Tag Archive: pervers narcissique


https://chevalsoleil.net/2015/12/22/pervers-narcissiques-portails-organiques-et-ames-lumineuses/comment-page-1/#comment-21

 

Pervers narcissiques, portails organiques et âmes lumineuses

Publié le 22 décembre 2015 par Caroline Brave

matrix-612149_960_720

C’est suite à une conversation avec une amie que j’ai pris conscience de ce dont je vais vous parler aujourd’hui : les portails organiques et leur fonction auprès des enfants de la nouvelle génération (adultes aujourd’hui) et/ou des travailleurs de lumière.

Je vais vous retracer mon parcours de prise de conscience sur le sujet pour que vous puissiez suivre le fil de ma pensée.

Il y a quelques années, et ce bien avant mon éveil, j’ai lu un livre, un livre qui m’avait mis une sacrée gifle : Le Harcèlement Moral, écrit par Marie-France Hirigoyen (Docteur en médecine, psychiatre, psychothérapeute, qui est intervenue en tant qu’expert pour la rédaction des lois concernant le harcèlement moral il y a quelques années). J’étais à l’époque plutôt orientée psycho. Je me souviens, sans avoir la date précise en tête, que j’étais plutôt jeune à la lecture de ce livre, peut-être n’étais-je même pas majeure.

J’ai eu la chance de lire ce livre AVANT d’être tombée sur le sujet de ce livre : les pervers narcissiques (je vous invite vivement à lire ce livre ou à vous documenter autrement sur le sujet). Qualification souvent galvaudée, utilisée à tort et à travers dans les magazines de psychologie que l’on trouve dans les salles d’attente du dermato (et un tas d’autres spécialistes avec une plaque sur leur porte dont le nom finit par « o » ).

A l’époque donc, avec cet éclairage « psycho », je savais déjà que les pervers narcissique était une espèce dangereuse, à fuir comme la peste.Puis je n’ai plus pensé à ce livre pendant des années. Parfois je le recommandais à une personne de mon entourage que je suspectais être sous emprise. Mais sans plus.

Et puis, la vie a fait son chemin. J’ai fait mon chemin.

A partir de 2010, mon réveil s’est enclenché. Douloureusement. Un dos qui se bloque, un arrêt de travail d’un mois, voilà quels ont été les premiers dominos qui ont par la suite entraîné tous les suivants, et qui ont fait celle que je suis aujourd’hui.

Fin 2014, je me reconnecte à ma nature d’enfant Indigo (adulte à présent).

Septembre 2015, je mets le doigt dans un engrenage : je me rends au premier stage Reconnexion Indigo donné par Laura Marie. Tout s’accélère : l’éveil des capacités, l’éveil à la mission de vie, une connexion profonde avec certains autres participants. Je n’ai pas d’emploi, et j’en profite pour dévorer des vidéos devant les nombreux bols de lentilles consommés durant cette période (dieu bénisse les lentilles corail ^^).

L’éveil est brutal, les connaissances s’accumulent et se connectent entre elles : enfants de la nouvelle génération (indigo/cristal/arc-en-ciel), spiritualité, entités, attaques, vie extra-terrestre, gouvernement de l’ombre, etc…

Je ne me rends pas compte (pas au début du moins), que dans mon éveil et la reconnexion à qui je suis, j’entraîne avec moi certains de mes proches.

Et puis je me rends compte que ces mêmes proches subissent de plus en plus de problèmes à leur travail, dans les relations aux collègues particulièrement : manipulation, harcèlement, violence verbale, mensonges…

Et puis, hier, conversation avec une amie (qui se reconnaîtra, je t’embrasse !). On parle, on parle. Et puis BIM, la connexion se fait.

Pendant ma boulimie de connaissances dites alternatives via des vidéos youtube, j’étais tombée sur un certain David Icke (je vous invite à vous documenter sur lui), qui parle d’un phénomène bien particulier, sur lequel je vous invite à vous renseigner : les « portails organiques ». Késako vous allez me dire. Normal.

Quand on commence à s’intéresser aux informations dites alternatives ou complotistes, surtout dans le versant spirituel, on apprend quelques concepts qui risquent de déstabiliser Tata Andrée au repas de Noël (joke). Pour cela, je ne peux pas faire le travail à votre place, et vous encourage vivement à faire vos propres recherches. Je n’ai pas envie de vous livrer un travail tout cuit et prémâché. Le sujet vous titille ? Alors cherchez par vous-mêmes. Ah oui, et n’oubliez pas de prendre votre libre-arbitre sous le coude ! Ça peut aider…

Les portails organiques donc. David Icke en donne une définition très simple à comprendre : il s’agit de personne déconnectées de leur connexion divine (en d’autres mots, ils sont déconnectés de leur âme, oui mes chéris nous avons une âme !). Il les décrit comme des personnes tout à fait capables d’être agréables, avec qui l’on peut s’amuser, boire un pot… Leur visage se révèle lorsqu’on menace le système en place. Quand je parle de système, je parle du système au sens organisationnel (ça se dit ?) du terme : gouvernement/finance et autres joyeusetés, mais aussi du système de pensée.

