Entre les raisins amères , la coupe , la glace, le Meta, ce qui est composé, ce qui était bon et a été détourné, une pensée encore et encore sur ces gens qui font les charmants, bonne figure à tout le monde mais qui les arnaque…       celui qui profite du fait que l’origine est loin , qu’un océan les sépare… que l’on pourra pas si facilement vérifier… les abus de confiance…

Ceux qui s’attribuent les mérites des autres….

et cette colère latente….. parce que les fautes non reconnues..  c’est à se demander si certains ont de la merde dans les yeux, s’ils sont abrutis ou s’ils sont aussi pourris ???

une envie de les claquer , des les calotter, de les afficher… une envie de leur retourner, une envie de les coller contre le mur….

faire un générique avec tous les noms affichés de ces participants à jouer la comédie dans une tragédie…    

 

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

https://melusinefee.files.wordpress.com/2011/09/007.jpg

 

 

Me souvenant de   LE GLACIER   à Dijon    ( c’était un café)

je tape et découvre quelque chose  encore en lien donné  avec simone et maurice encore ces derniers jours

Dijon | Bientôt un glacier au quartier Notre-Dame à Dijon

http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/…/quartier-notre-dame-bientot-un-glacier

19 juil. 2016 – Les gourmands seront ravis : deux nouveaux commerces ouvriront bientôt leurs portes rue de la Chouette. Il s’agit d’un glacier, qui ouvrira en .

 

mais je pensais à

 

Dijon | Dijon : le tram place Darcy – Le Bien public

http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2014/03/09/le-tram-placedarcy

9 mars 2014 – À gauche de l’image, la terrasse du grand café du Glacier, encore en activité ; à l’arrière du tram, l’immeuble du n° 9 encore occupé par le Bien …

 

 

ce qui mène en suivant le fil conducteur à   ( Hexagone on a vu cela encore un lien), donc on revient au drame d’ Orlando, Maurice et Nicolot comme nicolas etc

Hexagone Gay


 

Bourgogne
Les Années 70

Hexagone Gay vous propose un petit voyage dans le passé des lieux gays bourguignons. Si les bourguignons ont la réputation d’être bon vivants, à l’image du Chanoine Kir, la capitale, Dijon, sera très discrète en matière d’établissements gay. Pourtant, un embryon de vie gay est apparu dans les années 70, mais sans grand succès, les dijonnais préférant les fêtes privées, fort nombreuses, aux bars et établissements publics. Dans le reste de la région, quelques établissements sont aussi restés dans la mémoire collective des homosexuels.

Associations

DIJON.
– La première association homosexuelle a s’implanter en Bourgogne est Arcadie qui possède une antenne régionale à Dijon dès 1975. La vie de cette association sera marquée par un drame : l’assasinat par 16 coups de couteaux en mars 1975 de son délégué régional, Maurice Nicolot, enseignant à l’Université de Dijon. Son assassin, un jeune de 22 ans, ne sera condamné qu’à 12 ans de prison, l’homosexualité de la victime étant considérée comme une circonstance atténuante justifiant la clémence des juges.

 

http://www.hexagonegay.com/region/bourgogne70.html

 

:: LES LIEUX DES ANNEES 70 A DIJON.
Les Dijonnais ne bénéficient d’aucun bar 100 % gay dans les années 70. Une tentative a pourtant bien eu lieu rue de la Chaudronnerie à la fin des années 70 avec l’ouverture d’un petit bar appelé "le Griffon".

 

(  on reste toujours sur le fil des indices … comme on a revu griffon d’or pas plus tard qu’hier )

 

clientèles homo et hétéro avant que ce ne soit la mode ? En effet, de nombreux restaurants, bars et discothèques de la ville ne pratiquent aucune ségrégation envers les homos, ce qui dans les années 70 est plutôt rare, car la pression sociale est forte et l’homophobie la règle. La

 

t la discrimination, au contraire. Mais à Dijon, à condition de ne pas être trop exubérant, ce mélange ne semble pas explosif.

On peut relever aussi le côté éphémère

On retrouve Concorde   ( mais avec mes souvenirs je vois qu’il y a encore un lien avec Gabriel  comme hier… car j’avais un copain Gaby qui travaillait là bas justement dans ces années là.) et qui par la suite à travaillé dans les parfums.. et on reste sur le fil des 7 .. et années 70

 

Donc comme ces sons reviennent encore avec saturne en sagittaire carré neptune   et show  boat etc… ce qui est indécis ou mal défini et     Homo ou haut mot   aux maux etc.. et encore ce G pour Gay qui est aussi un nom de famille … et on retrouve saturne en sagittaire la pression sociale ( comme on retrouve brasserie avec la bière et la pression) comme la mousse peut amener à la rage, puisque lié à en baver ou faire baver. que l’on revient à moustique comme à la mouche et le Bel ..

:: LES LIEUX DES ANNEES 70 DANS LE RESTE DE LA BOURGOGNE.
Si Dijon permet de nombreuses possibilités aux homos des années 70, des villes comme Nevers ne sont pas en reste. "Le Petit Café", rue des Merciers et le restaurant "le Showboat", sur la Loire, sont connus de la communauté gay de la ville.
En Saône-et-Loire, les homos de Mâcon se retrouvent à la Maison de Bois, place aux Herbes ou dans les tasses (vespasiennes) du quai de Saône ou de la place (bien nommée) de la Barre. Le quai Lamartine a aussi ses promeneurs du soir.
A Sens, la drague extérieure des années 70 se passe dans les tasses de la place de la République ou celles de la place Jean-Jaurès.

 

Philippe étant un lien commun conducteur   ( lien avec gemeaux et tard et haut, cousin ou moustique.) et qui donne lien avec florence à nouveau mais lien avec pendu   -  le bel le baal   on revient à la plongée en lien et toucher le fond …

Philippe IV le Bel — Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_IV_le_Bel

Philippe IV, dit Philippe le Bel ou le Roi de fer (né à Fontainebleau en avril/juin 1268 – mort à Fontainebleau le 29 novembre 1314 ), fils de Philippe III le Hardi …

Louis X · ‎Philippe III le Hardi · ‎Discussion:Philippe IV le Bel

 

 

ce qui fait donc écho à ce que nous vivons actuellement

 

Philippe IV, dit Philippe le Bel1 ou le Roi de fer (né à Fontainebleau en avril/juin 1268 – mort à Fontainebleau le 29 novembre 1314), fils de Philippe III le Hardi (12451285) et de sa première épouse Isabelle d’Aragon, est roi de France de 1285 à 1314, onzième roi de la dynastie des Capétiens directs.

Devenu roi à l’âge de dix-sept ans, à la mort de son père en octobre 1285, Philippe le Bel est considéré comme un roi important par les historiens.

Sous son règne, le royaume de France atteignit l’apogée de sa puissance médiévale. Avec entre seize et vingt millions d’habitants2, c’était l’État le plus peuplé de la Chrétienté, il connaît une grande prospérité économique, le pouvoir royal accomplit de nombreux progrès, si bien qu’on voit dans Philippe IV, entouré de ses « légistes », le premier souverain « moderne » d’un État puissant et centralisé.

Philippe IV eut des difficultés à reprendre la maîtrise des finances de son royaume et à mettre fin aux mutations monétaires. Pour cela, il a été conduit à abattre l’Ordre du Temple qui était devenu une puissance financière internationale, expulser les Juifs, procéder à une dévaluation en rétablissant une monnaie d’or qui restera ferme pendant plus d’un siècle. À la fin du règne, les foires champenoises sont concurrencées par le commerce maritime direct de l’Europe du Nord avec l’Italie.

Plusieurs affaires marquent le règne de Philippe IV. Le procès de l’évêque de Troyes, Guichard, accusé d’avoir tué la reine par sorcellerie, le procès de l’évêque de Pamiers, Bernard Saisset, qui ne fit qu’aggraver les démêlés du roi avec le Saint-Siège, ou encore l’emprisonnement des brus du roi et l’exécution de leurs amants, mais surtout le célèbre procès des Templiers.

