donc encore un clin d’oeil à ce que l’on a vu dernièrement avec la fusée 18/19 février….. Yé

( et toujours ces liens communs relevés….)

 
Tintin chez les franc-mac – Une lecture symbolique, ésotérique et …

portail-initiation.forumgratuit.org/t867-tintin-chez-les-franc-mac-une-lecture-symboli…

16 nov. 2016 – 6 messages

Les aventures de Tintin et de Milou sont un fil conducteur des âmes et des esprits …. L’île noire », « Objectif lune », « Le temple du soleil », « Le trésor de …. nerveuse et il s’enfuit chez les trappistes de l’abbaye de Chimay.

L’image contient peut-être : texte et plein air

Les aventures de Tintin et de Milou sont un fil conducteur des âmes et des esprits tendus vers l’équilibre. Elles ont la même force, la même profondeur que les contes, légendes et les mythes, ce sont des archétypes, symboles communs, ou alors exceptionnel argument commercial qui fait mouche à chaque album.
Hergé était un grand lecteur du TAO-TÖ-KING, œuvre magistrale de LAO TSEU, fondateur du taoïsme. Une des ses phrases préférées dans ce véritable livre de chevet pour Hergé était :
« Ceux qui parlent ne savent pas, ceux qui savent ne parlent pas » !
Très évocateur s’il en est du sens caché des choses, rappelant le fameux « L’essentiel est invisible pour les yeux » de Jésus Christ dans la Bible et une des mes sentences favorites du grand Léonard de Vinci « Regardes la lumière, fermes l’œil et observes ; Ce que tu as vu avant n’est plus, ce que tu verras ensuite n’est pas encore ».
Michel SERRES, philosophe et historien des sciences, ami personnel d’Hergé et tintinophile averti, est persuadé du sens caché derrière l’œuvre de façade qu’est Tintin et sa vie en somme, qui a suivi la vie de son père, transmetteur, initiateur.
Il a déclaré lors d’une émission de télévision en 1995 que « Tintin est un explorateur de la fraternité humaine ».
L’emblème du REAA est un aigle bicéphale que l’on retrouve avec une croix pattée à huit branches templière sur la Licorne, calquée sur le navire amiral de Louis XIV, « Le Soleil Royal ». De là à dire que l’œuvre d’Hergé est une quête initiatique du Graal… Avec les Aventures de Tintin, nous pouvons sortir du quotidien et parler La langue des oiseaux.
Le mot aventure a pour racine le mot sanscrit avantara, qui peut se traduire par transformation intérieure, mues, passage.
Le décryptage des dessins d’Hergé constitue un trésor inestimable pour ceux qui sont en mal de Sagesse.
Il s’agit d’une œuvre qui puise ses sources dans la mythologie, l’alchimie, la franc-maçonnerie depuis son premier opus, Tintin au pays des Soviets, en 1929 et qui se termine par l’album inachevé, Tintin et l’Alph-Art, étoile des philosophes, paru en 1986. L’album inachevé est un clin d’œil, un retour aux sources, au commencement, signe solaire, le cercle, tout redémarre… Il serait trop long de détailler tous les signes qu’Hergé a installé dans ses dessins. Hergé comme R\ G\ ou REMI Georges, initiales, comme nous F\ M\ !
En inversant ses initiales, peut être aussi qu’Hergé, Georges REMI, veut nous montrer qu’il faut savoir lire autrement, prendre du recul… C’est du V\ I\ T\ R\ I\ O\ L\ pur jus ! Hergé a des liens amicaux avec des membres de diverses sociétés ésotériques notamment les martinistes, la Rose + Croix, la Théosophie.
Il cultive un goût pour la cartomancie, l’astrologie et les sociétés secrètes en général. L’initié du « Vol 714 pour Sydney » est Mik EZDANITOFF, qui est reconnu par les spécialistes de Tintin comme étant en fait Jacques BERGIER (1912-1978) grand ami d’Hergé et auteur du « Matin des Magiciens »avec Louis PAUWELS (1920-1997), lui même frère de la GLDF puis de la GLNFO.
Hergé était un grand ami aussi d’Edgar P. JACOBS (1904-1987), le père des « Aventures de Blake et Mortimer ».
Hergé n’a jamais fait part de son appartenance ou pas à la franc-maçonnerie mais il a fait des allusions très poussées tout au long de ses albums.