Et c’est là que la révélation m’est venue : j’ai senti que pervers narcissique et portails organiques, ben c’était LA MÊME CHOSE. Aïe, la prise de conscience fait mal ! Ce n’est pas une prise de conscience que je m’explique ou même à propos de laquelle je saurais argumenter avec preuves, études et nombreux témoignages à l’appui. Non. J’écris d’ailleurs cet article avec la trouille de dire des bêtises, mais la conviction que cet article (avec cet éclairage on va dire « inédit ») puisse en aider certains me pousse à persévérer et à surmonter mes peurs. Mon ressenti est mon seul guide alors que j’écris ces lignes.

Quand j’y réfléchis deux secondes, j’ai l’impression que les deux expressions sont destinées à décrire quasiment la même chose. Chaque terme appartient à un focus particulier issu de la discipline à laquelle il correspond, et ne décrit donc pas le phénomène dans son intégralité (d’où l’intérêt d’avoir des éclairages différents), mais dans les mécanismes qui sous-tendent le fonctionnement des pervers narcissiques/portails organiques, on y est. Ça « match » comme dirait nos so anglais amis.

Un pervers narcissique, c’est quoi ? (Qu’on me pardonne si j’oublie certaines caractéristiques, pour un portrait-robot de ces oiseaux-là, je vous invite vivement (oui, encore !) à lire le livre de Marie-France Hirigoyen, Le harcèlement moral).

Un pervers narcissique c’est une personne sans aucune empathie qui, afin de se « remplir » (car ce sont des coquilles vides), ciblent des personnes porteuses d’énergie/de valeurs élevées pour les vampiriser, souvent pendant des années. Au programme, dévalorisation systématique, isolement de la « proie », manipulation, harcèlement. Comme l’illustrait très justement l’amie que je cite plus-haut, c’est la torture chinoise de la goutte sur le front : un tout petit peu à la fois, pendant très longtemps. C’est le crime parfait : il passe inaperçu aux yeux des proches, et la victime est convaincue que c’est elle qui a un problème.

Dès que la victime, cette mouche coincée dans la toile, fait mine de se débattre, c’est le drame : le bourreau-araignée redouble d’intelligence, de violence. Il passe un cran au-dessus.

Ce sont très souvent des personnes très appréciées. Vous savez, Dr Jekyll et Mr Hyde. En public, vous avez droit à Dr Jekyll : charmant, plein d’humour, prêt à aider, intelligent, avec de l’esprit… C’est dans l’intimité que le pervers narcissique dévoile son vrai visage, celui de Mr Hyde : sournois, manipulateur, froid, cassant, distant.

Vous allez me dire, ouais c’est bien beau tout ça, mais quel rapport avec les portails organiques ?

Si je retourne à la définition donnée par David Icke, les portails organiques sont des gens, vu de l’extérieur, très sympathiques. C’est lorsqu’on menace le « système » (quel qu’il soit) que leur vrai visage apparaît.

Bon, je pense que la connexion est faite non ?

Je ne dis pas que tous les portails organiques sont des pervers narcissiques. Pour autant je ne peux pas m’empêcher de faire la connexion entre les deux définitions, chacune apportant un éclairage qui je trouve, vient compléter l’autre.

Mais il y a autre chose, quelque chose que je n’ai ni retrouvé dans la définition du pervers narcissique ou celle du portail organique. Un « quelque chose » que j’ai compris hier soir, et qui, je l’espère de tout mon cœur, pourra aider certains d’entre vous. La connexion s’est faite « comme ça » (les neuro-droitiers comprendront).

Ce que j’ai compris, c’est que les pervers narcissiques/portails organiques sont en fait des AGENTS DORMANTS. Plus haut, je disais que les pervers narcissiques ciblaient des personnes bien particulières. Des personnes porteuses d’énergies et/ou de valeurs élevées. Des personnes lumineuses, tellement lumineuses qu’elles ne pensent pas à mal et ne se méfient pas. Des personnes tellement lumineuses que la coquille vide qu’est le pervers narcissique/portail organique ne peut faire autrement que de tout faire pour vampiriser cette personne. Une personne tellement lumineuse que le pervers narcissique/portail organique est sûr d’avoir un réservoir d’énergie pour un bon bout de temps.

