Un souvenir d’école, en Cm1 avec Madame si mono     au sujet d’une rédaction que j’avais faite et dont elle s’était moquée ouvertement au sujet de cette phrase que j’avais relevée dans mes lectures et qui m’avait marqué l’esprit.. POur elle, une nuit sans lune ne pouvait pas exister pas plus que voir les étoiles se miroiter sur l’eau ..  Ce matin sous l’eau, sous la douche.. laissant courir l’eau sur le corps, sur le coeur.. sur le dos…. passée par le chemin, le chemin du paradis.. direction st Michel.. par les monts et les vaux … ceux qui ont fait un bout de chemin ensemble, partagé quelque chose, repas, voyage, marche, paroles, un chemin difficile pour certains, plus aisé pour d’autres.. tous se donnant la  “main”   un parcours, un par cours..    le chemin par les sentiers, par le sentier …  ( vois ton chemin…….https://www.youtube.com/watch?v=V9oaOTPlu5w  )    sentier de Gloire……

 

 

LUNE : nom féminin est issu (1080) du latin luna qui appartient à un important groupe de mots issus de la racine indoeuropéenne °leuk "être lumineux, éclairer". Luna provient d’un °leuk-s-na, féminin substantivé d’un ancien adjectif en -no, féminin -na, signifiant proprement "la lumineuse", épithète qui, comme le grec selênê, s’applique à une puissance active. Il a remplacé l’ancien nom masculin de la lune (auquel s’attachait un tabou, la lune ayant pour les Anciens une action dangereuse) que l’on retrouve dans mois, menstrues.

La lune était divinisée chez les Romains : un temple lui était consacré sur l’Aventin (il fut brûlé par Néron) et un jour de la semaine lui était voué (lundi). Plus tard, elle a été confondue avec Diane, elle-même absorbée par l’Artémis grecque. Luna désignait donc à la fois l’astre, la divinité, le mois lunairen, et comptait quelques sens analogiques.[/i] […]

 

http://vivelalecture.over-blog.com/2016/06/poemes-de-la-lune.html

 

 

ici la nuit avec saturne  face à la Lune en mer.. le mêle lien avec le solel..   une nuit sans LUne puisque saturne capricorne parle de sans ou d’éloignement ou de loin.. du passé…. le tout en lien avec Histoire et ce qui est conservé, mémorisé mais avec ce qui est marqué au fer rouge.. les images et les souvenirs.  

astro_2at_01_dan

LA LUNE ET LE CANCER DANS LES BRAS DE MORPHEE

(05 – PETIT COURS D’ASTROLOGIE, 5.3.2 – LUNE) par sylvietribut le 28-06-2010

C’est en corrélation avec celui du Soleil que se manifeste le symbolisme de la Lune. Ses deux caractères les plus fondamentaux dérivent, d’une part, de ce que la lune est privée de lumière propre et n’est qu’un reflet du soleil ; d’autre part, de ce qu’elle traverse des phases différentes et change de forme. C’est pourquoi elle symbolise la dépendance et le principe féminin, sauf exception bien sûr, ainsi que la périodicité et le renouvellement. A ce double titre, elle est symbole de transformation et de croissance.

La Lune est un symbole des rythmes biologiques : « Astre qui croît, décroît et disparaît, dont la vie est soumise à la loi universelle du devenir, de la naissance et de la mort…. La lune connaît une histoire pathétique, de même que celle de l’homme… mais sa mort n’est jamais définitive… Cet éternel retour à ses formes initiales, cette périodicité sans fin font que la lune est par excellence l’astre des rythmes de la vie… Elle contrôle tous les plans cosmiques régis par la loi du devenir cyclique : eaux, pluie, végétation, fertilité… »

La Lune symbolise aussi le temps qui passe, le temps vivant, dont elle est la mesure, par ses phases successives et régulières. La Lune est aussi le premier mort. Pendant trois nuits, chaque mois lunaire, elle est comme morte, elle a disparu…. Puis elle reparaît et grandit en éclat. De même, les morts sont censés acquérir une nouvelle modalité d’existence. La lune est pour l’homme le symbole de ce passage de la vie à la mort et de la mort à la vie ; elle est même considérée, chez de nombreux peuples, comme le lieu de ce passage, à l’instar des lieux souterrains. C’est pourquoi de nombreuses divinités lunaires sont en même temps chthoniennes et funéraires : Mên, Perséphone et probablement Hermès lui-même. Le voyage dans la lune ou même le séjour immortel dans la lune, après la mort terrestre, sont réservés, selon certaines croyances, à des privilégiés : souverains, héros, initiés, magiciens.

La Lune est un symbole de la connaissance indirecte, discursive, progressive, froide. La lune, astre des nuits, évoque métaphoriquement la beauté, et aussi la lumière dans l’immensité ténébreuse. Mais cette lumière n’étant que le reflet du soleil, la lune est seulement le symbole de la connaissance par reflet, c’est-à-dire de la connaissance théorique, conceptuelle, rationnelle ; ce en quoi on lui rattache le symbolisme de la chouette. C’est aussi pourquoi la lune est yin par rapport au soleil yang : elle est passive, réceptive. Elle est l’eau par rapport au feu solaire, le froid par rapport à la chaleur, le nord et l’hiver symboliques opposés au sud et à l’été.

Publicités