Philippe le Bel est souvent entrevu comme un roi qui n’est plus celui du Moyen Âge « classique ». Bien qu’il ait été reconnu comme un souverain pieux et que son gouvernement ait continué l’évolution vers la centralisation de l’État amorcée un siècle plus tôt, bien qu’il ait eu une vénération spéciale pour son grand-père Louis IX dont il obtint la canonisation en 1297, Philippe IV apparaît comme un roi symbole d’une rupture avec le passé. Ses contemporains déplorèrent les détériorations survenues depuis « le temps de monseigneur Saint-Louis », considéré comme le bon temps. On pressentit ainsi un roi d’un nouveau type, annonciateur d’une autre époque. Il ne faut pas cependant exagérer la « modernité » de Philippe le Bel.

marshall | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/marshall/

… nom de code : le nettoyeur. alors qu’au début je pensais à Jean Reno dans Léon … 5 mai 2013 – Bienvenue sur Espace perso d’ ANTINEA! …… Lien avec …

Hervé … | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2014/09/25/herv/

25 sept. 2014 – … Reno ( jean Réno et Renaud ou Renault) le signe avec un Lion, … 2013 – Thanks for dropping by Espace perso d’ ANTINEA! … et le roi …

 

 

septembre | 2016 | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2016/09/

2013 – Thanks for dropping by Espace perso d’ ANTINEA! …. à Jean Reno et le nettoyeur mais comme cela fait lien avec le billet précédent Jacques Mayol et le

générique | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/tag/generique/

maladie – chronique – silencieux ( tient silencieux que l’on peut avoir aussi au bout d’une arme… à l’arme) cela me fait pense à Jean Reno et le nettoyeur mais …

juillet | 2016 | Espace perso d’ ANTINEA | Page 2

https://melusinefee.wordpress.com/2016/07/page/2/

24 juil. 2016 – Australie un voyage à travers le temps | Espace perso d’ ANTINEA. Hache Tard …. le nettoyeur, haute pression, Réunion. en reprenant les …

En rouge et noir, le rouge effort | Espace perso d’ ANTINEA

https://melusinefee.wordpress.com/2015/04/13/en-rouge-et-noir-le-rouge-effort/

13 avr. 2015 – et en même temps Nikita Nikky oui encore un lien avec Jean Reno, Le nettoyeur Léon ni qui kini de bi ki nie débit qui nie tanika ti karam niky …

 

 

Il passe alors son temps dans les calanques de Marseille avec Albert Falco qui devient le capitaine de la Calypso de Jacques-Yves Cousteau.

 

cela revient encore avec Jacques et Yves  et couteau et ce qui a lien avec crever aussi

 

 

Surnommé « le Commandant Cousteau », « JYC » ou encore « le Pacha »n 1, il est connu pour avoir perfectionné avec Émile Gagnan le principe du scaphandre autonome avec l’invention du détendeur portant leurs noms, pièce essentielle à la plongée sous-marine moderne.

Les films et documentaires télévisés de ses explorations sous-marines en tant que commandant de la Calypso ont permis au grand public de découvrir le monde de la mer et ses mystères.

 

Conjoint

Simone Melchior

 

Jean-Michel Cousteau (fils)
Philippe Cousteau (fils)
Philippe Cousteau (petit-fils)

 

Elie Monnier   AVISO

 

L’année 1973 voit les Campagnes océanographiques françaises laisser place à une société humoristiquement baptisée Les Requins associés tandis qu’aux États-Unis est créée la Cousteau Society, ultérieurement basée à Norfolk, en Virginie.

En 1975, Cousteau retrouve l’épave du Britannic, navire-jumeau du Titanic, par 120 mètres de fond31. Il doit attendre 1976 pour plonger sur l’épave et pénétrer à l’intérieur de celle-ci32. Aussi en 1975, en décembre, la Cousteau Society lance une expédition en Antarctique et tourne le troisième et dernier film documentaire à métrage long de Cousteau, Voyage au bout du monde, que ce dernier coréalise avec son fils Philippe. Alors qu’un drame était survenu lors de l’expédition, le second du bord de la Calypso, Michel Laval, ayant été tué à terre (sur l’île de la Déception) par l’hélice de queue de l’hélicoptère de l’expédition, le tournage se poursuit et le film sort en salles, en France, en novembre 1976.

Le 28 juin 1979, lors d’une mission de la Calypso au Portugal, son second fils et successeur désigné, Philippe, avec lequel il coproduit tous ses films depuis 1969, meurt frappé par l’hélice de son hydravion de type Catalina33,34. Cousteau en est profondément affecté. Il appelle par la suite son fils aîné, Jean-Michel, à ses côtés. Cette collaboration dure jusqu’en 1991.