Quand j’utilise l’expression d’AGENT DORMANT, c’est…c’est vraiment ça. Comme si le portail organique/pervers narcissique était PLACÉ aux côtés de l’âme lumineuse. La caractéristique d’un agent est d’être infiltré, d’être incognito aux yeux de ceux qu’il est chargé de museler.

Placé aux côtés d’une personne lumineuse mais non éveillée à sa nature (et qui dit non-éveil dit absence de conscience, ce qui laisse le champ libre aux abus), le pervers narcissique/portail organique est en fait le garant de son NON-EVEIL. J’insiste sur ce terme. C’est l’agent Smith qui surveille et musèle Neo (si vous ne savez pas à quoi cette phrase fait référence, c’est que vous avez loupé LE film de tous les temps, MATRIX. Corrigez cet affront immédiatement ).

De plus en plus autour de moi, je vois/sens des indigos/starseeds/travailleurs de lumière, et souvent, lorsqu’on se partage nos parcours de vie respectifs, je retrouve le même schéma : un portail organique/pervers narcissique qui a déployé une énergie et une intelligence folles (que je qualifierais de prodigieuses si le dessein n’était pas aussi « dark ») à étouffer toute tentative d’éveil de la personne lumineuse. Tant que la personne lumineuse reste tranquille, dans le cadre qui lui est accordé, « tout va bien » (à nuancer, bien sûr !). Ce n’est que lorsqu’il y a revendication de sa propre nature, affirmation de soi, refus de se nier soi-même ou ses valeurs morales, que le portail organique/pervers narcissique passe à l’action.

Il utilise pour cela sa grande intelligence (car oui, il est intelligent, ce qui le rend d’autant plus redoutable). En plus de son intelligence, le pervers narcissique a un instinct, un instinct de fin limier, ce qui peut perturber ceux d’entre nous qui ont assimilé l’intuition à la connexion avec notre âme. Il peut sembler difficile à comprendre/admettre/accepter qu’une personne déconnectée de son âme puisse avoir un savoir intuitif. C’est pourtant le cas. Le pervers narcissique/portail organique sent avec une précision redoutable à qui il a affaire. Marie-France Hirigoyen le décrit très bien dans son livre : jamais un pervers narcissique ne se mesurera à un autre pervers narcissique. Comme deux pôles d’un aimant, ils se repoussent. Non, le pervers narcissique/portail organique va aller renifler et débusquer son exact contraire. Je voudrais d’ailleurs rebondir là-dessus, car j’ai eu une prise de conscience sur le sujet.

Je rencontre beaucoup de indigos/starseeds/travailleurs de lumière qui ont côtoyé un portail organique/pervers narcissique, comme je l’ai dit plus haut. Ce que je note chez beaucoup d’autre-eux, c’est une dévalorisation d’eux-mêmes, mécanisme utilisé par le pervers narcissique et que les victimes ont intériorisé. Dites-vous une chose : le pervers narcissique/portail organique  ne va aller chercher que son exact contraire, son exact reflet. Plus le pervers narcissique/portail organique sera puissant du côté « négatif », plus cela signifiera que vous l’êtes également, de l’autre côté de la Force si je puis dire, donc du côté « positif ». Vous doutez de vous-même, de votre valeur ? Rappelez-vous cette simple chose, cela vous aidera.

Ce qui m’amène à un parallèle entre Batman et le Joker.

Le paragraphe qui va suivre concerne ceux d’entre vous qui ont vu le film The Dark Knight de la trilogie de Christopher Nolan, où Batman affronte le Joker. Dans ce film, l’ambition du Joker (le Mal) n’est pas de gagner de l’argent (il brûle la pyramide de billets qui lui revient) ou d’être célèbre (il porte un masque, se maquille). Non, son ambition est d’amener la Lumière à venir le rejoindre dans l’Ombre, ce qu’il réussit avec le procureur d’Harvey Dent, que tout le monde surnomme « le Chevalier Blanc de Gotham » (et ce qu’explique très bien Alfred lorsqu’il raconte son voyage avec le voleur de pierres précieuses, je vous laisse regarder ce passage du film). Il y a un passage qui m’a marqué, celui où le Joker passe la tête par la fenêtre de la voiture de police qu’il a volé, avec une posture proche d’une forme d’extase.

C’est ce que fais le pervers narcissique/portail organique : il amène la Lumière à s’éteindre (tout en arrivant à la convaincre que c’est son propre fait et non le fruit d’un pilonnage psychologique extérieur) et jouit, se remplit de ce qu’il provoque. C’est sa nourriture à lui.

De plus, la caractéristique à retenir, c’est que le pervers narcissique/portail organique va jouer sur vos faiblesses, mais pas sur toutes. Il n’appuiera que sur les boutons qui lui servent, ou qui lui serviront plus tard.