On a aussi spéculé sur un certain antisémitisme, une attirance pour le nazisme « L’étoile mystérieuse » qui n’est pas sans rappeler le Mythe de THULE, société secrète allemande du début du XXème siècle, dont faisaient partie Herman GÖERING et Albert SPEER, véritable creuset de l’idéologie nazie.
On l’a taxé aussi de racisme et de colonialiste primaire notamment dans « Tintin au Congo », alors colonie belge, et d’anticommuniste forcené dans « Tintin au Pays des Soviets » décrivant un état totalement désorganisé, pauvre, corrompu, pas du tout exemplaire…
On lui prête un secret de famille que, né de père inconnu, et élevé seul avec son frère Paul, Georges REMI alias Hergé pourrait être un fils illégitime tout comme son frère du Roi des Belges LEOPOLD II, grand coureur de jupons, et grand homme d’état par ailleurs.
Cette quête l’aurait obsédé toute sa vie durant et il en fait référence selon le psychanalyste et « tintinologue » Serge TISSERON dans « Tintin et les secrets de famille » aux éditions l’AUBIER, quand il détaille l’ascendance du Capitaine Haddock, lui même pierre brute (comme Hergé ?) qui découvre ses origines nobles et même de descendance des Stuart du trône d’Ecosse, berceau de la Franc Maçonnerie, dont il est fait référence dans « L’île Noire » et ce d’autant plus que La Licorne est copié sur le navire de Louis XIV, le Roi Soleil, lui même protecteur au Château de Saint Germain en Laye dans les Yvelines, de la famille Stuart déchue du trône, qui aurait de surcroît ramené la franc maçonnerie avec elle dans ses bagages (cf. aussi « La vie secrète d’Hergé » d’Olivier REIBEL, aux éditions DERVY).
Ce qui est drôle de plus c’est que la famille des Stuart possédait en Belgique, autrefois les Flandres un château, appelé le Moulin STUART, origine du terme MOULINSART ?
Une partie des Flandres était française, aujourd’hui la Wallonie, l’autre partie étant espagnole, devenue les Flandres actuelles et les Pays Bas, dirigés par un descendant d’un prince français, le prince d’Orange et de Nassau, car il possédait la Principauté d’Orange, aujourd’hui dans le Vaucluse, qui jouxtait les états du Pape lorsque ce dernier vivait en Avignon au XIVème siècle.
Le nom d’Orange a laissé depuis la couleur fétiche du pays batave, l’orange.
Pierre ASSOULINE, un des principaux biographes d’Hergé, écrit dans « Hergé » aux éditions PLON : « En surface, c’est un homme ouvert et épatant. En profondeur, un individu secret et indéchiffrable », et de poursuivre : « C’est un original jusqu’au bout des ongles…inquiet en permanence et ascète à sa manière. Puritain à l’excès, il déteste l’exhibition sous toutes ses formes. Il est rigide, perfectionniste…, il ne supporte pas le travail mal fait. Superstitieux, au point de se faire tirer les cartes à la veille de prendre de graves décisions…, il croit aux signes et au mauvais œil. Il est attiré par les phénomènes ésotériques et paranormaux…, il est très ouvert à la réincarnation de l’âme, Hergé n’a jamais cessé de chercher sa voie et de poursuivre une quête spirituelle sous différentes formes ».
Thierry SMOLDEREN et Pierre STERCKX, confirment dans leur ouvrage l’intérêt du père de Tintin pour l’ésotérisme et le paranormal.
Déjà jeune scout écrivent-ils, il revend à ses camarades des morceaux de corde d’un pendu qu’il aurait lui même décroché (beau symbole que celui-ci, rappelant une partie de la tenue de l’empêtrant dans le Temple le jour de son initiation !)
« C’est un porte bonheur de première catégorie ! » leur dit-il en guise d’argument de vente. Devenu jeune adulte, les mêmes auteurs racontent sa passion pour le cérémonial de rituels des Sioux et le chamanisme donc, rituels tournés vers la recherche d’une harmonie cosmique.
Je vous renvoie là à ma planche sur le Chamanisme en 6009 et à l’œuvre complète de Dom Miguel RUIZ, de Maud SEJOURNANT et de Carlos CASTANEDA.
On dit même que lors des repérages pour « Tintin en Amérique » la clairvoyance d’un Sioux lui aurait fait éviter un grave accident de la route.
