remplacé l’Inquisition pratiquant l’exorcisme à partir d’une démonologie par une psychiatrie institutionnelle qui piétine les droits de la personne au nom d’une croyance dans le DSM ou ses équivalents. Les possessions démoniaques n’ont pas été mises en évidence, et cependant tout le monde y croyait, y compris la force publique. Les maladies psychiatriques restent plus ou moins hypothétiques et d’interprétation variable, ignorent la diversité humaine et le contexte social, et cependant chacun y croit et pratique le stigmate, y compris l’état, les juges, les employeurs, les assureurs, famille et amis, ainsi que les media.

Chasser le démon du possédé par les chocs et la torture.

En France aujourd’hui, l’exorcisme moderne pratiqué par la psychiatrie institutionnelle usant de coercion est comme l’exorcisme ancien et repose encore sur la torture: arrestations publiques, dégradations, humiliations, privation d’information et de moyens de communication, camisole chimique, punitions et traitements punitifs, menaces, contentions et souillures, séjours en cellules dite d’isolement et si cela ne suffit pas, chocs électriques.

Confesser, par l’usage de la force.

L’inquisiteur faisait signer la confession et le psychiatre fait signer le consentement. L’inquisiteur assimilait le refus de confession à une personnalité dite négative (negativos) qu’il fallait éxécuter publiquement. Le psychiatre assimile le refus de consentir à une personnalité dite psychotique, qu’il tentera de rendre plus docile au moyen de prescriptions plus ou moins destructrices de la personnalité.

La psychiatrie institutionnelle pratiquant la contrainte réalise une triple imposture.

Peu de personnes en France réalisent aujourd’hui que la psychiatrie usurpe ainsi le judiciaire, mais sans justice, le religieux/éthique, mais sans spiritualité(*), et ment dans son discours scientifique, avec des hypothèses présentées comme des certitudes, l’usage d’un jargon, la croyance dans le bien-fondé de pratiques brutales, une science biaisée par les intérêts industriels, un passé chargé de prétentions fausses.

L’engrenage: les traitements appliqués pour soigner la folie rendent fous les patients.

Il semble probable qu’une large part des maladies dites psychiatriques soient produites par les pratiques psychiatriques elles-mêmes, soit à la suite des traumatismes liés aux hospitalisations et traitements forcés, soit par dépression ou suicide face aux perspectives de vie détruites par la stigmatisation psychiatrique, soit par conduites de dépendance liées aux médicaments, ou par syndrome de sevrage des médicaments, soit par toxicité directe des traitements, comme la psychose tardive ou encore la déficience cérébrale chronique, ou par retentissement d’autres maladies iatrogènes comme les dyskinésies, l’obésité, le diabète. Les pratiques actuelles de chimie et de coercion altèrent les moyens de l’usager dans le sens d’une perte d’autonomie et d’une moindre capacité d’auto-guérison.

Le rôle social de malade mental, une sous-citoyenneté de fait.

L’effort psychiatrique porte aussi sur l’acceptation par l’usager du rôle social de malade mental, qui représente une sous-citoyenneté de fait, une forme de caste moderne. Ceci est réalisé en altérant la personnalité des usagers dans le sens de la docilité et de la soumission, en offrant l’élargissement en récompense de l’acte de guérison sous traitement. Cet arrangement est entretenu par la consommation chronique, éventuellement sous contrainte, de drogues prescrites, puis scellé par le bénéfice des prestations sociales associées à ce rôle. Cette acceptation est perçue comme la résolution du conflit entre l’usager et la famille ou entre l’usager et la société, mais n’est-t-elle pas faite au service de l’intolérance, de la déshumanisation des familles et des sociétés et finalement au détriment de tous ?

