Tag Archive: colère


https://www.youtube.com/watch?v=LJNCeuKAVrw   et les radis de la colère .. 

 

 

Jean-Pierre Joseph — Psiram    psi ram

https://www.psiram.com/fr/index.php/JeanPierre_Joseph

17 sept. 2016 – JeanPierre Joseph est un avocat du barreau de Grenoble qui défend des minorités ou personnes qui seraient discriminées en raison de leurs …

 

Vaccins, mais alors on nous aurait menti ? | Blog Avocats

https://blogavocat.fr/…/jeanpierre.joseph/…/vaccins–mais-alors-on-nous-aurait-menti…

JeanPierre JOSEPH est avocat au Barreau de Grenoble.? Il est aussi instructeur fédéral de karaté, musicien et auteur compositeur.? A l’occasion d’un procès …

 

https://blogavocat.fr/space/jean-pierre.joseph/content/vaccins–mais-alors-on-nous-aurait-menti–_686ce59c-cd93-4513-b4c3-450158f332d6

 

 

"On nous aurait menti ?": l’interview de Me Jean-Pierre Joseph …

Vidéo pour "jean pierre joseph"▶ 8:39

https://www.youtube.com/watch?v=TY_tf78IuZg

26 juin 2009 – Ajouté par aurore432

Maître Joseph est avocat au barreau de Grenoble. Il a été amené à traiter plusieurs affaires liées à des minorités ou .

 

 

Les beaufs en Robe noire dansent avec le diable

 

http://frlivre.site/epub/2892393361-meme-les-beaufs-en-robe-noire-dansent-avec-le-diable

Publicités

Elnora Van Winkle a écrit:

La colère réprimée cause l’angoisse et la dépression.
Tous les enfants viennent au monde avec une saine capacité à se mettre en colère, qui fait partie de l’instinct animal de combat ou de fuite.
Quand nos parents nous maltraitent ou nous négligent émotionnellement, ils nous contraignent généralement à supprimer notre légitime colère. Il est abusif. Même la fameuse phrase pour consoler « Chut ! Ce n’est rien, ne pleure plus ! » sert les intérêts des parents, pas ceux de l’enfant.
Penser que les besoins des enfants peuvent être satisfaits par des relations avec des enfants de leur âge est une illusion chère aux cervaux intoxiqués. Les co-dépendances sont les réactivations de relations enfantines formées dans le but inconscient de libérer des sentiments de colère ou de chagrin réprimés.
Nous choisissons souvent des amours, des chefs, des amis qui évoquent nos parents et qui nous laissent malheureux et insatisfaits.

La toxicose du cerveau est la cause des désordres émotionnels
Il y a une inondation de colère dans le cerveau de l’humanité. Quand la colère est réprimée, les neurotransmetteurs excédentaires et d’autres substances neurochimiques toxiques bouchent les neurones et submergent le cerveau (1). Lors de crises périodiques de désintoxication, ces substances, qui représentent la colère réprimée, sont libérées aux synapses et provoquent des symptômes d’excitation du système nerveux qui peuvent aller d’une discrète anxiété à un état maniaque, en passant par la fureur contre des innocents. La dépression suit. Parce que les circuits neuraux où sont mémorisés les souvenirs des mauvais traitements se sont bouchés lors de la répression de la colère, la colère se trouve aujourd’hui souvent dirigée à travers les mauvais circuits neuraux – faux neurones pourrait-on dire – contre les mauvaises personnes, ou contre soi-même sous forme de sentiments de culpabilité, voire d’idées suicidaires. Quand les pensées et les émotions sont inadéquats – c’est-à-dire ne correspondent pas à la réalité d’aujourd’hui mais à celle de l’enfance – la pensée peut glisser vers l’illusion, voire la psychose. Mais ces symptômes, qui sont eux-mêmes des crises de désintoxication, sont des tentatives de guérison – l’ouverture des vannes libérant la colère réprimée – et si la colère est re-dirigée des mauvais circuits neuraux vers les circuits neuraux où sont mémorisés les situations qui avaient suscité la colère légitime, davantage de vannes peuvent s’ouvrir et venir accélérer le processus de guérison. Ce processus est une succession périodique de crises de désintoxication et quand la marée de toxines est éliminée, la récupération est quasiment totale.

