Un tremblement de terre de magnitude 7,6 a frappé, ce dimanche, le sud du pays sans faire de victime. Une alerte au tsunami a été déclenchée, forçant l’évacuation de 4000 habitants sur la côte.
Plus de peur que de mal. Le sud du Chili a été frappé, ce dimanche, par un puissant tremblement de terre de magnitude 7,6. La secousse – initialement évaluée à 7,7 par l’institut d’études géologiques américain USGS – a été ressentie à 11h22, heure locale (15h22 en France), à 67 kilomètres au nord-ouest de la ville de Melinka sur l’île de Chiloé, à quelque 1000 km au sud de la capitale Santiago, a indiqué le Bureau national chilien des urgences (Onemi).
Une alerte au tsunami a d’abord été déclarée pour la zone côtière des régions affectées. Environ 4000 habitants ont été évacués dans la région de Los Lagos, selon la police. Les services d’urgence craignaient l’arrivée de grosses vagues sur l’île de Chiloé, dont la population a alors commencé à être dirigée vers les parties les plus hautes de l’île. Mais près de deux heures après le séisme, les autorités ont levé cette alerte, a annoncé le directeur de l’Onemi, Ricardo Toro. Les services d’urgence ont toutefois recommandé à la population de s’éloigner par précaution d’une centaine de mètres des plages de la région.
Selon l’Onemi, «il n’y a pas de pertes de vies humaines» d’après les premières informations disponibles. Dans plusieurs villes de la zone, comme Ancud sur l’île de Chiloé, quelques heures après la secousse, la situation était redevenue «complètement normale», a déclaré à la chaîne de télévision Canal 13 le maire de cette commune, Carlos Gomez. La secousse a entraîné des coupures d’électricité et fait chuter certaines lignes téléphoniques, tandis que plusieurs maisons ont été légèrement endommagées, a-t-il précisé.
Normes strictes de construction
La route reliant l’île de Chiloé au continent a elle aussi subi des dégâts, provoquant sa fermeture partielle. «Beaucoup de force et de courage aux compatriotes affectés par le séisme à Chiloé et dans d’autres zones du sud!», a écrit la présidente socialiste Michelle Bachelet sur son compte Twitter. «Les protocoles d’urgence sont déjà en cours d’opération», a-t-elle ajouté.

— Michelle Bachelet (@mbachelet) 25 décembre 2016

CHILOE    CHLOE       comme on a vu avant avec anomalie  – encore vue cela en lien avec Noël

Publicités