TRAVAIL = TRIPALIUM !!!

De l’ancien français travail (« tourment, souffrance ») (XIIe siècle), du latin tripalium (« instrument de torture à trois poutres »).
Instrument d’immobilisation et de torture à trois pieux utilisé par les Romains pour punir les esclaves rebelles.

<< Tripalium semble renvoyer à l’expérience de la contrainte et de la domination. Le tripalium est un instrument à trois pieux, au départ un instrument de contention utilisé dans les fermes pour aider à la délivrance des animaux, mais aussi au ferrage, au marquage au fer rouge, ou à des interventions vétérinaires douloureuses… Il est pour le Romain, un instrument de supplice, dont dérive le terme "travail" par croisement étymologique avec "trabicula", petite travée, poutre, qui désigne un chevalet de torture : (trabiculare signifie " torturer " et "travailler", au sens, de "faire souffrir")
.http://3.bp.blogspot.com/…/…/4unPJwh-QkY/s1600/tripalium.jpg
En ancien français le terme "travailler" s’applique jusqu’au 13e siècle aux suppliciés et aux femmes en proie aux douleurs de l’enfantement. L’idée de transformation d’une matière première ne prend le pas sur l’idée de souffrance qu’à partir du 16e siècle, moment où le verbe se répand dans le sens "faire un ouvrage" et "rendre plus utilisable". L’association du travail à la souffrance et au châtiment, dans la culture occidentale, est plus ancienne : on pourrait s’en référer au texte biblique. Vécu comme destin ou comme volonté, le travail n’est pas sans rapport avec la violence.
Mais on remarque que le verbe travailler est transitif : le travailleur est, en fait, le tortionnaire. Il exerce une contrainte sur la matière qu’il travaille, comme le policier brutal qui "travaille" le suspect>>

http://lvc.philo.free.fr/Travail2.pdf

Voici un exemple d’un terme latin tripalium ou trepalium qui va, à force de transformation donner le verbe travailler. Labeur vient du latin labor signifiant "effort fatigant", "peine qu’on se donne pour réaliser quelque chose", "épreuve",et aussi "situation pénible" ou "malheur". Ce labor latin a donné en français, le nom labur, au XIIè siècle, qui par la suite a pris deux formes distinctes : d’une part le labour, ou travail (fatigant et pénible) de la terre et des champs, et d’autre part le labeur, désignant plus généralement un "travail pénible", et aussi, à l’origine, comme en latin, un "malheur", une "douleur profonde". http://www.e-stoire.net/article-tripalium-du-latin-au-franc…

Depuis longtemps déjà, les linguistes (1) écartent l’hypothèse selon laquelle notre mot pour « travail » dériverait de la forme nominale tripalium : un instrument de torture à trois pieux utilisé par les Romains et que le manuscrit du Concile d’Auxerre (582) produit encore sous la forme de trepalium ; quant à la forme verbale
https://blogs.mediapart.fr/…/tripalium-une-etymologie-ecran…

« Ceux qui veulent à tout prix s’enrichir s’exposent eux-mêmes à la tentation et tombent dans le piège de nombreux désirs insensés et pernicieux qui précipitent les hommes dans la ruine et la perdition. »Timothée chapitre 6, verset 9
– Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon: Luc 16:13 / Matthieu 6:24
http://3.bp.blogspot.com/…/AA…/QXtGQYv-P94/s1600/crismon.jpg

Yeshoua, le Libérateur – 2 – Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon

1ère partie http://www.youtube.com/watch?v=GVTtZb3LLEE

youtube.com