Hergé était assurément un homme tourmenté, anxieux, qui saura, de ses souffrances et de ses recherches, nourrir l’artiste visionnaire.
Je vous renvoie pour plus amples informations sur la bibliographie en fin de planche, exhaustive et passionnante.
J’espère simplement que vous avez en mémoire quelques albums.
Que dire des titres des albums de Tintin, tous évocateurs ?
« Les cigares du pharaon », « L’étoile mystérieuse », « Les sept boules de cristal », « Le secret de la Licorne », « L’île noire », « Objectif lune », « Le temple du soleil », « Le trésor de Rackam le rouge », « Le lac aux requins », « Tintin au Tibet » ? …causes philosophiques, alchimiques, ésotériques…quête initiatique que nous propose Hergé, comme un rituel et des étapes successives.
En ce qui me concerne c’est avec un immense plaisir que je me suis replongé dans les albums de mon enfance et adolescence, au même plan qu’Astérix et Obélix, Lucky Luke, les Schtroumpfs…, Blake et Mortimer et bien sûr le Journal de Mickey, créé et animé durant des décennies par Walt Disney, franc maçon connu, c’est d’ailleurs pour cela paraît-t-il que Mickey y porte des gants blancs, de même que Donald, Picsou et la plupart des personnages des histoires de Walt Disney.
Ces fameux albums de mon enfance, quelle émotion de les rouvrir pour certains 35 ans plus tard.
Tintin est un symbole à lui seul, un syncrétisme de mon éducation et sans doute de la vôtre ainsi que de moult autres terriens de notre génération, de 7 à 77 ans !
Tout d’abord pour vous convaincre qu’il ne s’agit pas seulement de bandes dessinées pour enfants sages de 7 à 77 ans, quelle belle référence, tirée de la Bible et concernant Caïn et sa descendance, en qualité de bâtisseur de la première ville.
D’ailleurs autre clin d’œil, on nous parle d’enfants de 7 à 77 ans, mais ont pourrait donc y voir d’éternels apprentis ! Ce que nous sommes tous tout au long de notre vie maçonnique ! Les personnages d’Hergé font partie de l’Olympe et de ses archétypes (= chacun des grands thèmes de l’inconscient collectif selon Carl Gustaf YUNG dont l’œuvre est magistrale pour nous francs maçons, à commencer par « Psychologie et Alchimie »).
C’est surtout dans les quatre albums centraux qui sont :
« Le secret de la Licorne ».
« Le trésor de Rackam le rouge ».
« Les 7 boules de cristal ».
« Le Temple du soleil ».
Qu’Hergé a condensé avec humour et profondeur la quête spirituelle d’un homme dégagé de tout dogme et de toute croyance transcendantale.
Ces quatre albums sont plus qu’une invitation à la Sagesse, ils racontent le chemin du profane à l’initié, de l’Homme enchaîné à l’Homme libre.
Hergé a écrit ces quatre opus entre 1943 et 1949, pendant l’Occupation puis durant l’Epuration.
Plusieurs éléments déclencheurs vos s’agréger dans la vie d’Hergé et favoriser, catalyser la rédaction de ces quatre albums et en faire le récit complet d’un parcours initiatique. L’âge d’abord, en 1947, il a 40 ans, âge propice aux grands retournements intérieurs.
Il est a mi-vie, c’est le moment de faire le point, le bilan, de « corriger le tir » si nécessaire… Il déclare alors à une amie journaliste, Dominique de Wespin : « J’ai beaucoup trop de moi en moi. Celui qui désire, celui qui veut travailler… Je n’arrive pas à être moi-même avec tous ces moi qui cohabitent en moi ». (Cité par Pierre ASSOULINE), intéressant non, surtout sur un plan psychologique ?
L’armure d’Hergé est ainsi lézardée, on en voit beaucoup au Château de Moulinsart d’ailleurs…
Prise de conscience soudaine de l’éclatement de la personne sociale. Il est désemparé, impuissant devant cette recherche de l’unité intérieure, de la sagesse.
Alan WATTS, philosophe anglais dont les œuvres ont été semble t-il « dévorées » par Hergé a écrit : « Le problème vient toujours du fait que l’acceptation de soi même ne peut être qu’un acte délibéré ».