Le besoin incontrôlable de stimulants, qui fait le lit des toxico-dépendances, ne cessera que le jour où le processus de désintoxication sera terminé, parce que, comme selon le principe utilisé en homéopathie, le corps réclame des stimulants pour déclencher des crises de désintoxication.

Quand l’angoisse et la dépression mène à la rage ?

« Si vous ne produisez pas le fruit qui est en vous, le fruit que vous ne produisez pas vous détruira. » Evangile apocryphe de Thomas Qui n’a pas connu des mo  

 

la suite

http://antahkarana.forumzen.com/t2969-quand-langoisse-et-la-depression-mene-a-la-rage#27553

 

ah cela me rappelle un rêve

en lien avec Kannes

http://www.redpsy.com/guide/colere.html

 

Qu’est-ce que la colère ?
La colère est un émotion simple qui traduit l’insatisfaction. Elle est vécue à l’égard de ce qu’on identifie, à tort ou à raison, comme étant "responsable" de notre frustration. On éprouve donc de la colère envers "l’obstacle" à notre satisfaction.
C’est sur cet aspect que la colère se différencie fondamentalement de la tristesse (qui elle aussi traduit une frustration). Dans la tristesse, on est directement en contact avec le manque lui-même, alors que la colère est une réaction à la cause de la frustration.
La colère est une émotion que nous vivons fréquemment. En effet, il y a de multiples occasions d’insatisfaction durant une journée de vie. De plus certaines d’entre elles perdurent parce que nous négligeons de nous en occuper adéquatement.
Selon l’importance de l’insatisfaction , la colère prend différentes intensités et diverses identités. Pour n’en nommer que quelques-uns, disons que le mécontentement et l’irritation se situent à une extrémité, alors que l’exaspération et la fureur sont près de l’autre extrémité.
Il y a aussi divers genres d’insatisfactions qui s’expriment à travers une gamme d’émotions de colère reflétant leurs particularités. La rage, par exemple, est déclenchée en partie par l’impuissance à se soustraire à la situation non désirée. La révolte est spécifique aux situations où on perçoit une injustice. Plusieurs émotions traduisant de la colère sont composites, comme le mépris, la jalousie, le dépit, la rancune…
À quoi sert la colère?
Les organismes vivants cherchent à maintenir l’équilibre nécessaire pour conserver un degré optimal de vitalité et de croissance. Leur processus d’adaptation fonctionne continuellement pour veiller à cet équilibre. Chez l’homme, les émotions jouent, au plan psychique, un rôle d’informateur spécifiquement sur le degré de satisfaction des besoins (cf. "À quoi servent les émotions").
La colère surgit lorsque l’équilibre est rompu dans un aspect de notre vie. Le déséquilibre prend la forme générale d’une insatisfaction. Celle-ci peut signifier qu’un besoin est insatisfait, qu’un désir n’est pas comblé, qu’une attente est sans réponse ou peut-être même qu’un caprice n’est pas satisfait.
La colère porte un double message: elle signale à la fois l’insatisfaction et ce que nous considérons comme "l’obstacle" à notre bien-être. La colère, en effet, est toujours vécue à l’égard de quelqu’un ou de quelque chose. On en veut "à" de nous "faire vivre" telle chose.
La colère déclenche une mobilisation de l’organisme entier. L’esprit est concentré sur le problème (plus particulièrement sur l’obstacle). Plusieurs réactions physiologiques sont déclenchées; elles sont particulièrement visibles lorsque la colère est intense. L’expression "la moutarde me monte au nez" traduit bien la sensation physique que produit le début de cette mobilisation physiologique.
La mobilisation nous prépare à "l’attaque". On devient prêt à se défendre, à conquérir ce qui nous apportera la satisfaction désirée. Essentiellement, la colère fournit l’énergie pour vaincre l’obstacle qui se dresse devant nous.
Comme toutes les émotions, la colère est une saine manifestation d’insatisfaction. Mais la façon dont on la vit peut parfois engendrer des problèmes. Dans la mesure où elle se développe selon le processus vital d’adaptation , elle nous conduit à une action "appropriée". (Voir: "La vie d’une émotion")
C’est lorsqu’on agit impulsivement, en omettant des étapes du processus, qu’on déclenche des problèmes. C’est le cas lorsqu’on passe, par exemple, directement de l’émergence de la colère à l’action.
Les erreurs typiques reliées à la colère
Une saine gestion de la colère va de pair avec l’attitude qui consiste à porter la responsabilité de sa vie. Lorsqu’au contraire on considère les autres (ou la vie elle-même) comme responsables d’assurer notre bien-être, on est naturellement porté à les accuser de nos frustrations.
Il est donc faux d’affirmer que la colère est "mauvaise conseillère" ou encore qu’elle provoque l’emportement. Ce sont plutôt les blocages dans le processus émotionnel ou les erreurs dans l’attribution des responsabilités de notre satisfaction qui expliquent nos faux pas.
Par exemple, le fait de sauter une seule étape du processus émotionnel de ma colère, m’empêche d’agir en respectant "tout ce qui m’importe". Si je ne prends pas la peine de la ressentir et de comprendre "comment et combien" je suis affecté, je ne pourrai pas trouver une façon d’agir pour "compléter" réellement mon expérience. En négligeant une ou plusieurs étapes du processus, il me sera également impossible de savoir si ma colère est défensive ou fondée. Par exemple je ne pourrai me rendre compte que ma colère sert de camouflage à ma tristesse ou encore que j’attaque au lieu de reconnaître une vérité dénoncée.
Si par ailleurs j’ai tendance à faire porter la responsabilité de ma satisfaction aux autres, ma colère portera souvent sur des cibles impropres. Dans ce cas, je risque souvent de stagner dans mes insatisfactions, car les personnes faussement accusées ne collaboreront pas. Si je mets la responsabilité de ma satisfaction dans les mains des autres à cause d’un "déni de la solitude", je porterai peut-être indéfiniment un certain nombre de griefs qui empoisonneront ma vie avec mes proches. (Pour le déni de la solitude, voir le chapitre "Les réalités existentielles" dans "L’Auto-développement: psychothérapie dans la vie quotidienne").

