synchro astro.. et tous les mots liens.. vally  walla  walou – ce que ce blog apporte depuis des années. salutation aux abonnés.. et aux personnes de passage !

 

Dans la psychologie analytique développée par le psychiatre suisse Carl Gustav Jung, la synchronicité est l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit. Cette notion s’articule avec d’autres notions de la psychologie jungienne, comme ceux d’archétype et d’inconscient collectif.

« Le voilà, votre scarabée », dit Jung à sa patiente en lui tendant un insecte apparu alors qu’elle racontait son rêve d’un scarabée d’or.

La notion de synchronicité gagne à être comprise dans le contexte d’un inconscient collectif constitué d’archétypes1. En effet, Jung s’intéressait aux "thèmes" ou motifs archétypiques qui s’activaient chez ses patients. Il observait que s’organisent dans la vie des personnes des événements autour d’un thème – générant de forts affects, conflits, souffrances de tout genre – de manière à ce que la personne se sente "prise" dedans. Avec ce regard attentif à la dimension archétypique de toute vie, Jung constata l’occurrence parfois de symétries ou correspondances entre ce que vit et éprouve un individu avec des événements externes de la réalité concrète. Plus précisément, ces soi-disant coïncidences frappent l’individu comme profondément porteuses de sens. Ce qui est commun entre l’éprouvé personnel et l’événement externe – et en apparence sans rapport – est justement le "thème" ou motif archétypique qui se dévoile de cette manière.

Il est parfaitement possible que l’inconscient ou un archétype prenne possession complète d’un homme et détermine son destin jusqu’au moindre détail. Simultanément, des phénomènes parallèles non psychiques peuvent avoir lieu et ceux-ci représentent également l’archétype. Il est avéré que l’archétype se fait réalité non seulement psychiquement chez l’individu, mais objectivement à l’extérieur de celui-ci. 2

Sur le plan de l’expérience, la rencontre avec un événement synchronistique a un tel degré de signifiance pour la personne, mais surtout apparaît d’une manière si fortuite et choquante pour le sens commun (malgré le sens qu’il revêt, ou à cause du sens qu’il revêt, pourrait-on tout autant dire), que la personne s’en trouve transformée. L’exemple que Jung choisit comme « paradigme » est celui d’une patiente très éduquée, au « rationalisme cartésien » si développé, ayant une vision du monde qui était si « géométrique », qu’il était devenu impossible pour son médecin, Jung, de la faire progresser vers une « compréhension un peu plus humaine » du monde. C’est ce simple scarabée qui, enfin, « perfora son rationalisme et brisa la glace de sa résistance intellectuelle ». (Voir infra pour les implications en termes d’archétypes.)

Sur le plan théorique, les synchronicités (si du moins on en accepte l’existence) remplissent un tel rôle. Elles posent un défi à la notion de causalité telle qu’on l’entend habituellement et à l’idée du monde et de la place du sujet dans celui-ci (dans l’Occident moderne à tout le moins). Jung tentera de comprendre ce phénomène en dialoguant avec, notamment, Wolfgang Pauli, un physicien aux prises avec des paradoxes semblables à l’échelle subatomique, ainsi qu’en étudiant de nombreuses pratiques traditionnelles violant également le principe de causalité.

Pour Michel Cazenave, l’un des principaux éditeurs des travaux de Jung en France, la synchronicité est un concept épistémologique « limite », celui où « Jung est, de prime abord, le plus facilement suspect de mysticisme, quand on ne parle pas franchement de magie. ». D’autre part Isé Tardan Masquelier, dirigeante de la Fédération française de yoga et auteur de Jung et la question du sacré3, reproche au psychiatre suisse son imprécision en ayant volontairement quitté avec ce concept le terrain du pragmatisme et de la psychologie clinique ; Jung, en effet, « n’a pas assez formalisé sa théorie, la laissant à l’état d’hypothèse flottante », explique-t-elle. Pour Hubert Reeves, astrophysicien, le « plan acausal sous-jacent à l’existence des lois de la nature […] serait celui où s’inscrirait la question du « sens » ou de l’« intention » dans la nature [et où] la conscience de l’homme [s’inscrirait] dans son évolution » : les événements synchronistiques seraient significatifs de l’unité de l’univers, et la notion de synchronicité serait de ces intuitions exprimées par des balbutiements maladroits parce que « les mots mêmes nous font défaut ».

« Le voilà, votre scarabée », dit Jung à sa patiente en lui tendant un insecte apparu alors qu’elle racontait son rêve d’un scarabée d’or.