L’orgueil de l’individu non encore mature se lézarde, lui qui croit dominer le monde se fissure, devant les grondements et les appels de l’inconscient qui réclame son dû. Carl Gustav JUNG a expliqué que ces interrogations, cette mutation de l’individu, normale, même très souvent très bien supportée, vécue, « digérée », investie, est due au fait que l’inconscient régulièrement au cours de notre vie fait des signes au Moi conscient qui a tendance à s’éloigner parfois des vérités intérieures et de la vie psychique profonde, à la totalité : le Soi.
Ce phénomène peut engendrer des tensions ou au contraire des moments d’épanouissement, que JUNG a appelé « Individuation », ce qu’à déclaré d’ailleurs Hergé chez Bernard PIVOT : « J’ai réalisé l’individuation ».
Et JUNG toujours d’écrire : « Après avoir franchi le milieu de sa vie, l’âme subit une étonnante modification que l’on pourrait considérer comme un renversement d’orientation psychique… Quand il s’agir d’esprit de valeur, la modification prend la forme d’une métamorphose de l’intellect en une sorte de spiritualité, spéculative ou intuitive ».
Quelques hommes alors enfin acceptent de se réaliser autrement qu’ils ne l’ont fait jusqu’alors et en cherchent les moyens. Certains rejoindront des écoles de sagesse comme la F\ M\, forme traditionnelle et intemporelle en Occident. D’autres poursuivront leur quête en solitaire, comme de très nombreux grands artistes, c’est le cas d’Hergé, bien entendu aussi de son ami Edgar P. JACOBS, d’Hugo PRATT, mais aussi de Salvador DALI, de MIRO, PICASSO, et avant eux sans citer bien entendu de Léonard De VINCI et DANTE, MOLIERE, LA FONTAINE, MOZART…
Le 19 Juin 1947, Hergé s’effondre dans la dépression nerveuse et il s’enfuit chez les trappistes de l’abbaye de Chimay.
Il est en effet alors accusé de toute part de collaborationnisme (Le Soir, journal tenu par les allemands où il a travaillé durant la guerre), de racisme, d’antisémitisme, de misogynie… Il vit aussi un véritable surmenage professionnel, un « burn out » et a de sérieux problèmes de couple, partage entre la femme qui partage sa vie depuis toujours ou presque, Germaine, qui lui avait presque été imposée par un abbé de son entourage, l’abbé Norbert WALLEZ et fanny, jeune coloriste de son studio, avec qui il s’installera finalement et qui gère aujourd’hui encore la Fondation Hergé.
Retiré régulièrement car il rechute à plusieurs reprises, sur els bords du Lac Léman ou à la Trappe de Scourmont, en Belgique, il médite, reconstruit, découvre la philosophie orientale, la permanence universelle des symboles et des mythes dans les textes sacrés.
Il réalise son individuation au travers des quatre albums sus cités, et en 1960, avec « Tintin au Tibet », il réalise une véritable quête spirituelle, pas du tout une enquête policière.
Il fera comme le disent certains francs maçons : « de la douleur une éducation mais jamais son maître ». Il pressent qu’il ne s’est pas trompé avec els quatre albums initiatiques.
La sagesse est au-delà de toute morale, fut-elle judéo-chrétienne.
Georges REMI va peu à peu rejoindre Hergé, le créateur rejoint peu à peu sa créature, Tintin, il découvre ses vrais instants, tout d’ouverture, de tolérance et de liberté. Son ambition affichée est de devenir sage.
Hergé a-t-il eu conscience de la portée universelle et ésotérique des quatre albums centraux ou, à l’instar de maints autres artistes, est-il l’intercesseur talentueux et inconscient des vibrations profondes de l’humanité ?
Savait-il que les aventures de Tintin racontaient une quête spirituelle ?
S’il fut évidemment dépassé par son œuvre, Hergé resta pourtant plutôt plus conscient qu’un autre artiste de ce que jaillissait en lui et de lui. Et à cet égard la dépression profonde qui le touche agit sur lui tel un catalyseur, un révélateur.
Il a écrit en 1948 une lettre à sa femme germaine dans laquelle il déclare : « Tintin voudrait devenir un homme. Il voudrait devenir humain. On m’a dit souvent avec ironie : mais il ne grandit pas votre Tintin ! Hélas si il grandit mon Tintin ! Il agrandi sans qu’on s’en aperçoive. Il est resté de petite taille, mais il a mûri, mûri au point de vouloir rentrer en lui-même et de pouvoir contempler le monde » ».