Il n’attaquera également pas sur ce qui est acquis pour vous, ce sur quoi vous vous sentez serein et en accord avec votre conscience. Non, le pervers narcissique/portail organique va vous attaquer ce sur quoi vous doutez, ce à propos de quoi vous n’êtes pas totalement en paix avec vous-mêmes.

Pour vous donner un exemple, c’est comme si une personne me soutenait mordicus que mes yeux sont marrons, alors qu’ils sont bleus. Ils sont bleus, et j’en suis sûre car je les vois tous les matins dans le miroir. En face d’une telle attaque, je serais sereine, car totalement sûre de ce que j’avance. Par contre, si quelqu’un m’attaquais sur une peur que je porte en moi (faire du vélo par exemple), alors là je serais déstabilisée, et facilement tentée de tomber dans l’émotionnel.

En plus de ça, le génie du stratagème, c’est que ces doutes dont je vous parle plus haut ne sont pas des doutes « de surface ». Non, ce sont des doutes, des doutes profonds à propos de vous-même et de votre fonctionnement, de votre personnalité, de ce que vous portez en vous, des doutes que vous trimballez bien souvent depuis l’enfance. Hé oui, car ce sur quoi le pervers narcissique/portail organique nous fait douter est en lien direct avec ce sur quoi on (quand je dis on, je fais référence aux parents, figures parentales, cercle d’amis, la société, le ou les conjoints, etc) nous fait culpabiliser depuis notre naissance : CE QUE NOUS SOMMES. Le crime parfait je vous dis !

C’est ce qui rend l’exercice du discernement si difficile : si vous ne connaissez pas le fonctionnement de ces prédateurs, mais qu’en plus vous ne connaissez pas votre fonctionnement à VOUS, c’est comme si vous laissiez la porte grande ouverte. L’arme numéro un du prédateur est le DOUTE. Le contraire du doute n’étant pas la connaissance, mais la CONSCIENCE. La conscience de qui vous êtes.

Dans le cas de personnes fortement empathiques, une des tactique du pervers narcissique/portail organique peut être de susciter l’émotion. Sous différentes formes (par exemple, se faire passer pour vulnérable, ce qui va déclencher votre compassion et susciter d’emblée votre adhésion, ce qui laisse une faille pour distiller de la fausse lumière). L’objectif est de vous faire entrer en RÉACTION, sans vous être auparavant centré : du coup, vous êtes dans l’émotionnel, ce qui va entraîner deux choses possibles (liste non exhaustive), désirées par le pervers narcissique/portail organique :

  • Soit vous allez, sous le coup de l’émotion, mettre votre discernement à la porte et vous perdre vous-même
  • Soit vous allez, sous le coup de l’émotion, vous mettre à la faute de vous-même, ce qui permettra à ce type bien particulier de prédateur de justifier sa démarche et de vous décrédibiliser.

Il ne s’agit pas de tomber dans la peur. Il ne s’agit pas de tomber non plus dans la pensée positive dépourvue de toute lucidité. Il s’agit d’être CONSCIENT. Conscient qu’en tant qu’être lumineux, vous êtes susceptible d’être la cible d’attaques sous différentes formes, côtoyer un pervers narcissique/portail organique sans en avoir conscience n’en étant qu’une parmi d’autres.

Publicités

http://sain-et-naturel.com/pervers-narcissique-ce-court-metrage-brillant-leve-le-masque.html

 

Fred et Marie a été réalisé à la demande d’Alexandra Adriaenssens, directrice d’Egalité des chances, une structure belge qui milite pour l’égalité entre les hommes et les femmes :

“Nous sommes les premiers à avoir abordé la violence psychologique. On avait regardé ce qui se faisait déjà, dans d’autres pays, histoire de ne pas réinventer la poudre. C’est là qu’on a constaté qu’en matière de lutte contre la violence conjugale, les autres n’abordaient que les coups. »

Le pervers narcissique est un beau parleur. Capable de dire tout et son contraire, il jongle avec habileté entre toutes les postures, inverse les rôles, fait preuve d’une apparente logique, sème la zizanie, se pose en victime, s’énerve peu, se montre tour à tour froid puis attentionné, passe en un instant du reproche au compliment et inversement… Bref, c’est un caméléon pas toujours facile à identifier et donc, à combattre. En ce sens, le film qu’on vient de voir est précieux : il donne à voir ce coupable insoupçonnable dont les actes de violence sont imperceptibles à l’œil nu.

Si vous vous posez des questions sur votre propre cas, sur celui d’une amie ou d’une proche, il existe un petit test en 15 questions. Il vous aidera à savoir si l’homme que vous soupçonnez est un pervers narcissique. Si le test est positif ou si le moindre doute subsiste, faites-vous aider en appelant le 3919, le numéro de téléphone consacré aux violences conjugales.

