Définition

La maladie de Cacchi et Ricci est une affection congénitale, se constituant chez un fœtus durant la grossesse à la différence d’une maladie génétique, caractérisée par une dilatation des tubes collecteurs prenant la forme de petits kystes.

 

Généralités

Les troubles apparaissent typiquement à l’adolescence ou dans les vingt ans qui suivent.

Épidémiologie

La fréquence de cette atteinte rénale est mal connue : en effet, elle ne se manifeste pas toujours, et est souvent découverte de façon fortuite, au cours d’examen entrepris pour d’autres raisons.

Symptômes

Parfois :

  • Pas de symptômes révélateurs de la maladie.
  • Brûlures en urinant.
  • Emission de sang dans les urines.
  • Infections urinaires.

Physiopathologie

La néphrospongiose aboutit à une stase urinaire et à la néphrocalcinose (voir complications).

Elle semble plus fréquente dans :

Evolution de la maladie

Cette maladie bénigne ne porte jamais atteinte aux reins.

Il peut néanmoins survenir une complication : des calculs dont l’élimination est parfois très douloureuse.

La production des calculs rénaux est facilitée par la dilatation des tubules susceptible d’entraîner des coliques néphrétiques.

La maladie est susceptible d’évoluer également vers une néphrocalcinose, se caractérisant par la présence de petites calcifications microscopiques disséminées dans le rein et visibles radiologiquement.

Cette atteinte rénale aboutit à une perte du pouvoir de concentration du rein, une polyurie (sécrétion d’urine en quantité abondante, volume urinaire dépassant 2500 ml par jour) une nycturie (élimination des urines pendant la nuit), plus rarement une perte importante de sodium et des lithiase urinaires (calculs).

 

Traitement

Il n’y a pas de traitement de cette maladie en tant que telle actuellement.

Les apports liquidiens abondants peuvent retarder la formation des calculs et réduire les obstructions à l’élimination de l’urine.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ne contenant pas de cortisone) sont quelquefois utilisés. En cas de contre-indication ils sont remplacés par la noramidopyrine, en injection intraveineuse lente.

Quand les traitements précédents apparaissent insuffisants, l’utilisation de médicaments antidouleurs à base de morphine apporte une amélioration.

Les contre-indications en sont :

  • Une insuffisance respiratoire.
  • Un problème hépatique grave.
  • Un traumatisme crânien.
  • Une hypertension intracrânienne.
  • Des convulsions.
  • Une intoxication alcoolique.
  • Une association avec un médicament.
  • Les I M A O (classe de médicaments antidepressifs). Ces médicaments entraînent des effets secondaires :
    • Constipation.
    • Nausées.
    • Vomissements.
    • Confusion.
    • Une sédation parfois.
    • Une excitation.
    • Un délire.
    • Des hallucinations.
    • Une rétention urinaire.

Il peut survenir, suite à l’abus de l’utilisation de ces molécules, une dépendance physique, psychique, un syndrome de privation. La morphine passant dans le lait maternel.

 

La maladie de Cacchi-Ricci, ou « rein en éponge », est une maladie congénitale rénale1. Elle se révèle par des coliques néphrétiques en raison de la présence de calculs rénaux fréquemment associée ou par des épisodes infectieux urinaires.

Aspects de la maladie

Cette maladie rare est une anomalie congénitale qui peut être unilatérale ou bilatérale (toucher 1 ou 2 reins) ou être limitée à un secteur du rein. Cette anomalie est constituée par des ectasies des canalicules précaliciels au sein desquels peuvent ainsi précipiter de petites lithiases dont la disposition est alors caractéristique. Cette affection est parfois associée à une hypercalciurie et peut jouer un rôle dans la lithiase rénale notamment en provoquant un phénomène de stase. Cette affection est souvent associée à des anomalies des voies biliaires (maladie de Caroli)2.

 

Description de cette image, également commentée ci-après

Comprendre la pyélonéphrite aiguë

La pyélonéphrite aiguë est une infection urinaire localisée dans les reins. Le plus souvent, elle est due à la bactérie Escherichia Coli provenant de la vessie. Elle doit être traitée sans délai, surtout chez les personnes à risque de complications comme les femmes enceintes.

Qu’est-ce que la pyélonéphrite aiguë ?

La pyélonéphrite aiguë est une infection bactérienne qui touche les reins. Elle fait souvent suite à une cystite aiguë. Lorsque cette maladie est mal soignée ou qu’elle résiste au traitement, les germes prolifèrent dans la vessie puis remontent par les uretères vers les reins. C’est pourquoi la pyélonéphrite aiguë est également qualifiée d’infection urinaire haute.
Le principal agent infectieux de la pyélonéphrite aiguë est la bactérie Escherichia Coli. Ce microbe est responsable de 75 à 90 % des cas d’infections de l’appareil urinaire. D’autres germes sont plus rarement impl

 

http://www.ameli-sante.fr/pyelonephrite-aigue/comprendre-la-pyelonephrite-aigue.html