Quelles fortes résonnances cette phrase peut-elle avoir de la part d’un homme en quête de sagesse ! et de plus Hergé d’avoir déclaré « Tintin c’est moi ! ».
On est dans le V.I.T.R.I.O.L., le contempler le monde st un rappel à la fameuse phrase de Socrate « Connais-toi toi-même, et tu connaitras l’univers et les dieux ! ». C’est l’écho direct de l’accès aux grands mystères pythagoriciens ou la pierre philosophale des alchimistes !
Dans ses quatre albums, et peut être aussi avec Tintin au Tibet qui suivra Hergé va accomplir les rites fondamentaux qui transforment un profane en adepte.
Le créateur s’efforcera ensuite de suivre sa créature.
Dès Le Lotus Bleu, LAO TSEU est présent et, avec lui, la sagesse du Tao-Te-King.
En 1972, il dira à Thierry SMOLDEREN : « Dans le Tao, l’homme est une petite chose de rien du tout, perdue et insérée dans l’univers ; jamais au centre de la représentation comme il est de tradition chez nous… ».
Le génie d’Hergé sera d’illustrer la tradition ésotérique occidentale et d’accepter l’autre, l’orientale : cette dernière qui vise l’état de béatitude intérieure et la première, de tradition égyptienne, grecque et médiévale, qui prétend que cette harmonie de l’Homme avec lui-même n’est grande que si elle se transforme utilement au service de l’autre.
Les plus grands mystiques chrétiens, Sainte Thérèse d’AVILA, Maître ECKHART, Jacob BOEHME…ont amplifié ce message au sein de la chrétienté, un des fondements de notre civilisation. Un Hergé émerge du champ religieux en se dégageant de l’influence puissante de l’Abbé WALLEZ : il saura laïciser ce message, et ainsi Tintin, Haddock et Tournesol des quatre albums centraux ne se modifient intérieurement que dans la mesure où ils savent redistribuer à l’extérieur cette richesse et participer au rapprochement des Hommes ; ceux du passé, et ceux du présent…
Georges REMI à sa manière rayonnait à la mesure de son degré de sagesse, par la culture sans faille de l’amitié fidèle, ce que l’on retrouve en franc maçonnerie. Ainsi Georges REMI avait-il une conscience vive de sa souffrance et de sa corrélative recherche de la sagesse.
Hergé, le dessinateur, savait-il clairement qu’il projetait dans Les Aventures de Tintin les rites et les mythes, arcanes de l’humanité ?
Il dévore dans ses recherches pour les scenarii de ses albums tous les récits d’ethnologie disponibles afin de coller au plus prête de la réalité et il se familiarise ainsi avec les us et coutumes, croyances, mythes des autres peuples de la terre.
Il s’et beaucoup intéressé à Sigmund FREUD, à Carl Gustav JUNG, notamment dans els travaux de ce dernier qui concernent l’inconscient collectif et voit tout à coup, comprend mieux, ce que signifie l’INDIVIDUATION, notion jungienne centrale et qui rend compte des grands changements qui adviennent dans la vie d’un HOMME.
Il voit tout à coup la lumière projetée sur ses hésitations, ses souffrances et cette dépression qui n’en finit pas, épreuve douloureuse au seuil de l’initiation, il en fait don à Tintin.
L’inconscient individuel singularise l’individu et fait de son histoire personnelle le récit d’une solitude.
L’inconscient collectif le fait Homme et le relie à tous les autres.
Il n’est sans doute point de grande œuvre humaine qui ne soit éclairée par les idéaux, les rêves, l’absolu, l’Unité, surgie de l’inconscient collectif.Il n’est point de chemin initiatique qui ne soit ancré dans les mythes humains et supportés par les archétypes sans âge.
Hergé présentait tout cela, je suis convaincu à la lecture des ses albums combien il a pu féconder ses intuitions fulgurantes par une conscience modeste de la portée universelle de son œuvre.
Le bruxellois Georges REMI, qui vécut au XXème siècle, s’est transformé en un Hergé puisant aux sources vives de l’humanité pour faire vivre le héros intemporel qui vit en chacun de nous.

