La nouvelle entreprise du fondateur de Tesla travaille sur l’élaboration d’interfaces hommes-machines, destinées à renforcer les capacités cognitives.

Après les fusées, les voitures autonomes et l’énergie solaire, une nouvelle frontière à franchir pour Elon Musk: l’amélioration du cerveau humain. Le patron de Tesla et Space X a lancé une entreprise dédiée à la création d’une ou plusieurs interfaces homme-machine, selon le Wall Street Journal. Baptisée Neuralink, elle aura pour objectif d’augmenter nos capacités cognitives par la pose d’électrodes dans nos cerveaux.

Des sources internes ont confié au quotidien américain que la société cherchait à développer une technologie de «cordon neuronal». Cela permettrait de communiquer directement avec les machines en se passant d’interface physique. Le milliardaire l’a évoquée en 2016, lors de la Code Conference de Vox Media, et fin janvier sur Twitter, avant de l’aborder auprès d’une journaliste de Vanity Fair, en février: «Nous sommes déjà des cyborgs. Votre téléphone ou votre ordinateur sont des extensions de vous-mêmes, mais les interfaces (vos doigts ou votre voix) sont très lentes», indique-t-il, en précisant qu’un cordon neuronal permettrait de se passer d’une telle interface. Une avancée réalisable en quatre ou cinq ans, selon lui.

Publicités