La violence psychologique n’est pas à prendre à la légère. Elle peut conduire à des gestes désespérés. Et, contrairement à la violence physique, elle ne laissera jamais de bleu suspect pour mettre la puce à l’oreille d’un médecin ou d’un proche avant qu’il ne soit trop tard.

Fred et Marie : Un film à voir et à montrer.

Edit : Dans Fred et Marie, le pervers narcissique est un homme. Mais, il peut aussi être une femme (une épouse, une mère ou une amie). Il n’a pas de sexe et ses victimes peuvent être multiples. Ça va mieux en le disant, dont acte.

 

 

“Les pauvres gens ne soupçonnent jamais le diable, quand même il les tiendrait à la gorge.” Goethe

20 traits de caractère d’un pervers narcissique et comment s’en protéger

pervers narcissique

Si vous venez de rompre avec un pervers narcissique, vous avez du chemin à faire pour retrouver votre estime, votre confiance en vous et en la vie. Le plus triste dans tout ça est que cette personne ne se rend pas compte du mal occasionné. Elle voit sa victime comme un objet dénué de sentiments. Cette personne n’a ni remords, ni empathie pour avoir détruit cette personne. Voici 20 traits de caractère d’un pervers narcissique et comment s’en protéger:

1. C’est le partenaire le plus déloyal qui soit / le saboteur :  il est d’accord avec tout ce que vous dites et ensuite fait tout le contraire de ce qui était prévu. Qu’il s’agisse de mariage, d’accords pour la garde des enfants, d’un simple échange social, tout ce qui a été conclu sera balayé d’un revers de la main. Il retournera ensuite la situation contre vous en disant que vous êtes la personne malhonnête qui a brisé le contrat. Il adore se faire passer pour la victime.

Stratégie défensive : attendez-vous à ce qu’il ne respecte aucun accord, aucun contrat. Prévoyez un plan B. Protégez-vous émotionnellement et financièrement. Ne lui faites pas confiance.

2. Il gravit les échelons de la société à coups de couteau dans le dos des personnes qui croisent son chemin et n’a pas de limites dans son ambition. Sa famille n’est qu’une belle vitrine de son succès. Le pervers narcissique aime la poudre aux yeux. Il est certes intelligent, charismatique et très éloquent dans son domaine d’activité mais très souvent, il exagère ses compétences et ses références professionnelles. Il manipule pour asseoir son pouvoir sur les autres d’une main de fer. Il exploite ses proies dans le seul but d’atteindre ses objectifs, qui varient en fonction des opportunités. Il est toujours paranoïaque et s’éclipse rapidement si jamais les choses tournent mal. Il n’assume JAMAIS les conséquences de ses actes et se contente de disparaître.

Stratégie défensive : s’il s’agit de votre collègue ou de votre supérieur hiérarchique, ne lui communiquez pas toutes vos références, ne l’aidez pas à agrandir son cercle d’influence à vos dépends. Renseignez-vous sur le harcèlement moral en entreprise. S’il fait partie de votre famille, ne lui montrez pas votre CV, ne lui parlez pas des personnes influentes que vous connaissez.

3. Le pervers narcissique est souvent un hypersexuel ou asexuel ou encore une alternance des deux. Sa sexualité présente presque toujours un côté déviant. Dû au climat incestuel dans lequel il a grandi et parce qu’il n’a aucune empathie, aucun respect des limites, il peut devenir un parent incestueux et/ou être pédophile. D’une manière plus générale, il considère tout le monde comme une source de gratification narcissique potentielle lorsqu’il est dans une phase prédatrice. Comme il  s’ennuie facilement, ses demandes sont de plus en plus déviantes lorsqu’il est en couple.

Stratégie défensive : éloignez-vous et rapidement ! La victime doit s’attendre à être dénigrée, dégradée dans sa sexualité. Elle sera soit utilisée, soit ignorée. Dans ce domaine, qui touche à l’intime, le pervers narcissique fait de gros dégâts par l’instrumentalisation d’autrui qui est nié émotionnellement. Il n’hésitera pas à mentir sur la sexualité de la victime pour l’humilier.

4. Il victimise les autres en permanence, il blâme toujours les autres pour ses propres fautes.C’est un maître de l’identification projective. C’est lui qui est victime de sa victime. Tout ce qu’il lui fait subir est systématiquement inversé et reproché à la victime.

Stratégie défensive : n’acceptez pas de prendre la responsabilité de ses actes, même s’il vous fait des reproches ouvertement. Pratiquez la technique du miroir en utilisant des phrases courtes : s’il vous fait un reproche, renvoyez-le lui aussitôt. Ne cherchez pas à argumenter, renvoyez la balle simplement.