 

********** ce que j’ai expliqué avec les mots et image de saturne en sagittaire ..

Le mot « synchronicité » vient des racines grecques sun (« avec », qui marque l’idée de réunion) et khronos (« temps ») : réunion dans le temps, simultanéité4.

Jung la définit ainsi :

« Les événements synchronistiques reposent sur la simultanéité des deux états psychiques différents. »
« J’emploie donc ici le concept général de synchronicité dans le sens particulier de coïncidence temporelle de deux ou plusieurs événements sans lien causal entre eux et possédant un sens identique ou analogue. Le terme s’oppose à ‘synchronisme’, qui désigne la simple simultanéité de deux événements. La synchronicité signifie donc d’abord la simultanéité d’un certain état psychique avec un ou plusieurs événements parallèles signifiants par rapport à l’état subjectif du moment, et – éventuellement – vice-versa. »
« J’entends par synchronicité les coïncidences, qui ne sont pas rares, d’états de fait subjectifs et objectifs qui ne peuvent être expliquées de façon causale, tout au moins à l’aide de nos moyens actuels »5.

On peut, par analyse, trouver, dans la notion de synchronicité, les éléments suivants :

a) acausalité : l’événement ne s’explique pas par la causalité
b) atemporalité : l’événement semble annuler le temps, il est aussi imprévisible
c) sens subjectif : l’événement revêt pour l’observateur une signification
d) archétypes :

L’événement repose « sur des fondements archétypiques ». L’archétype est un complexe psychique autonome siégeant dans l’inconscient des civilisations, à la base de toute représentation de l’homme sur son univers, tant intérieur qu’extérieur. Les archétypes sont « les fondements de la part collective d’une conception »6. L’archétype se démarque par une intense charge émotionnelle et instinctuelle dont la rencontre teinte la vie de l’homme qui y est confronté de manière existentielle. La notion de synchronicité fait couple avec celle d’archétype, qui dans les limites de la psychologie analytique, explique son processus :

« Une synchronicité apparaît lorsque notre psychisme se focalise sur une image archétypale dans l’univers extérieur, lequel comme un miroir nous renvoie une sorte de reflet de nos soucis sous la forme d’un événement marqué de symboles afin que nous puissions les utiliser. Nous nous trouvons face à un ‘hasard’ signifiant et créateur. ».

Dans l’exemple que Jung donne, relatif à sa séance avec une patiente, qu’il nomme le rêve du scarabée d’or, la synchronicité lui a permis de faire la corrélation entre la présence d’un archétype, symbolisé par l’insecte, et la présence simultanée, réelle, du coléoptère. Cette corrélation lui permit ainsi de relancer la thérapie, qui stagnait alors. L’archétype excité était, selon Jung, en lien avec le thème de la renaissance, le scarabée signifiant le renaître de l’âme dans nombre de civilisations, dont l’Égypte des Pharaons, à travers le dieu Kephrî.

e) sens objectif : l’événement semble s’inscrire dans un monde un, signifiant. Voir plus bas : l’hypothèse d’un Tout.

L’exemple canonique est le suivant :

« Une jeune patiente eut à un moment décisif du traitement un rêve dans lequel elle recevait en cadeau un scarabée doré. Pendant qu’elle me rapportait le rêve, j’étais assis le dos à la fenêtre fermée. Tout à coup, j’entendis derrière moi un bruit, comme si l’on frappait légèrement à la fenêtre. Je me retournais et vis qu’un insecte, en volant, heurtait la fenêtre à l’extérieur. J’ouvris la fenêtre et capturai l’insecte au vol. Il offrait la plus étroite analogie que l’on puisse trouver à notre latitude avec le scarabée doré. C’était un hanneton scarabéide, Cetonia aurata, qui s’était manifestement amené, contre toutes ses habitudes, à pénétrer dans une pièce obscure juste à ce moment. Je dois dire tout de suite qu’un tel cas ne s’est jamais produit pour moi, ni avant ni après, de même que le rêve de ma patiente est demeuré unique dans mon expérience. »

Jung interprète ce phénomène aussi bien comme une coïncidence signifiante (la patiente parle de scarabée, un scarabée paraît) que comme un cas de rêve prémonitoire (la patiente a rêvé la veille à un scarabée doré, ce jour un scarabée paraît).

La synchronicité présente trois cas :

  1. la coïncidence signifiante pour au moins un observateur. Exemple : au début de leur rencontre, le 25 mars 1909, Freud et Jung se retrouvent seuls pour évoquer l’intérêt des phénomènes parapsychologiques en psychanalyse. Freud n’y voit guère de matériau à exploiter, distant quant à cet intérêt de Jung. Des craquements se produisent alors dans la bibliothèque de Jung, qui, peu surpris, annonça à Freud qu’il s’en produirait de nouveau. Peu de temps après, un nouveau craquement se fait entendre ; Selon Jung, « Il est certain que cette aventure éveilla sa méfiance à mon égard ; j’eus le sentiment que je lui avais fait un affront. Nous n’en avons jamais plus parlé ensemble. »[réf. souhaitée]
  2. la télépathie, la télesthésie, la clairvoyance
  3. la divination, la prédiction, la précognition, le rêve prémonitoire.

« Cette hypothèse de synchronicité, Jung l’a formulée avec une prudence extrême. Basée sur son expérience clinique, elle n’est pas une théorie métaphysique et, en nous la proposant, Jung n’a fait que nous donner à penser »7.

 

Jung cite Schopenhauer, Kammerer, Rhine.  ( on retrouve cramer caméra reine rhino rhin et le rhino pour la corne comme celui qui soigne à la fois le nez , la gorge, les oreilles .. car les yeux, les oreilles, le nez et la gorge sont liés et on retrouve les sens)

Schopenhauer, dans son traité L’intentionnalité apparente dans le destin de l’individu, inclus dans Parerga und Paralipoména (1850), évoque : une « simultanéité sans lien causal, que l’on nomme hasard ». La Volonté serait la première cause d’où irradient toutes les chaînes causales, comme « simultanéité significative », expression que reprend Jung.

Paul Kammerer, un zoologiste autrichien, fut le premier scientifique moderne (avant Jung) à considérer les coïncidences sous un angle non mécaniste, celui de la "répétition de cas", d’une loi de sérialité, à côté de la causalité et de la finalité10. Dès 1900, et pendant plusieurs années, il note des observations de coïncidences. Il décrit l’univers comme un « monde mosaïque, qui, malgré de constants mouvements et réarrangements, vise à réunir les choses semblables »11. Il a découvert (ou inventé) la fameuse "loi des séries", qui donne le titre de son livre

 

Synchronicité et pratiques divinatoires

Pour Jung, le phénomène de synchronicité explique des pratiques rituelles ou mantiques (divinatoires) ancestrales comme, en premier lieu, l’astrologie et la méthode de consultation du Yi King qui reposent sur ce postulat d’une correspondance entre intérieur et extérieur, entre psyché et matière. Néanmoins il ne s’agit pas, pour Jung, de réelles prédictions ; l’utilisation de la synchronicité en divination prétend simplement prédire la qualité générale des phases temporelles dans lesquelles des événements synchronisistiques peuvent arriver. La synchronicité repose, en effet, sur l’activation dans l’inconscient du sujet d’un archétype qui induit une qualité. La consultation d’une méthode divinatoire permet de faire « s’exprimer », par analogie, cet archétype.

Un exemple de synchronicité, que chacun a pu expérimenter, est de recevoir un appel téléphonique d’une personne à laquelle on était justement en train de penser. Jung intégra cette notion à sa théorie du fonctionnement psychique, au sens où cette occurrence surprenante pour le sujet le faisait aller dans une autre voie de réflexion, permettant à certains de connaître un changement d’état important. On retrouve ce phénomène à l’inverse, c’est-à-dire vers un état de dégradation, quand par exemple deux personnes se fâchent et que l’une d’elles a par la suite un accident grave. Le sujet qui a souhaité du mal à l’autre peut se trouver alors très affecté.

Les expériences extra-sensorielles

Les expériences parapsychologiques comme la télékinésie ou la télépathie forment pour Jung une classe de phénomènes prouvant la synchronicité. Jung explique à leur sujet : « Ne devrions-nous pas quitter tout à fait les catégories spatio-temporelles quand il s’agit de la psyché? Peut être devrions-nous définir la psyché comme une intensité sans étendue et non point comme un corps qui se meut dans le temps ». Jung reconnaît en ces phénomènes dits Psy le caractère non statistique, et le fait que la science n’en a aucune explication ; en somme ils forment une exception qui mérite de s’y interroger. Jung ne croit pas en la surnature de ces phénomènes, il les ramène à des capacités psychiques permises par la synchronicité.

 

L’hypothèse du savoir absolu : le savoir issu de l’inconscient

Article détaillé : inconscient (psychologie analytique).