(*) Je désigne comme spiritualité les pratiques issues des religions qui visent à apaiser le mental, à exprimer les émotions et à traverser les deuils, à soigner les traumatismes, à résoudre les conflits par la communication, à développer sa personnalité, à se connecter à son corps, à sa naissance ou à ses ancêtres, à fournir des réponses, à (ré)affirmer son but de vie et à le réaliser, à souder les communautés et à favoriser le support et l’entraide mutuelle

Références:
Reil J, Hoffbauer J. Beyträge zur Beförderung einer Kurmethode auf psychischem Wege. Curtsche Buchhandlung, 1808.
Psychiatry’s 200th birthday, Andreas Marneros, The British Journal of Psychiatry Jun 2008.
Szasz, Thomas, The Manufacture of Madness: A Comparative Study of the Inquisition and the Mental Health Movement,1970, 1997.
L’équipe de Nancy Andreasen prouve que le rétrécissement cérébral des patients étiquetés schizophrénie n’est du qu’aux drogues administrées:
http://archpsyc.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=211084
Une étude récente qui affirme le lien entre neuroleptiques et déficience cognitive retardée:
http://www.schres-journal.com/article/S0920-9964%2814%2900327-2/abstract
Peter R. Breggin parle de la déficience cérébrale chronique imputable aux traitements psychiatriques dans cet article: http://www.ectresources.org/ECTscience/Breggin_2011_Chronic_Brain_Impairment___Brain_Damage__Memory_Loss_.p
Les anti-dépresseurs sont concernés aussi:
http://www.toxicpsychiatry.com/antidepressant-brain-damage
Les benzodiazépines au long cours sont associées à davantage de démences de type Alzheimer.
http://www.vulgaris-medical.com/actualite-sante/le-lien-entre-benzodiazepines-et-maladie-d-alzheimer-est-confirme
Le sevrage des benzodiazépines peut réaliser une longue maladie iatrogène (étude Heather Ashton 2004):
https://sites.google.com/site/sevrageauxbenzodiazepines/Home/le-syndrome-de-sevrage/le-syndrome-de-sevrage-prolonge/le-syndrome-de-sevrage-prolonge—professeur-heather-ashton
Les traitements neuroleptiques sont fortement suspects de produire des crises psychotiques soit par syndrome de sevrage, soit par toxicité directe.
Autrement dit le médicament supposé soigner la folie rend fou. Joanna Moncrieff le montre pour la clozapine dans cette étude:
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1600-0447.2006.00787.x/abstract
"Supersentivity psychosis" (psychose tardive): altération du cerveau par les neuroleptiques au long cours, agitation, insomnie, manifestations psychotiques:
Etude Guy Chouinard, Virginie-Anne Chouinard, Montreal, 2008:
http://www.researchgate.net/profile/Pr_Chouinard/publication/5620936_Atypical_antipsychotics_CATIE_study_drug-induced_movement_disorder_and_resulting_iatrogenic_psychiatric-like_symptoms_supersensitivity_rebound_psychosis_and_withdrawal_discontinuation_syndromes/links/54429fe50cf2a76a3ccb02d8.pdf
Les neuroleptiques de longue durée sont un facteur de chronicisation et de non-guérison des épisodes dits psychose. Autrement dit les neuroleptiques fabriquent des maladies chroniques. Etude sur 7 ans.
http://archpsyc.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1707650
Les hospitalisations et soins sans consentements provoquent des syndromes de stress post-traumatiques et des conduites d’évitement. Dans cette étude la moitié des patients sont traumatisés:
http://www.researchgate.net/publication/13608566_Involuntary_admission_and_posttraumatic_stress_disorder_symptoms_in_schizophrenia_patients
Rob Whitley, 2009, Is psychiatry a religion?
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2625374/

http://depsychiatriser.blogspot.fr/2015/05/lorigine-du-mot-psychiatrie-le_28.html

 

 

La torture «propre» ou «psychologique», une torture qui ne dit pas …

http://www.20minutes.fr › Monde

20 janv. 2014 – Torturer quelqu’un ne nécessite pas forcément de recourir aux pires sévices physiques. Il existe un autre type de torture, dite «blanche», voire …