5. La plupart du temps, la violence du pervers narcissique est psychologique. Il insulte, humilie, blesse, dénigre, critique en permanence, ouvertement ou sans en avoir l’air. Tout est bon pour rabaisser sa victime et se réhausser à ses dépends. Il peut aussi passer à la violence physique, ce qui est la prise de contrôle ultime sur sa victime. En général, il en arrive là quand elle menace de le quitter ou qu’elle est trop proche de son horrible vérité. Sur le point d’être démasqué, le pervers narcissique doit faire monter la pression d’un cran.

Stratégie défensive : si vous devez le quitter, il est recommandé de le faire sans le lui dire, ni sans lui faire comprendre que vous avez compris qui il est. Il peut représenter un grand danger car il n’a aucune empathie et n’éprouvera aucun remord à vous anéantir, avec vos enfants s’il le faut. Rappelons qu’il ne vous aime pas et n’aime pas ses propres enfants non plus. Faites des photocopies de tous les papiers importants, papiers d’identité des enfants, les vôtres, placez des copies chez une personne de confiance si besoin.

6. Le pervers narcissique contrôle et manipule, il dresse les uns contre les autres, il divise pour mieux régner. Il ne présente pas ses proies à ses « suiveurs », c’est le roi du cloisonnement, afin que ses mensonges ne puissent pas être repérés. Il contrôle sa victime en se montrant maladivement jaloux et en l’isolant petit à petit de toutes ses connaissances. Il la met sous dépendance totale, y compris financièrement pour qu’elle devienne sa prisonnière. C’est un harceleur-né qui ira jusqu’à retourner la famille de sa victime contre elle pour être sûr qu’elle ne voudra jamais le quitter.

Stratégie défensive : ne le laissez pas vous isoler, continuez à voir du monde. N’allez pas dans son sens, sachez poser des limites au contrôle. Ne répondez pas à ses demandes de contrôle. N’hésitez pas à ne pas répondre à ses appels, ni aux autres tentatives de contact.

7. Les pervers narcissiques sont toujours dans la paranoïa, ils pensent être enviés, jalousés, manipulés, etc. Tout ce qu’ils sont au fond d’eux est projeté sur les autres en négatif. Il y a sûrement une part de vérité et il y a fort à parier qu’avec tous les cadavres disséminés sur leur chemin, tôt ou tard, leur paranoïa sera justifiée. Ils ont aussi tendance à se montrer très suspicieux de leur partenaire, l’accusant d’être infidèle ou de leur vouloir du mal. Ils peuvent du coup, mettre fin brutalement à une relation ou se montrer dangereux en prévention d’une agression même fictive.

Stratégie défensive : n’entrez pas dans son jeu. Refusez de voir le monde à sa façon. S’il a semé le mal, il récoltera le mal un jour. N’essayez pas de lui faire entendre raison, cela ne servirait à rien. Ne lui donnez pas de raison d’être suspicieux mais ne vous laissez pas contrôler non plus.

8. Il s’accapare les qualités de sa victime, ses succès, tout ce qui fait d’elle une belle personne et lui transfuse de force ses propres défauts. Ainsi, la victime est transformée en marionnette, en personnage de bande dessinée dont le scénariste est le pervers narcissique. Psychiquement, la victime bascule dans une réalité alternative, celle du bourreau, dans laquelle elle est vidée de sa substance identitaire pour devenir un objet modelé par le pervers.

Stratégie défensive : une fois de plus, quittez la relation. Il est impossible d’exister avec cette personne. Si on veut rester dans sa vie, on doit cesser d’être. C’est extrêmement violent. Pour arriver à ce résultat, la victime accepte de devenir un objet.

9. Le pervers narcissique adore se faire passer pour le gardien de l’ordre et de la morale ! Régulièrement, il soulignera combien les autres sont mauvais, combien le monde est hostile et combien la victime a de la chance d’être tombée sur une personne avec des valeurs morales tellement marquées. Il s’agit d’un grossier mensonge complètement hypocrite, prononcé par le pire des personnages qui soit. Celui qui n’hésite pas à tromper, trahir, corrompre, abuser autrui se présente comme un saint.

Stratégie défensive : c’est un signal d’alerte fort. Méfiez-vous des saints, de ceux qui clament leur haute moralité. Si c’était vrai, ils n’auraient probablement pas besoin de le crier sur tous les toits.

10. Dès le début de la relation, le pervers narcissique envoie des messages codés à ses victimes pour les avertir de ce qu’il a l’intention de faire. Il ne faut pas l’ignorer, c’est le masque qui glisse. Il peut s’agir de phrases comme « tu devrais te méfier de moi » ou encore « je ne suis pas digne de confiance ». Eh bien, c’est la vérité.

Stratégie défensive : protégez-vous si vous entendez des phrases pareilles. Personne de sincère et d’intéressé par une relation sérieuse ne tiendrait de tels propos dès le début et certainement pas sur le ton de la rigolade.

11. La fausse repentance : « je vais changer », « je regrette », « je t’aime, pardonne-moi », etc. Retour au point sur le « mensonge pathologique ». Il n’est jamais sincère et ne se remet jamais en question. Donc, quand il sort de telles paroles, il ne faut rien croire. Ce ne sont que des mots creux visant à retenir la victime et à semer le doute dans son esprit. N’oublions pas que c’est un sadique qui adore créer de l’espoir pour mieux le descendre en flammes et briser les coeurs trop tendres.

Stratégie défensive : il faut s’attendre à ce genre de manipulation. En cas de doute, repensez à toutes les humiliations précédentes, à tous les abus qu’il vous a fait subir.

12. Le pervers narcissique est très froid émotionnellement, il ne ressent rien au niveau du cœur. Les émotions sont uniquement perçues d’un point de vue intellectuel et ne servent qu’à manipuler les cibles. Il est incapable de se mettre à la place de ses victimes. De fait, il ne peut pas éprouver de remords, d’ailleurs ça ne leur traverse même pas l’esprit. Dans son monde, ils sont les plus forts, leurs victimes sont des objets faibles qui méritent d’être exploités et abusés. Quand un pervers narcissique dit qu’il aime, c’est pour mieux préparer la suite : la tromperie et la trahison de la victime pour ensuite se nourrir de sa détresse.

Stratégie défensive : renoncez à tout partage émotionnel avec ces personnes. Acceptez de ne pas être aimé(e), ni respecté(e) mais uniquement utilisé(e). Gardez vos sentiments et vos émotions pour vous-même. Devenez aussi neutre que possible.

13. La prise excessive de risques : le pervers narcissique a un faible contrôle de ses pulsions. Il est donc amené à prendre des risques parfois avec sa vie, la vôtre, vos économies, etc. Il peut aussi exprimer cette prise de risque en ayant de multiples partenaires sexuels sans protection. Ceci doit être un signal d’alarme fort pour quitter la relation. Les pervers narcissiques sont totalement inconscients et irresponsables (pas d’un point de vue légal). Ils ruinent leurs victimes sans le moindre remords. Ils vous mettront en danger sans sourciller. Il se peut également que cet aspect de leur personnalité vous soit caché mais il existe toujours.

Stratégie défensive : ayez un compte bancaire séparé ! Ne participez pas à ses folies, à ses prises de risques. Refusez d’y être mêlé(e) et d’y mêler vos enfants. Ne commentez pas ses activités. Apprenez à ne pas le materner.

14. Il aime exhiber ses « jouets », à savoir sa femme, ses enfants, ses biens matériels, ses diplômes, bref tout ce qui peut lui permettre de se mettre en avant en société. Il cherche l’admiration, l’attention, la flatterie, il en a un besoin compulsif. La seule raison d’exister de toutes les personnes qui l’entourent est le fait qu’elles le mettent en valeur. Quand elles ne remplissent plus leur rôle, elles sont jetées car ce sont des objets remplaçables.

Stratégie défensive : si vous restez avec lui, apprenez à le complimenter sur tout, à tout propos et à tout instant sans pour autant trop en faire sous peine d’être soupçonné(e) de manipulation. Ignorez tout le reste car c’est juste un jeu d’acteur sans aucune réelle empathie, ni sincérité.

15. Le pervers narcissique  a besoin de la souffrance de sa victime pour expulser la sienne. Il ressent une vraie jouissance à la voir se démener pour faire fonctionner la relation, il adore la voir demander pardon alors que c’est elle qui a été blessée, il exulte de voir ses larmes, sa détresse. Son but ultime et non avoué est de la pousser au suicide ou à l’internement. Cela signerait sa toute-puissance, son droit de vie et de mort psychique sur elle. Il est cruel, sans pitié. Quand il revient après avoir abandonné une de ses proies, c’est pour le plaisir de susciter son espoir puis de la décevoir de nouveau et ainsi de suite.

Stratégie défensive : quittez la relation ou acceptez son côté Dr Hyde. Si vous partez, observez la règle du No Contact. Souvenez-vous que le gentil du début n’a jamais existé. Le vrai est le méchant que vous côtoyez depuis qu’il a fait tomber le masque.

16. Les colères soudaines  sont totalement disproportionnées et interviennent quand il n’a pas sa dose d’attention, de contrôle et/ou de soumission. Ce qu’il recherche, c’est juste de l’attention, qu’elle soit positive ou négative, comme un enfant qui fait un caprice. S’il doit se montrer plus cruel, insulter sa victime ou l’intimider, il le fera.

