pour rester sur l’astro    saturne en sagittaire trigo uranus et carré Neptune Poissons

avec l’inconscient collectif

ce fameux lien avec Daniel qui traduisait les rêves (11/12  qui fait lien avec verseau et poissons.. humain et hôpital ou prison ou psy pour les maisons)

et Honni soit qui mal y pense

pour revenir sur le conte du poisson et de la tête de l’homme .. onirique

Numériser0007

 

 

qui fait référence à un livre de traduction des rêves.. que j’avais mis autrefois dans un album Mutante

être dans le même bâteau comme les autres… et faire un travail alimentaire ou être mené en bâteau..

un accident de parcours avec le thon  qui nous tombe dessus

et finir en miettes .. comme on le retrouve sur la chaîne

il en reste des séquelles, on oublie rien, on vit avec.. une partie de cela reste en nous et les souvenirs sont réveillés avec des choses que l’on voit , ou que l’on sent..  et cela met mal à l’aise

 

les autres pensent que l’on est fou  -   traité et mal traité

et le lien avec les docks (  comme on fait les conserveries sur place) les documents  et commentaires   . docu ment taire..   les quais et les Key ..  comme avec les questions..

et les réactions en chaîne…

l’anti   ceci ou cela… comme s’identifier ou être identifié à ce qui est arrivé venant de l’autre.. l’impact de l’autre sur nous..  évènement , la chose, l’objet etc.. la cause

qui n’a pas été retirée alors qu’elle était repérée..

un an , c’est peu pour reprendre le travail ..

premier travail extérieur (  en océan, à l’air) ou l’on peut se perdre et lieu de tous les dangers

deuxième travail intérieur  dans des locaux avec des gens indifférents – transfert

les tons.. en voir de toutes les couleurs.. et en entendre aussi..

et les liens encore avec médoc..  qui finissent aux toilettes ou via les eaux…   

on retourne à la mère, ou la mer… mutante, mutation

neptune les océans… le vaste, l’inconscient collectif

la mer, c’est déjà plus privé et intérieur

pluton pour les eaux sous terraines.. les angoisses, les peurs.. les souffrances  , les deuils, les morts, les trauma

 

tout est lié avec les émotions différentes..  toutes les eaux, les soins , les psy..

et lorsque l’on finit en miettes comme le thon

soit sur la table d’opérations

soit sur la table de la morgue

ou autre … puisque dit  séqué…    et les séquences et les conséquences..

prise de conscience que l’on finira aussi comme on a vu l’autre finir.. on voit opération sur le corps et ensuite sur l’esprit.. physique et métaphysique  – le lien avec le corps et l’esprit..

bref…  il y a de tout… écologie, économie … bio .   les souvenirs qui restent, les chocs qui restent imprégnés..  le fait que l’on est plus jamais le même après le gros choc.. et ce que l’on ne peut plus digérer, laisser passer… toujours un déclic qui vient réveiller du vécu.. 

 

pour les opérations et les divisions… les quotients, le dividende , ce que l’on retient et ce qui reste après avoir tout analysé..

lesdits visions..

 

écoutes et voies …   thérapie… thérapeute…   et sans médoc… juste de l’écoute active…

ce qui arrive à l’un peut nous arriver aussi .. et ce qu’on a vu de l’un est resté en nous.. les expériences..  c’est toujours avec le contact et l’impact ..

les boîtes…   de nuit – entreprise ou société

les mises en boîtes sous toutes les formes..  et quand on finit par se faire bouffer par les autres…

les chars pilles…   les mises en morceaux…  et les tor pilles..

 

les médoc qui ne servent à rien… les 3/4 du temps et qui finissent par tuer ou pousser au suicide

 

un excellent conte à analyser .. qui en dit long sur un vaste parcours de vie…

quart  thon…

et oui tous les mensonges sur les emballages, sur les couvercles…  il y a pourtant une différence avec la réalité…   akhen   a ton …       ils font fort … quand il s’agit de commerce… les vendus !

quelle Poisse … comment peut on croire une chose pareille ???      Lu  topic

c’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

c’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme