Un Livre parmi d’autres que j’avais récupéré, mis en bibliothèque et pas encore lu.. et voilà que son nom m’apparait d’un coup… tellement donné en lien avec l’astro et les évènements. De plus ayant fit la remarque à un contact sagittaire aimant les autos que cela était lien commun.  La préface étant d’un intérêt particulier quand on regarde 2016 ..  même le nom de l’auteur est en résonnance.. Bal land ..

 

Vaughan rêvait sans fin à la mort des gens célèbres, concevait pour eux des accidents imaginaires… A chacun, ll réservait une auto-mort optimale… Vaughan est le héros fou de cette étrange histoire. Par tous les moyens, il cherche à consommer l’union du sexe et de l’automobile. Il roule sans cesse dans des voitures délabrées, hante les lieux d’accident, photographie les victimes, fait l’amour avec des prostituées dans sa voiture, au rythme de la vitesse et de la circulation. Dans cette ballade, d’un érotisme déchaîné et morbide, il a un complice, un ami qui l’accompagnera jusqu’aux frontières de la mort. Crash est un roman apocalyptique d’aujourd’hui. L’automobile y est montrée comme l’instrument de notre vie érotique future. J. G Balland dénonce cette menaçe union du sexe et de la technologie, et déchire le voile d’irréalité dont se pare la société acharnée à célébrer les noces rouges de la chair et du métal. Un ouvrage à ne pas mettre entre toutes les mains..

 

titre original  traduit de l’anglais par Robert Louit  – imprimé 1973/1974

 

Préface

Le mariage de la raison et u cauchemar qui a dominé tout le XXème siècle a enfanté d’un monde toujours plus ambigu. Les spectres de technologies sinistres errent dans le paysage des communications et peuplent les rêves qu’on achète. L’armement thermonucléaire et les réclames de boissons gazeuses coexistent dans un royaume aux lueurs criardes gouverné par la publicité, les pseudo évènements, la science et la pornographie. Nos existences sont réglées sur les leitmotives jumeaux de ce siècle : le sexe et la paranoïa. La jubilation de McLuhan devant les mosaïques de l’information ultra rapide ne saurait nous faire oublier le pessimisme profond de Freud dans Malaise dans la civilisation. Voyeurisme, dégoût de soi, puérilité de nos rêves et de nos aspirations – ces maladies de la psyché sont toutes contenues dans le cadavre le plus considérable de l’époque : celui de la vie affective.
Cet abandon du sentiment et de l’émotion a préparé la voie à nous plus doux, à nos plus réels plaisirs : l’émoi de la souffrance et des mutilations, la vision du sexe comme l’arène idéale – semblable à une culture de pus stérile – où déployer les véroniques de nos perversions, le jeu de nos névroses mené en toute quiétude, et surtout nos capacités apparemment illimitées d’abstraction. Nos enfants ont moins à craindre des voitures sur les autoroutes de demain que du plaisir que nous prenons à calculer les paramètres les plus harmonieux à leurs morts futures.

Instruire des charmes incertains de l’existence dans ce glauque paradis devient de plus en plus le rôle de la science fiction. Je crois fermement que la SF loin d’être un rejeton mineur de la littérature contemporaine constitue la branche maîtresse – et en tout cas la plus ancienne : une tradition de réponse de l’imagination à la science et à la technologie court sans rupture de HG Wells à Aldous Huxley, aux auteurs américains modernes et à des pionniers d’aujourd’hui tels William Burroughs..

Le “ fait” capital du XXème siècle est l’apparition de la notion de possibilité illimitée. Ce prédicat de la science et de la technologie appelle la vision d’un passé brutalement mis en parenthèses. Le passé n’est plus pertinent, il est peut être mort – et celle d’alternatives innombrables offertes au présent. Ce qui lie premier vol des frères Wright et l’invention de la pilule est le principe du siège éjectable..

 

 

Le trait dominant du roman moderne et son sens de l’isolement de l’individu, son mode, celui de l’introspection. L’aliénation des consciences apparait généralement comme la marque distinctive de l’esprit XXème siècle. Loin de là, Cette psychologie me parait relever entière du siècle précédent.. Elle illustre la réaction aux contraintes massives de la société bourgeoise, ainsi que le caractère monolithique de l’époque victorienne et la figure tyrannique du pater familias fort de son autorité sexuelle et économique. Son optique est résolument rétrospective, ses préoccupations visent avant tout la nature subjective de l’expérience.. Il s’agit pour cette littérature de créer la langue de la culpabilité et de l’aliénation. Ses outils sont l’introspection, le pessimisme et la sophistication.. Or, si quelque chose distingue le XXème siècle, c’est bien l’optimisme, la naiveté, l’iconographie du commerce de masse, la jouissance infantile de toutes les possibilités de l’esprit.

 

 

———

ironie et e plus en plus nous sommes amenés à réviser nos notions de passé, de présent et d’avenir. Tout comme le passé, sur le plan social et psychologie a succombé à Hiroshima et l’âge du nucléaire, le futur cesse à son tour d’exister, dévoré par un présent proliférant.. Nous avons annexé demain à aujourd’hui, nous l’avons réduit à l’état de simple terme par les alternatives qui s’offrent à nous.. L’étendue de nos choix ne connait plus de limites. NOus vivons dans un monde quasiment infantile où tout désir, qu’il s’agisse d’habillement,  de voyage, de mode de vie, de rôles sexuels ou d’identification, peut être aussitôt satisfait..

 

 

La méthode la plus prudent et la plus efficace pour affronter le monde qui nous entour est de considérer qu’il s’agit d’une fiction absolue.. et réciproquement, que le peu de réalité qui nous reste est ancré dans notre cerveau.

 

Tout au long de Crash, j’ai traité la voiture non seulement comme une métaphore sexuelle, mais aussi comme une image globale de la vie des gens dans la société actuelle.

 

En un sens, la pornographie est la forme romanesque la plus intéressante politiquement, montrant  comment nous nous manipulons les uns et les autres de la manière la plus impitoyable..

 

Il va sans dire qu’en dernière analyse, la fonction de Crash est d’ordre prémonitoire : une mise en garde contre ce monde brutal aux lueurs criardes qui nous sollicité de façon toujours pressante en marge du paysage technologique..

 

 

****************

crash avion et pont | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2015/03/10/crash-avion-et-pont/

10 mars 2015 – je trouve dans les liens communs donnés un crash avec le pont à Taïwan … 16 mai 2011 – Thanks for dropping by Espace perso d’ ANTINEA!

Crash ou écumer la crache | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2012/07/30/crash-ou-cumer-la-crache/

30 juil. 2012 – lien qui prend suite avec celui de la Pleine Lune il y a aussi lien avec James Mansfield Juge …

poids des mots choc des photos flash crash | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/poids-des-mots-choc-des-photos-flash-crash/

http://area51blog.wordpress.com/2013/07/15/crash-de-san-francisco-le-pilote-aveugle-par-un-mysterieux-flash-de-lumiere/#respond …

crash and show | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2016/09/13/crash-and-show/

13 sept. 2016 – cheval de fer, circuit, Monte carlo, vézubie, seyne… crash and show. luminy 13 … Cor Scelle les Monts Corcelles | Espace perso d’ ANTINEA.

Publicités