Stratégie défensive : affirmez-vous et ne lui montrez aucune émotion. Si possible, quittez la pièce ou le logement sans rien dire. Attention, il risque d’être extrêmement méchant en réponse car il ne supporte pas l’indifférence. La victime doit s’attendre à des représailles.

17. La séduction est l’arme fatale des pervers narcissiques. Ce sont de beaux parleurs et ils sont souvent charmants. Cette séduction n’est jamais à double sens puisqu’il n’est jamais sous le charme de sa victime. Il a un objectif en tête et c’est pour cela qu’il aborde puis séduit et enfin dépouille la cible. Ceci, sans le moindre sentiment, le moindre état d’âme. La victime, elle, est totalement prise dans les filets de cet individu. Elle est comme hypnotisée et ne voit que du feu jusqu’à ce que le masque tombe. Il utilise la séduction tout au long de la relation pour empêcher la victime de partir tant qu’il en a besoin. Cette séduction est un venin à distillation lente mais sûre, qui met beaucoup de temps à être éliminé par l’organisme hôte.

Stratégie défensive : méfiez-vous de tout ce qui brille. Si c’est trop beau pour être vrai, c’est que c’est faux ! Si vous êtes déjà en relation avec le pervers narcissique, sachez reconnaître les phases de « bombardement d’amour » quand elles se présentent.

18. Il se présente comme « l’âme sœur » : tel un chevalier sur son cheval blanc, il semble correspondre à l’idéal de sa victime. Il partage les mêmes valeurs, les mêmes objectifs de vie, la même philosophie, les mêmes goûts. Il est admiratif de tout ce que sa cible fait, il aime son intelligence, sa vivacité d’esprit, son ambition, son honnêteté et sa sincérité. Il propose rapidement le mariage. Il semble serviable, généreux, digne de confiance. Mais tout ceci est en fait FAUX ! Juste après avoir vu l’engagement de sa victime dans la relation, le pervers narcissique tombe le masque et là, le chevalier blanc se métamorphose en un vilain crapaud.

Stratégie défensive : faites-vous aider, suivez une thérapie s’il le faut. Lisez encore et encore sur ce trouble de la personnalité, ça vous aidera à répondre à la question lancinante « pourquoi moi ? ». Renoncez à avoir des explications de la part de votre bourreau.

Ne lui montrez sous aucun prétexte la peine que vous ressentez car c’est ce qu’il veut voir ! C’est un sadique qui voit sa pleine puissance dans votre détresse.

19. Il a deux visages. Un pour vous, la victime, et l’autre pour l’extérieur. La victime est la seule à voir le vrai visage du démon. La première fois qu’elle le voit, c’est quand il sent que le moment est venu de tomber le masque. La victime est amoureuse de lui, ou elle est suffisamment prise dans sa toile pour qu’il puisse relâcher la pression. Il passe d’un masque à l’autre à la vitesse de l’éclair, d’une minute à l’autre en fonction des circonstances. Il utilisera cette capacité de transformation pour faire passer sa victime pour folle par exemple. Etant donné qu’elle est la seule à connaître son mauvais côté, et qu’il passe pour un ange auprès des autres, personne ne croira la victime quand elle livrera sa vérité.

Stratégie défensive : ne cherchez pas à convaincre les autres qu’il a un double visage. S’il a bien fait son travail de manipulation et de sape, c’est vous qui passerez soit pour une dépressive, soit pour une hystérique. Si vous avez confiance en une personne de votre entourage et si celle-ci est ouverte d’esprit, vous pouvez lui parler de ce double visage. Restez toujours calme en présence de lui, ne lui montrez jamais qu’il vous a fait mal ou qu’il a touché un point sensible. Ne le couvrez pas non plus, racontez les faits tels qu’ils se présentent.

20. C’est un menteur pathologique. Il créé des diversions, diffuse des demi-vérités, il bluffe ou encore menace sa victime quand elle le questionne. Il nie les évidences et se contredit lui-même. Il ment tout le temps, pour tout, même pour les plus petites choses. Il ment sur les émotions qu’il ressent (il n’en ressent aucune en réalité), il ment sur l’amour qu’il ressent, sur ses regrets (il n’en a aucun, jamais), sur le changement qu’il va opérer. Tout ce qu’il est n’est que mensonge. Ses personnalités sont des mensonges. C’est le mensonge incarné.

Stratégie défensive : vérifiez chacun de ses dires. Ne lui posez pas de questions car cela l’incitera juste à mentir toujours davantage. Ne lui révélez rien de personnel sur vous-même car il s’en servira contre vous.

Source: © leperversnarcissique