Pour Carl Gustav Jung, l’inconscient est une réalité objective : il est collectif et trans-personnel

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Synchronicit%C3%A9

 

L’hypothèse d’un Tout psycho-physique

À la suite de Jung, Marie-Louise Von Franz postule l’existence d’un univers virtuel à la fois psychique et matériel nommé unus mundus (en latin : le Monde-Un) : « [Le principe de synchronicité] que j’ai défini comme coïncidence signifiante [écrit Jung dans Mysterium Conjunctionis] suggère un rapport entre des phénomènes non reliés par la causalité, voire une unité de ces phénomènes et représente donc un aspect d’unité de l’être que l’on peut à bon droit désigner comme « unus mundus » »18.

En 1983, le groupe de rock The Police a sorti un album intitulé Synchronicity ; dont la chanson éponyme disait : Effect without a cause / Sub-atomic laws / scientific pause / Synchronicity.

The  Police

 

et ma carte   avec Neptune en scorpion maison 6  pour la psy analyse.. relié à l’esprit Neptune et saturne pour les grandes études ou le savoir.. et la Lune pour l’intuition..  et saturne qui va en profondeur.. avec pluton..  .. qui veut encore jouer à cache cash ?????

 

astro_2at_01_danétude de la connaissance en général  saturne en capricorne maison 9 et maître de 10    dis court.. et le lien avec critique Mercure et la critique c’est l’analyse.. donc lien avec la maison 6    – 3/6/9  ce qui est lien avec Esprit et les études.. et puis aller loin…… si si ..  j’adoreeeeeeeeee

ce qui est vu et  “ entendu”    encore un ex.. avec Pluton en capricorne qui donne le militaire et le terrain miné – de même  qu’avec le lien de saturne et les personnes haut placées.. qui avec le carré neptune donne stupide.. ou coulée ou noyé ou dans les brumes..  qui ne captent rien.. rien de rien.. avé de la peau de saucisson dans les yeux..

 

Le général John Kelly en terrain miné à la Maison Blanche

A l’issue d’une rocambolesque semaine à Washington, le militaire a été nommé secrétaire général par Trump afin de remettre de l’ordre dans une équipe rongée par les rivalités.

 

 

M.Mathieu .. (1 sur les 4) | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2017/05/02/m-mathieu-1-sur-les-4/

2 mai 2017 – de Philippe le Bel à de fer | Espace perso d’ ANTINEAKally Kelly tu piges ??? c’est vrai d’un côté négatif il y a les pigeons et puis l’autre …

Espace perso d’ ANTINEA | Un Monde Universel

https://melusinefee.wordpress.com/

quand l’hôpital se fout de la charité | Espace perso d’ ANTINEA …… Il est remplacé par John Kelly, ministre la Sécurité intérieure. Fin de l’histoire? Pas vraiment.

L’image contient peut-être : texte

 

j’étais dans la semaine à expliquer à quelqu’un dit professeur tous ces liens et elle ne comprenait pas, ne suivait pas.. disant que cela ne menait à rien.. on en avait jamais fini, on en voyait jamais la fin..   parce qu’on va toujours très loin..  quelle ironie !  je me marre parfois , je me marre.. et ce sont ces gens là qui vont te prendre pour une con..

CIRCLE avec Emma  WATSON

décembre | 2016 | Espace perso d’ ANTINEA | Page 4

https://melusinefee.wordpress.com/2016/12/page/4/

28 déc. 2016 – 4 août 2012 – Thanks for dropping by Espace perso d’ ANTINEA! ….. lité nation nat sion ou le cancer puisque cela …… circle cercle.. crop circle.

Robert a Monroe   voyage astral

que l’on retrouve en lien avec coma   car celui qui est dans le coma sort de son corps et fait voyage astral.

écho du jour 18 Mai | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2017/05/18/cho-du-jour-18-mai/

17 mai 2017 – 2016 – Ping : La Force pure et la vérité | Espace perso d’ ANTINEA … Par Les … le début d’un … ori ora oru oro ore monroe moon roe .

Espace perso d’ ANTINEA | Un Monde Universel | Page 22

https://melusinefee.wordpress.com/page/22/

18 mai 2017 – Ulcan Lucan Lucane ou la bête noire | Espace perso d’ ANTINEA ….. Par Les … le début d’un … ori ora oru oro ore monroe moon roe .

L’épistémologie (du grec ancien ἐπιστήμη / epistếmê « connaissance vraie, science » et λόγος/lógos « discours ») peut désigner deux concepts : dans le monde francophone : l’étude critique des sciences et de la connaissance scientifique ; dans le monde anglo-saxon : l’étude de la connaissance en général.

Publicités