http://www.arcturius.org/chroniques/lamour-a-une-limite-et-elle-sappelle-la-dignite/

 

L’amour aura toujours une limite : la dignité. Ce respect que chacun a pour soi-même a un prix très élevé et n’acceptera jamais de rabais, pour rassasier un amour qui ne comble pas, qui fait mal et qui rend vulnérable.

Pablo Neruda disait que l’amour est court et l’oubli très long. Entre les deux, il y a toujours cette lumière de ver luisant qui s’allume naturellement lors des nuits sombres pour nous indiquer où se trouve la limite, pour nous rappeler qu’un long oubli est préférable à une longue tempête dans laquelle nous finissons par perdre notre dignité.

Parfois, il n’y a pas d’autre remède que d’oublier ce que l’on ressent pour se souvenir de ce que nous valons.

La dignité ne doit pas se perdre, l’amour ne se supplie, ni ne s’implore, et nous ne devons pas perdre notre dignité par amour.

Que nous le croyons ou pas, la dignité est ce fil fragile et délicat que nous compromettons souvent, qui peut se casser et même découdre les liens de nos relations affectives.

Les occasions où nous traversons cette frontière, sans le vouloir, sont très nombreuses; jusqu’à ce que nous nous laissions porter à des extrêmes où nos limites morales se fragilisent.

Nous pensons que, par amour, tout en vaut la peine, et que n’importe quel renoncement représente peu.

L’amour et la dignité sont deux courants dans un océan houleux, dans lequel même le marin le plus expérimenté peut sombrer.