quelque chose à mettre en lien aussi et en rappel avec les articles précédents ..oui à relier car certaines personnes qui sont  binaires en fonctionnement ….

 

 

 

La plupart des gens n’écoutent pas avec l’intention de comprendre; ils écoutent avec l’intention de répondre. – Stephen R. Covey

Savoir écouter… S’il y a une compétence universelle, c’est bien celle-ci. Après tout, nous écoutons depuis que nous sommes nés, ce qui nous donne l’impression d’être des experts de l’écoute.

Et c’est là le piège!

Lorsqu’on s’imagine être un expert, on se dit qu’il n’y a rien de plus à apprendre…

Et si l’écoute n’était pas une compétence binaire (j’écoute versus je n’écoute pas), mais plutôt une compétence à plusieurs niveaux? Une compétence qui se perfectionne graduellement?

Curieux? Je vous partage ce que les experts en disent…

Les 4 niveaux d’écoute active

Parmi toutes mes lectures, le livre de Mark Goulston et Keith Ferrazzi (Just Listen: Discover the Secret to Getting Through to Absolutely Anyone) est celui qui a le mieux synthétisé, pour moi, les différents niveaux d’écoute. [Je vous partage d’autres références au bas de l’article]

Selon ces auteurs, il existe 4 niveaux d’écoute. La bonne nouvelle est qu’il nous est possible d’atteindre le niveau 4 avec de la pratique… encore faut-il que nous prenions conscience des différents niveaux ou de l’endroit où nous nous situons.

 

http://audacium.com/savoir-ecouter-les-4-niveaux-decoute-active/

 

 

 

  • Plutôt que d’intervenir trop rapidement dans la conversation avec un commentaire, une suggestion ou une solution, demandez plutôt à votre interlocuteur ce qu’il s’attend de vous. En clarifiant les attentes, vous démontrez du respect, de l’empathie, de l’ouverture et vous serez rapidement perçu comme un interlocuteur de confiance.
  • Lorsque le sujet est important et qu’il est critique que vous ayez une bonne compréhension, reformulez ce qui a été dit. En plus de vous assurer que vous êtes sur la même longueur d’onde, cela permettra de maintenir une conversation ouverte et positive.

 

Un leader est quelqu’un qui écoute beaucoup. La capacité d’écoute est une grande force pour manager et motiver son équipe. Cette source de leadership donne aussi une hauteur et une profondeur de vue incomparable sur l’entreprise dans son environnement. Les détails dans ce dossier sur le leadership.

 

A des années-lumière de l’image projetée par la société, le leader est par définition quelqu’un qui écoute beaucoup et de manière active.

C’est à dire qui s’intéresse à ce que disent les gens, qui tire des enseignements de ce qu’il écoute, et qui agit en conséquence de ses perceptions et de son écoute active.

 

http://www.gautier-girard.com/dossiers-entrepreneurs-et-managers/lentrepreneur-le-manager-et-la-reussite/principe-de-leadership-savoir-ecouter-et-augmenter-ses-capacites-decoute/

 

Décoder l’environnement et écouter sa propre perception de l’environnement

L’entreprise est insérée dans un environnement composé de nombreux intervenants : fournisseurs, clients, partenaires, associés, équipe, concurrents… chacun a ses propres objectifs, ses propres motivations. Les agents qui composent l’environnement de l’entreprise forment un système. Décoder les agents de ce système (besoins, motivations, intérêts…) est un principe phare du leadership.

Il ne s’agit pas de se proclamer omniscient et se dire capable de savoir ce que sont et ce que veulent les uns et les autres.

Cela consiste plutôt à écouter toutes les informations qu’envoie cet environnementd’agents et à comprendre comment ces agents s’articulent les uns avec les autres. Cela donne une certaine hauteur de vue par rapport à l’entreprise vue comme un système. Toute chose n’est pas comparable mais imaginez ce décodage comme un entomologiste qui étudie une colonie de fourmis, son environnement et le système composé par ses agents.

Notre “voie intérieure” est aussi une source d’informations. Il s’agit de tout ce que l’on se dit ou ce que l’on ressent (perçoit) venant de l’extérieur. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais il me semble que dans le fond, la voix intérieure se trompe rarement, même si elle a parfois partiellement tort.