  1. Erreur #1: dévier de son objectif de satisfaction
    Dans le premier exemple, mon patron est la source de mon mécontentement en ne respectant pas une entente faite d’un commun accord. À ce moment-ci, toutefois, ce n’est plus l’augmentation de salaire qui est en jeu, mais son respect à mon égard. Mon objectif devient donc d’obtenir de lui le respect que je souhaite. Si je n’y arrive pas, mon nouvel objectif pourra devenir d’agir en conséquence afin de me respecter moi-même.
    Dans cette perspective, le fait de lui exprimer mes sentiments actuels pourrait constituer une solution satisfaisante. Lui exprimer mes réactions et changer mon degré d’implication au travail pourrait être une autre solution qui me satisfasse. Enfin, il se pourrait que la meilleure solution pour moi soit d’entreprendre des démarches pour quitter cet emploi.
    Si au lieu des options précédentes, je choisis de faire payer mon patron en adoptant une attitude boudeuse ou en négligeant mon travail, je n’aurai jamais la satisfaction d’être respecté. Le problème ne pourra qu’empirer.
  2. Erreur #2: la révolte contre les problèmes de la vie
    La vie est constituée d’une série de problèmes. Pour assurer notre satisfaction et notre confort, il faut régler ces problèmes. Dans cette perspective, m’en prendre à l’ordinateur est sans issue du point de vue de ma satisfaction. (Il ne peut aucunement porter la responsabilité d’enjoliver ma journée.) Je puis bien sûr "ventiler" et me soulager en l’accusant de tous les maux, mais si j’entreprends de le détruire, il est clair que je concentre mon énergie sur la mauvaise cible.
    J’ai sans doute plus de chance d’être vraiment satisfait en consentant à consacrer le temps qu’il faut pour le remettre en marche. Je pourrais par exemple appeler un technicien et ré-orienter mes priorités en fonction du problème apparu. J’en sortirai sans doute plus satisfait que si je pleurais toute la journée sur mon sort.
  3. Erreur #3: S’attaquer à la mauvaise cible
    Il n’est pas toujours facile de confronter la personne ou la situation qui nous cause une frustration. C’est souvent exigeant aussi, de poser les gestes nécessaires pour trouver la satisfaction désirée. Il n’est pas rare, donc, qu’au lieu de faire face à ces difficultés on s’en prenne à un tiers pour déverser sa colère. Un grand sentiment d’injustice s’installe alors chez celui qui est ainsi utilisé. C’est là une des manières par lesquelles on arrive à empoisonner une relation.