La Chronique Agora

Paris, lundi 3 février 2014

Ca chauffe pour le gaz naturel !
Matt Insley

- "Alors que le froid sévit dans la plus grande partie des Etats-Unis, le prix du gaz naturel est en train de chauffer", écrivais-je à mes lecteurs début décembre.

Depuis, le prix du gaz naturel est devenu brûlant.

Le moment est idéal pour mettre à jour notre thèse sur certains des meilleurs producteurs de gaz de schiste à acheter. N’oubliez pas, dans le domaine du gaz naturel, la saisonnalité compte ! [Ci-dessous vous trouverez une version mise à jour d’un graphique tiré de notre article Nat Gas Heats Up the U.S. Northeast "Le gaz naturel réchauffe le nord-est des Etats-Unis", daté du 11 décembre 2013.]

Un coup d’oeil rapide au thermomètre du gaz naturel permet de voir que les prix grimpent (à nouveau !)…

 

 

Depuis quelque temps… cette impression que les prix allaient monter.. et cela arrive  mais avec manipulations pour forcer à aller vers quelque chose qui n’est pas bon pourtant..

 

Combien de documentaires ont démontré ce qui s’est passé avec cela aux Etats UNis…

maladie, pollution de l’eau…. on connaît le danger

 

et on n’écoute rien …      Punaise !

 

On a fait des manifestations …     et cela ne sert à rien… quand ils ont quelque chose en tête…  jusqu’à ce que cela pète

 

 

pluton exploser    saturne capricorne roche           gaz et eau

 

 

gaz avec Pluton

 

 

s’il étaient moins butés et bien plus sages

 

Ah ! ces stupides profiteurs

http://www.internationalnews.fr/article-cumentaire-65954614.html

La Chronique Agora

Paris, lundi 3 février 2014

Ca chauffe pour le gaz naturel !
Matt Insley

- "Alors que le froid sévit dans la plus grande partie des Etats-Unis, le prix du gaz naturel est en train de chauffer", écrivais-je à mes lecteurs début décembre.

Depuis, le prix du gaz naturel est devenu brûlant.

Le moment est idéal pour mettre à jour notre thèse sur certains des meilleurs producteurs de gaz de schiste à acheter. N’oubliez pas, dans le domaine du gaz naturel, la saisonnalité compte ! [Ci-dessous vous trouverez une version mise à jour d’un graphique tiré de notre article Nat Gas Heats Up the U.S. Northeast "Le gaz naturel réchauffe le nord-est des Etats-Unis", daté du 11 décembre 2013.]

Un coup d’oeil rapide au thermomètre du gaz naturel permet de voir que les prix grimpent (à nouveau !)…

Nat Gas Prices, Apr. 2013-Present

Selon l’Energy Information Administration, près de 50% des ménages américains utilisent le gaz naturel comme principale source de chaleur.

__________________________

Vous pensiez tout savoir sur Goldman Sachs ?
Erreur… les petits secrets de la "pieuvre de Wall Street" sont loin d’avoir été tous explorés !

Philippe Béchade vous en dit plus dans un rapport inédit : retrouvez-le vite en cliquant ici.

__________________________

Au cours des derniers mois, avec les chauffages qui fonctionnent à plein régime dans tout le pays, les réserves de gaz naturel (en stock) ont chuté : elles sont 13% inférieures à leur moyenne sur cinq ans — et près de 20% inférieures aux réserves de l’année dernière.

Naturellement, avec les réserves qui s’amenuisent et la demande qui augmente, les prix sont à la hausse. Les plus bas de novembre autour de 3,60 $ se sont rapidement transformés en plus hauts de décembre à 4,25 $ — et les plus hauts de janvier ont dépassé les 5 $ !

On voit donc bien qu’avec le gaz naturel, la saisonnalité compte énormément. En outre, chaque jour qui passe avec un prix du gaz naturel au-dessus de 4 $, les producteurs de gaz de schiste engrangent des marges supplémentaires dans leur bilan.

Outre le bond évident et immédiat des prix courants, les producteurs de gaz naturel peuvent également reporter ces augmentations de prix sur leur production future. Au final, c’est du gagnant/gagnant pour les producteurs de gaz de schiste qui, il y a encore seulement un an et demi, voyaient les prix du gaz naturel plus proches de 2 $.

Il faut voir les choses ainsi : un grand producteur de gaz naturel comme Range Resources produit plus de 27 millions de "mètres cube d’équivalent de gaz" (mfe) par jour. A 3,25 $ le gaz naturel (avec une conversion rapide pour passer du mfe au mbtu), l’entreprise enregistre un chiffre d’affaires d’un peu plus de 3,1 millions de dollars par jour. Mais avec le prix du gaz naturel plus proche de 5 $, Range enregistre un chiffre d’affaires plus proche de cinq millions de dollars par jour.

Ce revenu supplémentaire est une aubaine.

- Bonne nouvelle pour New York
Par conséquent, oui, la saisonnalité importe beaucoup. Mais ce n’est pas le seul facteur fondamental pour fixer les prix du gaz naturel. En fait, il y en a un autre qu’il convient de surveiller. Un timing très chanceux pour les consommateurs d’énergie de New York…

En effet, l’heureux hasard du boom du gaz de schiste aux Etats-Unis ne peut être sous-estimé. Pendant des millions d’années, le pétrole et le gaz naturel se sont formés dans divers endroits du sous-sol américain. Aujourd’hui l’immense dépôt Marcellus sous le sol de Pennsylvanie est une aubaine pour le Nord-Est.

Non seulement le Bassin de Marcellus est annoncé comme le deuxième plus grand champ de gaz au monde MAIS en plus il se trouve à quelques kilomètres seulement d’énormes centres de demande comme la ville de New York.

Toutefois, jusqu’à présent, du fait du manque de pipelines, le gaz naturel était coincé et ne parvenait pas à Manhattan…

L’un des principaux projets de pipeline apportant le gaz de Marcellus vers la ville de New York a été commandé à Spectra Energy. Le pipeline fournit 22 millions de mètres cube de gaz naturel par jour – selon un porte-parole de l’entreprise, cela représente assez d’énergie pour chauffer deux millions de foyers. De récentes données de recensement montrent que la ville de NY compte au total trois millions de foyers — c’est donc beaucoup de capacité de gaz naturel ajoutée et de demande qui s’ensuit.

Selon Businessweek :

"Les consommateurs du nord-est et de Nouvelle-Angleterre paient en règle générale les prix les plus élevés pour le gaz naturel, en particulier en hiver, lorsque la demande de chauffage grimpe. Durant une vague de froid en janvier dernier, le prix du gaz naturel livré à la ville de New York a atteint un record ; cela coûtait plus que le gaz livré en Asie, où les prix sont souvent le triple de ceux des Etats-Unis".

"Un pipeline qui a ouvert le 1er novembre a effectivement doublé la quantité de gaz naturel livré à Manhattan et a fortement fait baisser les prix de livraison sur l’île. Le 31 octobre, en prévision de l’ouverture du pipeline, les traders ont fait baisser le prix du gaz naturel livré à New York".

La ville de New York ne sera pas leur seul endroit à bénéficier de l’augmentation de la production en Pennsylvanie.

A mesure que le gaz de schiste américain trouve son marché, il faut s’attendre à ce que les prix continuent d’augmenter. Que sa saisonnalité soit due à un vortex polaire, à un usage domestique, à un usage pour centrale électrique, à une utilisation industrielle, à des exportations potentielles ou autre, la demande de gaz naturel ne cesse d’augmenter.