10 horribles moyens de torture toujours utilisés aujourd’hui – Tuxboard

https://www.tuxboard.com/10-horribles-moyens-tortures-actuels/

5 oct. 2015 – Sans plus attendre, découvrez ces 10 moyens de torture toujours … de l’interroger, l’homme a été placé dans une minuscule pièce blanche

La torture psychologique, un phénomène encore méconnu | L’Humanité

http://www.humanite.fr/…/la-torture-psychologique-un-phenomene-encore-mecon-558269

3 févr. 2014 – On l’appelle « blanche » ou « propre ». Pourtant, la torture psychologique est tout autant effrayante et dévastatrice pour les victimes que les …

Le Saviez-Vous 10 horribles moyens de torture toujours utilisés …

https://nuage1962.wordpress.com/…/le-saviez-vous-►-10-horribles-moyens-de-tortur…

28 déc. 2015 – La torture blanche est donc une forme de torture particulièrement éprouvante mentalement qui laisse des séquelles irréversibles et enferme le …

*************

 

Le lavage de cerveau:

Le reconditionnement des patients est pratiqué de façon systématique à l’hôpital psychiatrique, sous la forme d’un harcèlement moral constant pratiqué par tout le personnel. Le premier harcèlement consiste à obliger la victime à consentir aux soins, car ainsi, l’incarcération psychiatrique ne passera pas devant un juge, et le système s’en trouvera renforcé. Le second harcèlement consiste à obliger le patient à reconnaître que sa personnalité est défectueuse, c’est à dire qu’il est malade psychiatrique, et que les abus qui lui ont été infligés par l’institution étaient légitimes, car c’était "pour son bien".

Quand le patient a été rendu parfaitement docile vis à vis de l’observance de la prise de la drogue de l’esclavage, et qu’il remercie ses bourreaux de l’avoir si bien "soigné" (maltraité), alors le patient est relâché. Mais si il se rebelle à nouveau, il est reconduit dans la maison de dressage, afin de parfaire son conditionnement.

 

http://depsychiatriser.blogspot.fr/2014/09/le-dressage-psychiatrique-la.html

https://www.youtube.com/watch?v=zNws3XGKW4s

 

Dr Boris Cyrulnik – La place de la maladie psychique dans la société

maladie   folie   délirer ?????????     et le monde mental particulier autour qui fait souffrir….   mal mental ….       il arrive pas à le définir..

 

image

Nestlé n’ Est Lait Ness Les | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2013/10/01/nestl-n-est-lait-ness-les/

1 oct. 2013 – … c’est aussi un Grade de Général ou Maréchal ( déjà donné et Mercredi 3 … 7 étoiles portées sur l’uniforme, est le bâton de velours bleu parsemé … … 2013 – Bienvenue sur Espace perso d’ ANTINEA! … de journal , à vue …

3 Etoiles ou la roue de la Fortune | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2009/06/09/3-etoiles-ou-la-roue-de-la-fortune/

9 juin 2009 – les Généraux de division. avec comme insigne le bâton de Maréchal. Maréchal de France est seulement titre honorifique. dont 3. Lyautey.

Espace perso d’ ANTINEA | Un Monde Universel | Page 494

https://melusinefee.wordpress.com/page/494/?archives-list=1

et sur d’autres plans je suis Antinéa ….. avec comme insigne le bâton de Maréchal. Maréchal de …. et se disait son ami et se disait Maréchal bientôt en retraite.

 

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "le baton de marechal"

Résultat de recherche d'images pour "le baton de marechal"

Mélancolie

 

Pindare   : couteau, herbe et incantation

 

 

la tristesse est un péché ??

 

Mais oui……    c’est encore de nos jours          !  si si    c’est du very  dick

 

Ils sont fous ces Gaulois !