 

http://portail-initiation.forumgratuit.org/t867-tintin-chez-les-franc-mac-une-lecture-symbolique-esoterique-et-alchimique-de-loeuvre-dherge

 

 

Dbl album Tintin "Objectif lune & On a marcher sur la lune" – A vendre …

http://www.2ememain.be › Livres & BD › Livres › Autres Livres

Traduire cette page

Dbl album Tintin "Objectif lune & On a marcher sur la lune" … Boek Trappist de tien heerlijke bieren – nieuw verpakt. Af te halen in Oostende verzenkosten 4 …

 

**********

 

drôme | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/drome/

Boeing 777 disparu et nous sommes le 8 | Espace perso d’ ANTINEA … avion et chapelle et rémy. entre st rémy de provence, Hergé et la Vierge des remèdes.

Tic et puce à zig et Puce | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2009/06/20/tic-et-puce-a-zig-et-puce/

20 juin 2009 – La série Zig et Puce sert de modèle à Hergé, jeune débutant, créateur de Tintin, qui vient rendre visite à Alain Saint-Ogan à Paris en 1931 pour …

*****

 

 

ces jours ci j’ai fait un rêve où j’étais avec un homme que je ne connais pas dans une auto.. et j’étais sur le siège passager mais ce Monsieur voulait abuser de moi, à me forcer à l’embrasser et il disait qu’il n’était pas un moine trappiste alors je lui ai crevé les yeux avec mes doigts…   crever c’est un bien grand mot.. j’ai pas vu de sang… mais je lui ai bien mis les doigts dans les yeux…  ( certainement que cela l’expression … il pouvait toujours se mettre le doigt dans l’oeil mais comme il voulait pas comprendre… j’ai du agir)  en plus c’était dans un sous sol et sous sol est venu plusieurs fois en indication..  donc Fa.. aussi  en dehors du lieu

Publicités